Procès de Barth : Les juges ont subi «des pressions venant de la présidence»

Procès de Barth

Pour Jean-Paul Dias il ne fait aucun doute, la main de l’exécutif est derrière la condamnation de son fils, Barthélémy Dias, à deux ans de prison dont 6 mois ferme et 25 millions d’amende. Ce dernier a été reconnu coupable du meurtre de Ndiaga Diouf.

Il accuse : «Selon nos informations, le tribunal s’acheminait vers la relaxe et que ce sont des pressions venant de partout, y compris de la présidence, qui les ont amenés à botter en touche. Et c’est irresponsable.»

«Sûr de (son) bon droit», Jean-Paul Dias, qui se dit «scandalisé, fâché et énervé» par «l’acharnement» dont serait victime le maire de Mermoz-Sacré Cœur, indique qu’ils ne vont pas baisser les bras.

Il prévient : «Nous continuerons le combat. Mais cette fois-ci, à la différence des autres fois où à la demande de ma famille, j’avais observé beaucoup de retenue, de recul, de réserve, je ne le referai plus. Je me battrai auprès de mon fils ba foumou yèm niou xamé ko nonou (quoi qu’il en coûte en wolof).»

Cette affaire n’est pas près de connaître son épilogue. Barthélémy Dias a interjeté appel. Tout comme le procureur de la République.

 

(Source : Enquête)

Laisser un commentaire