Remise de cadeaux à IC de Kaolack/Cheikh Tidiane Dabo, parrain:  » L’ambition ne dépend pas de l’âge, c’est dès maintenant qu’il faut s’ancrer dans cette perspective de réussite… »

Remise de cadeaux à IC de Kaolack/Cheikh Tidiane Dabo, parrain

0

Des modèles de réussite de la trempe de cet avocat, l’Immaculé conception, de Kaolack, en veut encore pour hisser ses élèves vers le succès. Et Cheikh Tidiane Dabo, ancien apprenant de cet établissement n’a pas déçu en acceptant de venir indiquer la voie de la réussite aux jeunes élèves de l’école. Venu de Strasbourg, en France, l’avocat a servi, dans cet entretien, les vertus d’un bon modèle. Lesquelles vertus peuvent déclencher la jouissance intellectuelle de ces « bouts de bois de Dieu » dont le seul rêve est de devenir quelqu’un, à l’instar du parrain de cette cérémonie de remise de cadeaux aux meilleurs élèves de ce temple du savoir. C’était Samedi.

Quelle est l’importance de cette cérémonie de remise de cadeaux en cette période de fin d’année pour les enfants.

Il faut tout temps stimuler les enfants. Faire en sorte que les élèves soient motivés. Quand quelqu’un fait une année pleine, à la fin, c’est toujours bien de recevoir une distinction. Cette distinction permet aux élèves de mesurer le parcours scolaire qu’ils ont fait, mais aux parents de constater que leurs efforts ne sont pas vains. Autant dire que cette cérémonie de remise est un moment de communion pour les élèves, pour les parents mais aussi pour les enseignants, un moment de reconnaissance d’un travail accompli pendant tout une année scolaire. Je pense que c’est à pérenniser dans tous les écoles. Je suis ravi de faire 6000 km pour assister à cette rencontre.

Me semble-t-il, vous êtes ancien élèves de cet établissement, Immaculé Conception, n’est-ce pas ce qui justifie le choix porté sur votre personne ? Ce n’est fortuite ?

Le hasard fait bien les chose. Parce que même ma femme est passée par là. Mes neveux également sont passés par cette école. Après, j’ai fait le collège Pi12. J’ai des promotionnaires en collège qui enseignent à l’Immaculé Conception. Ce qui fait que je connais bien cet établissement. Immaculé Conception et le collège Pi 12 sont deux établissements qui se complétaient. On se retrouvait au tour d’un même idéal. L’idéal d’un enseignement de qualité. Qui ressort des valeurs de la société qui prouvait les meilleurs résultats. Alors j’étais agréablement surpris d’apprendre ce choix pour être le parrain. Je suis fier.

Ce choix certainement repose sur votre statut de modèle de réussite. Justement comment cela peut inspirer les enfants à réaliser leurs ambitions, leur rêve de réussir ?

L’ambition ne dépend pas de l’âge. Moi à l’époque j’ai toujours voulu être avocat. Je savais ce que je voulais faire. J’avais inscrit cela dans mon armoire. Les choses sociales m’inspiraient beaucoup. J’y arrive. Je pense que cela aussi est très important. J’avais cet objectif de défendes les gens. Avec le soutien des parents qui suivait. J’insiste là-dessus. Parce qu’au-delà de l’ambition le soutien des parents aussi est très important. Si vous n’êtes pas accompagné, vous ne pouvez pas y arriver. Moi j’avais la chance d’être accompagné pour réaliser cet objectif. Je dis aux jeunes que quand on a une ambition avec le soutien, c’est toujours possible d’y arriver. Même il y’en a qui y arrive sans soutien. C’est possible. C’est dès maintenant qu’il faut s’ancrer dans cette perspective.

Les dirigeants ont fait état de leurs craintes pour ces enfants qui après avoir réussi l’entrée en sixième doivent quitter l’établissement. Que faut-il faire pour toujours veiller au bon encadrement ?

Vous avez parfaitement raison. Les autorités l’ont émis tout à l’heure. C’est vrai qu’ici, ils sont bien encadrés de la sixième à la classe de CM2.  Mais souvent, après c’est comme un no man’s sland. Après il y a la crainte de les voir se retrouver dans des situations difficiles. Ils peuvent se perdre. Le problème, c’est le suivi de tous les jours des parents. Parce qu’on ne sait pas si cette même suivi va continuer. Certes les parents peuvent continuer de veiller sur eux. Mais le suivi qu’il faut à l’école pose beaucoup de craintes. Parfois il y a des élèves brillants pendant tout le cursus primaire, mais une fois au collège, ils ont des difficultés. Ce qu’on souhaite aujourd’hui c’est que cette suivi continue. C’est possible. Il faudra y mettre les moyens. Les moyens, c’est l’Etat qui doit prendre le relais pour aider les parents afin d’assurer la relève…

 

Laisser un commentaire