Pierre Goudiaby Atépa, Architecte «Je propose qu’on transforme Dakar Arena en hôpital provisoire pour lutter contre le coronavirus»

L’architecte Pierre Goudiaby Atépa a des propositions concrètes pour lutter efficacement contre la propagation du Covid-19. Dans une interview exclusive accordée à WalfQuotidien, il réclame des pouvoirs exceptionnels pour le chef de l’Etat, l’Etat d’urgence, le confinement total et surtout la transformation du complexe sportif Dakar Arena en hôpital provisoire pour lutter contre le coronavirus.

WalfQuotidien: Etes-vous de ceux qui pensent que la situation est grave au Sénégal particulièrement ?

Pierre Goudiaby ATEPA : Vous remarquerez que c’est la première fois que j’accepte une interview depuis la dernière présidentielle. J’avais décidé de prendre une, voire deux années sabbatiques pour m’occuper d’autre chose. Mais j’estime que l’heure est grave. Nous sommes en guerre et le pays a besoin des compétences diverses pour faire face à cette épidémie. Je dois, au passage, féliciter le gouvernement, le chef de l’Etat en tête pour les mesures qui ont été prises. Ce sont des mesures courageuses, mais il faut aller plus loin. Il nous faut des mesures radicales.

  • Concrètement, que préconisez-vous ?

Il faut d’abord donner au chef de l’Etat des pouvoirs exceptionnels, parce qu’à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Il faudrait que l’Assemblée nationale donne au Président des pouvoirs exceptionnels pendant cette période. Il faut que la solidarité qui a commencé puisse continuer, mais il faut surtout que l’argent dégagé par l’Etat pour parer à la pandémie puisse être utilisé de façon intelligente. Il ne faut pas, par exemple, que les gens commencent à acheter des voitures 8X8, etc. Et là où nous voulons venir avec des propositions concrètes. Premièrement, qu’on prenne une partie pour acheter des équipements médicaux qui peuvent être de fortune. On peut demander aux artisans de faire des lits d’hôpitaux qui ne coûteraient pas plus de 50 mille francs l’unité. On peut également demander à nos amis Chinois qui viennent de très loin de nous assister et de nous envoyer par avion du matériel médical.

On devrait surtout transformer le complexe sportif Dakar Arena en hôpital d’urgence, c’est possible en 10 jours avec un budget de moins d’un milliard de francs CFA. Surtout, cela permettrait de décongestionner les hôpitaux, d’autant plus qu’il n’y aura plus aucune compétition dans les quatre mois à venir. Et pourquoi pas demain, si ça persiste, transformer aussi le centre de conférence Abdou Diouf en hôpital d’urgence. Ce sont des mesures qu’on doit prendre tout de suite parce que nos hôpitaux commencent à être débordés. Et si le gouvernement veut notre expertise, on la mettra à titre gratuit bien sûr. Deuxièmement, je propose qu’on confine tout le monde chez soi, qu’on ait le courage de le faire. C’est ce que j’ai fait au niveau de mon entreprise. Depuis la semaine dernière, tout le monde travaille à la maison, y compris moi. J’ai leur dit que tout le monde prend, à partir de lundi, leur congé de trois semaines de l’année.

Donc, ils seront en congé jusqu’à la fin du mois d’avril. Il faut des mesures radicales. Encore une fois, j’invite le chef de l’Etat à déclarer l’Etat d’urgence et je pense qu’il va le faire, parce qu’il a invité l’opposition parlementaire à une concertation. Et je lance un appel à l’opposition pour dire qu’on est effectivement en état de guerre et qu’il faut une sainte alliance autour du chef de l’Etat pour arrêter la pandémie. Il y va de la responsabilité de tous. Si ces mesures ne sont pas prises maintenant, dans trois mois, il sera trop tard et nous allons vers la catastrophe.

  • Est-il possible de confiner tout le monde, si l’on sait que l’écrasante majorité des Sénégalais vivent au jour le jour ?

