Santé : en 15 ans, les naissances par césarienne sont passées de 12 à 21%

Santé : en 15 ans, les naissances par césarienne

En quinze ans, les accouchements par césarienne ont quasiment doublé dans le monde. Dans un dossier publié vendredi par Le Lancet, on peut lire que le nombre de naissance par césarienne est passé de 12% à 21% entre 2000 et 2015. Ce chiffre dépasse les 40% dans 15 pays; une réalité qui suscite des interrogations chez les gynécologues.

La césarienne est une pratique chirurgicale qui consiste à réaliser une incision dans la paroi abdominale pour extraire l’enfant de l’utérus de la mère.

Elle se justifie dans le milieu médical par les difficultés liés à l’accouchement par voie basse ou les dispositions physiques de la mère ne permettant pas une « expulsion » du bébé par voie naturelle.

On estime entre 10 et 15% la proportion de césariennes absolument nécessaires pour des raisons médicales.

Mais 60% des 169 pays passés en revue se situent au-dessus de cette fourchette tandis qu’un quart des pays sont en dessous, mettant en danger la mère et l’enfant, relève l’étude basée sur les chiffres de l’OMS et de l’Unicef.

« La forte augmentation des césariennes – pour l’essentiel dans des environnements aisés et sans raison médicale – pose problème à cause des risques associés pour la mère et l’enfant« , souligne la coordinatrice de l’étude Marleen Temmermann (Aga Khan University du Kenya et Université de Gand en Belgique).

Marleen Temmermann reconnait l’importance de la césarienne qui peut être utilisée dans les cas où des complications surviennent.

Les césariennes sauvent des vies et « nous devons favoriser l’accès des femmes (à cette opération) dans les régions pauvres, mais nous ne devrions pas en abuser« .

 

L’accès à la césarienne dans les pays en développement reste un luxe pour de nombreuses femmes or elles courent un risque plus élevé de complications liées à la grossesse et à l’accouchement.

Les disparités sont écrasantes entre l’Afrique sub-saharienne (4,1% de césariennes), l’Amérique latine et les Caraïbes où le taux atteint 44,3% en 2015.

La Fédération Internationale des Gynécologues et Obstétriciens (FIGO) préconise plusieurs pistes pour limiter l’abus de césariennes :

  • pratiquer un tarif unique pour les naissances par césarienne ou non;
  • obliger les hôpitaux à publier leurs statistiques;
  • mieux informer les femmes des risques;
  • améliorer la formation à l’accouchement naturel.

BBC

Laisser un commentaire