Procès Imam Ndao : « On a arrêté ma cliente juste pour qu’elle dénonce Diokhané »

Mes Aly Fall, Djibril Wellé et Alassane Cissé, avocats de l’accusée Marième Sow, ont livré leurs plaidoiries, ce vendredi. Du nombre du trio formé pour assurer la défense de celle-ci, Me Djibril Wellé a dégagé en touche les accusations du parquet qui a tenté d’asseoir la culpabilité des accusés dans le procès de l’Imam Ndao et compagnie, jugés pour terrorisme.

« Elle n’a jamais varié dans ses déclarations. Elle a toujours nié les faits qui lui sont imputés. Marième Sow est une dame qui inspire la confiance. Elle est sollicitée dans son quartier. Quand quelqu’un veut garder de l’argent ou des bijoux de valeur, on pense à elle. C’est en ce sens que Coumba lui avait confiée l’argent. Elle n’avait pas vérifié le contenu. Et ne savait même pas que ce sont des Euros qu’on lui avait confiés », a dit Me Wellé.

« C’est une victime. Elle ne peut être poursuivie pour rien du tout. Le procureur a requis l’acquittement pour elle. Mais le mal est déjà fait. C’est une dame qui croupit en prison depuis 6 mois. J’espère qu’elle sera acquittée », ajoute l’avocat.

Son confrère, Me Aly Fall a estimé que « le seul fait retenu contre elle c’est cet argent qu’on lui avait confié. Il n’y a aucun autre élément. Il faut l’acquitter purement et simplement. Et ce ne sera que justice rendue pour elle ». « Il n’y avait aucune raison de maintenir Marième Sow dans les liens de la détention ni de la prévention. Elle avait obtenu une liberté provisoire avant d’être arrêtée à nouveau sans que l’on sache la motivation. On a exercé une privation de liberté arbitraire sur la personne de Marième Sow ».

« La manière dont ce dossier était traité est une manière avec laquelle on a fait peur à tout le monde. On aurait dû requérir l’acquittement mais que la personne qui doit bénéficier de cet acquittement soit purement et simplement retirée de la poursuite. Lorsqu’on rend une justice, l’obligation est de permettre à la personne incriminée de comprendre le pourquoi et le contenu des chefs d’inculpation. Rien n’est clair, rien n’est établi », a dit Me Cissé.

Il note d’ailleurs que « le procureur a eu l’honnêteté de requérir l’acquittement. Cette enquête a été dirigée à contre-courant. On l’a arrêtée pour qu’elle dénonce Matar Diokhané. Il n’y avait pas réellement de charges contre ma cliente qui n’avait rien à faire dans cette salle », peste l’avocat.

 

Auteur: Youssoupha Mine

Seneweb.com

Laisser un commentaire