Atépa Pierre : Oui, on nous dit que le Gorgorlou doit sortir tous les jours. Non, qu’on voit comment distribuer la nourriture. Il y a quand même quelques milliards de francs CFA. On peut l’organiser avec les chefs religieux ou dans les mosquées pour qu’on donne à manger aux gens. Qu’on arrête tout pendant au moins deux semaines. C’est là aussi que la solidarité doit prendre effet. Chacun a mis la main à la poche, notamment le patronat et je me réjouis d’avoir vu beaucoup de gens participer. Et c’est là que je parle d’organisation et de méthode. Que faisons-nous avec les daara, les mosquées et les églises pour distribuer de la nourriture ? Il y a toute une organisation à faire. Comment faire pour que les femmes n’aillent plus au marché et qu’on leur donne de quoi manger. Ce n’est pas pendant un an, mais juste trois semaines.

Nous devons pouvoir organiser cette solidarité parce qu’encore une fois, l’argent que l’Etat a dégagé ce n’est pas pour acheter des voitures. Et si on n’y prend garde, deux ou trois gros malins vont exiger des voitures pour se déplacer. Cet argent doit servir à organiser la solidarité. Ne prenez pas comme prétexte que je dois travailler, si tu ministre, tu risques de tomber malade et tu ne pourras pas bénéficier de l’argent de ton travail. Nous sommes dans une situation d’urgence nationale, il faut que les gens en soient conscients et il faut la solidarité pour trouver des médicaments pour les personnes qui en auront besoin. Il faut voir comment faire des chaines pour que la malade ne se propage plus.

  • Actuellement, les rues sont désertes, n’y a-t-il pas une espèce d’auto-confinement ?

C’est parce qu’on est dimanche, mais attendez lundi : tout va reprendre. C’est pourquoi, je souhaite une union sacrée autour du Président pour prendre les décisions qu’il faut. Il faut un confinement que personne ne bouge et qu’on ferme tout sauf les pharmacies et le supermarché qu’il faudra contrôler. Prenons l’exemple de la Chine, radical.

  • Eu égard à ce qu’on a vu ces derniers jours, pensez-vous que l’Etat aura le courage ?

A quelque chose malheur est bon. Nous aurons appris de ce qui s’est passé cette semaine. C’est pourquoi je vous dis qu’il faut qu’on donne au chef de l’Etat des pouvoirs exceptionnels : que plus personne ne sorte. C’est très simple, qu’on voit ce qu’a fait la Chine. Référons-nous à la Chine, elle a pris des mesures exceptionnelles, dictatoriales, parce que c’était à ce prix-là qu’on pouvait sauver les gens. Et elle a réussi. Il y a un seul remède, restez chez soi. Je vois que vous vous promenez avec votre gel, c’est ces petits gestes-là qui vont sauver la population. Il n’y a pas de remède miracle. Pour une fois, je vais défendre Macky Sall, le courage ne suffit pas. Il faut presque de la témérité. Vous savez un chef d’Etat a beaucoup de choses à prendre en considération. Il lui est par exemple difficile de donner un diktat aux chefs religieux, donc il est obligé de négocier. Il n’est pas catholique, il ne peut pas dire à l’évêque de fermer les églises, mais ce dernier de lui-même à arrêter les messes. Donc, il faut savoir qu’il est parfois difficile au chef de l’Etat de prendre certaines mesures, c’est la raison pour laquelle au début de notre entretien, je vous ai dit qu’il faut que l’Assemblée nationale lui donne des pouvoirs exceptionnels.

  • Mais le confinement a un coût pour les entreprises, n’est-ce pas ?

