RDC: à Kinshasa, le président Kabila répond à la presse après 5 ans de silence

    RDC: à Kinshasa, le président Kabila

    « Depuis quelques années, on vous dit tout, sauf la vérité », a expliqué Joseph Kabila en introduction. Le président congolais a tenté de rassurer ceux qui doutent de sa volonté de respecter le nouveau calendrier électoral. «Le processus électoral est résolument engagé », a affirmé le chef de l’Etat. « On fera tout pour que les élections soient effectivement organisées, a insisté Joseph Kabila. Et pas n’importe quelles élections : des élections libres et démocratiques, des élections organisées par les Congolais. Et pas des élections influencées par quelqu’un, un pays, ou un couple de pays. »

    Sur son avenir politique en revanche, toujours pas d’annonce. A la question « serez-vous candidat à la présidentielle du 23 décembre prochain ? », le président esquive, en se contentant de demander à ce qu’un exemplaire de la Constitution soit remis au journaliste qui pose la question. Une Constitution qui prévoyait une présidentielle fin 2016. Pas de clarification non plus sur les mesures de confiance réclamées par les manifestants. « Quand on parle de la décrispation, de quoi est-ce qu’il s’agit ? Est-ce qu’il faut libérer 10 000 prisonniers, pour constater qu’effectivement il y a une décrispation ? Est-ce qu’il faut qu’on ait 3 000 partis politiques et là on sera content, c’est la décrispation ? Le Congo n’est pas une république bananière. »

    Le président Kabila a beaucoup insisté sur sa souveraineté, en référence notamment au bras de fer diplomatique qui oppose la RDC à la Belgique. « Mon pays n’est pas à vendre, la RDC doit être respectée », a-t-il déclaré.

    Un mot pour l’Eglise catholique

    Il a aussi recadré l’Eglise catholique qui, selon lui, n’a pas à se mêler du processus électoral : « Jésus Christ n’a jamais présidé une commission électorale. Rendons à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. Quand on essaie de mélanger les deux, c’est dangereux. Le résultat est toujours négatif. » A propos du bilan meurtrier des marches organisées par le comité laïc soutenu par l’Eglise, Joseph Kabila a présenté ses condoléances aux familles des victimes, mais a aussi renvoyé les organisateurs à leur part de responsabilité. « Notre mission sera de faire en sorte qu’on arrive à empêcher une fois de plus la perte en vies humaines mais pas nécessairement en empêchant les manifestations. En même temps, les organisateurs de ces manifestations doivent aussi répondre : est-ce qu’ils sont responsables de ces manifestations et, par ricochet, des résultats positifs et négatifs ? Au lieu que ce soit uniquement l’Etat congolais. »

    Kabila critique « ceux qui prétendent défendre la Constitution »

    Dans cette longue déclaration, il est aussi revenu sur la situation au Kasaï. La situation est redevenue calme à 90 %, a dit le chef de l’Etat congolais. Et il dénonce aussi ceux qui, selon lui, ont fait barrage à l’émergence de la démocratie dans son pays. « Je m’éclate quand je vois ceux qui prétendent défendre la Constitution », a dit Joseph Kabila. Le président congolais a insisté sur le fait qu’il aurait été « le seul à battre campagne » en faveur de l’actuelle Constitution congolaise en 2005, contrairement à d’autres, « restés dans des bistrots ou dans les ambassades à Kinshasa », insiste le chef de l’Etat congolais. Une référence, sans doute et entre autres, sans mentionner son nom, au principal parti d’opposition, l’UDPS, qui avait appelé au boycott.

    « Ceux qui ont assassiné la démocratie dans ce pays devraient faire preuve d’humilité en lieu et place de donner des leçons », a encore lancé Joseph Kabila à ses détracteurs. « Malgré le bon déroulement des élections de 2006, il y avait des contestations : le perdant et une partie de l’Eglise», a pointé le chef de l’Etat.

    La Monusco et l’ONU pointées du doigt

    Pour ce qui est des élections de 2011, le président congolais, qui avait modifié la Constitution en trois jours pour faire passer le scrutin à un tour au grand dam de l’opposition, met en cause la mission de l’ONU dans le pays, la Monusco qui aurait refusé d’apporter son soutien logistique. Ou même la communauté internationale qui lui aurait demandé de sursoir à ce scrutin. « J’ai dit non », a martelé le président congolais.

    Joseph Kabila a eu des mots durs envers la Monusco, critiquée à la fois sur son bilan et sur son refus de se retirer, ce que le président Kabila réclame depuis 2010. « Parce qu’après une vingtaine d’années, on a comme l’impression que c’est une mission qui a comme ambition de rester. Mais rester jusqu’à quand ? Si l’ambition c’est de considérer le Congo sous tutelle des Nations unies… On a toujours posé la question à nos amis de la Monusco : « citez-nous un seul groupe que vous avez réussi à maîtriser, à éradiquer, puisque c’est ça le mot ? » Aucun. »

    Joseph Kabila dit également exiger le « respect strict du Sofa », l’accord qui lie la RDC à l’ONU, accord maintes fois violé, selon lui. Il accuse même l’ONU d’avoir tardé à réagir « après des drames ». Avant de partir, le président qui a la réputation, y compris même dans les milieux diplomatiques, d’être inaccessible, a pris le temps d’une coupe de champagne et de quelques selfies avec des journalistes présents. Il a promis de recommencer l’exercice prochainement.

    Avec RFI

    Laisser un commentaire