Photos: La police algérienne traque les migrants, les déporte et les abandonne en plein désert

Photos: La police algérienne

Présentée comme le meilleur chemin pour rejoindre le nord de la Libye en vue d’embarquer pour l’Europe, l’Algérie de Abdoul Aziz Boutéflikha est en train de devenir un enfer pour les migrants africains. Dans un silence absolu, elle les enferme et les abandonne dans le désert les livrant à une mort certaine.

Loin des caméras des journalistes et de l’intêret des défenseurs des Droits de l’homme, le gouvernement algérien est, depuis ce vendredi 2 décembre, en train de commettre des crimes massifs contre l’humanité.

Sous le couvert d’une opération de sécurisation et de lutte contre l’immigration clandestine, en direction de l’Europe, Alger procède à une grosse opération de rafles de ressortissants subsahariens. Qu’ils soient en règle ou pas, les citoyens d’Afrique noire sont arrêtés et regroupés au camp de réfugiés de Zéralda, à 10 kilomètres d’Alger, avant d’être refoulés vers les frontières sud, à la porte du Sahara.

Des témoignages obtenus par Kewoulo.info, les policiers chargés de leur expulsion profitent de la situation de fragilité des migrants pour leur prendre tous leurs biens, téléphones portables comme argent de poche. Dans leur galère, les expulsés qui n’ont droit à aucune assistance consulaire en appelle à leur pays pour les sortir de ce no man’s land.

« Si certains réussissent à revenir de ce désert, nombreux sont ceux qui, suite aux blessures causées par les policiers et sans soins médicaux meurent », a témoigné Ibrahima Sadio, un citoyen Sénégalais.

A Fouka, à Benchoubane, dans la commune de Daar El baida,  comme un peu partout dans le pays, des milliers de jeunes sont interpellés, brutalisés et enfermés de force dans l’attente de leur reconduite aux frontières; alors même qu’aucune assistance humanitaire n’est organisée dans ces lieux de privation.

Impossible, pour le moment, de connaitre le nombre de jeunes concernés par cette mesure. Mais, des sources de Kewoulo.info ont enregistré la mort d’un citoyen guinéen et la présence massive de jeunes ivoiriens, maliens comme Sénégalais dont certains dans un état physique très déplorable.

 

 

Laisser un commentaire