Reprise des cours : Voici la procédure quand un élève est suspecté de Covid-19

L’école sénégalaise ouvre ses portes à nouveau le 2 juin. Elle va réunir dans un premier temps, 551 000 élèves en classe d’examen et 95 000 enseignants venus de différentes localités du pays. Parmi eux, 19 000 enseignants ayant quitté Dakar, l’épicentre de la maladie avec plus de 2 500 cas confirmés, sans compter les élèves. Le risque de propagation du virus à partir de l’école est donc non négligeable.

C’est ainsi qu’un protocole sanitaire a été élaboré pour définir, entre autres points, l’attitude à avoir si un élève, un enseignant ou un personnel administratif est suspecté ou testé positif à l’école. Il est prévu, dans ce protocole, que chaque établissement doit « prévoir une salle d’isolement marquée, discrète et sécurisée ». Une fois le cas suspect identifié, le personnel enseignant doit appeler le Samu national ou sur le numéro vert. La cellule d’alerte se charge des premières vérifications, avant d’informer le médecin chef.

De même, le tuteur de l’élève doit être informé immédiatement et l’écolier rassuré. Mais il doit aussi être écarté le plus rapidement possible. « Isoler le cas suspect afin de s’assurer qu’il n’ait aucun contact avec les autres élèves, enseignants et famille », recommande le protocole.

S’agissant des éléments d’identification de bas et des informations sur les éventuels cas contacts, l’équipe d’investigation doit attendre l’arrivée du médecin chef et du tuteur légal. Il revient alors au médecin chef ou à l’équipe d’investigation de s’assurer « que l’élève, l’enseignant ou le personnel administratif répond à la définition d’un cas suspect ».

C’est seulement à ce moment que les prélèvements sont effectués et conduit au laboratoire. Si jamais le test s’avère positif, le malade sera conduit dans un centre de traitement. Le service d’hygiène devra se rendre à l’école à la fin des cours pour procéder à la décontamination. La maison de l’élève, l’enseignant ou du personnel administratif sera aussi décontaminée.

Et l’administration et le dispositif de soutien à l’école devront faire tout un travail de sensibilisation et de dédramatisation pour rassurer la communauté scolaire.

Laisser un commentaire