Je sais que le gouvernement a convié le patronat à un dialogue, je n’ai pas de soucis à se faire de ce point de vu là, encore que le plus important c’est d’arrêter cette hémorragie. Il ne faut pas qu’on pense que parce qu’on a une cinquantaine de cas, on est à l’abri. Il y a deux semaines, on était à un cas et surtout on dit des cas confirmés, quid des cas non confirmés ? C’est pour cela, je me répète, qu’on doit transformer Dakar Arena en hôpital d’urgence, immédiatement, je n’ose pas dire le siège de l’Apr. Qu’on commence à former les étudiants en médecine, et que tout le monde aille là-bas. Qu’on commence à prendre des mesures exceptionnelles.

  • Des pouvoirs dictatoriaux vous voulez dire ?

S’il faut une dictature d’un mois pour sauver la Nation je suis pour (rires). Par ailleurs, je dois féliciter le corps médical sénégalais, on en est très fier. Quand on a eu la première guérison, j’ai reçu beaucoup de messages d’amis étrangers me disant : chapeau. Et ce n’est pas la première fois. Quand il y a eu le cas Ebola et le jeune Guinéen qui était venu se réfugier au Sénégal, il a dit après sa guérison : «j’avais raison de venir au Sénégal parce que si j’étais resté dans mon pays, je serai déjà mort.» Le service médical Sénégal est très efficace, il y en a certains qui ne dorment pas. N’attendons pas d’avoir mille cas et encore une fois que tous se retrouvent à Dakar Arena. On a vu ce qui s’est passé en Italie, hier (Ndlr : avant-hier) ils ont eu plus de 800 décès, alors qu’il y a un mois n’y avait pas de mort.

  • En France, le Président Macron a pris des mesures pour soutenir les entreprises françaises…

C’est vrai, il faut que le gouvernement débloque une centaine de milliards de francs CFA pour aider les entreprises, que les impôts nous laissent souffler pendant un moment. En contrepartie, que les entreprises fassent des mesures d’accompagnement en mettant leur personnel en congé. Je connais le gouvernement et je sais qu’il sait qu’il faut lever le pied sur la pression fiscale des entreprises, notamment sénégalaises qui sont fatiguées. C’est pour cela que nous sommes sur une bonne voie, dès l’instant que le gouvernement, que je félicite, je ne le fais pas souvent, a pris des mesures et décide de dialoguer avec l’opposition pour sauver la Nation.

  • La Bceao va injecter 430 milliards dans les banques…

C’est un acte qu’il faut saluer, mais cela ne suffit pas. Il faut qu’elle s’apprête à injecter plus parce que au vu de ce qui va arriver, je ne suis pas prophète de malheur, mais ce qui nous attend est très compliqué et lourd. Il appartient aux banques primaires de jouer le jeu. Vous savez qu’il nous est très difficile, nous les autochtones comme direz l’autre, d’avoir accès aux facilités bancaires parce que nous ne contrôlons aucune banque.

  • Qu’attendez-vous de la participation de l’opposition à cette rencontre ?

Je sais quand même que nous avons une opposition patriote et qu’en cas de guerre il n’y a plus d’opposition. Il ne peut pas y avoir une opposition, mais il faudrait que de l’autre côté qu’on écoute les arguments de l’opposition. Parce que ce n’est plus l’opposition, mais le Sénégal qui parle. Et encore une fois, j’encourage les amis de l’opposition à aller parce qu’on est en guerre.

  • Qu’est-ce que l’opposition peut proposer que l’Etat ne sait pas déjà ?

Je vous ai dit par exemple qu’il faut transformer Dakar Arena, peut-être d’autres ont d’autres idées. Dans cette affaire, les idées des uns et des autres doivent être prises en considération. Vous avez tout à l’heure comparé le Sénégal à l’Italie… Rires. C’est une petite boutade. On dit des Italiens qu’ils sont les Sénégalais de l’Europe. Au Sénégal, on est là à faire du masla tout le temps, ce que les Italiens appellent la combinacione. Il faut qu’on arrête. C’est une affaire très sérieuse et il faut que chacun pense qu’il peut être porteur de la maladie.

Propos recueillis par:
Charles Gaïky DIENE

Laisser un commentaire