Pédopornographie, détournement de mineurs… R. Kelly de nouveau arrêté à Chicago

Pédopornographie, détournement de mineurs… R. Kelly de nouveau arrêté à Chicago

Texte alternatif de la bannière

Jeudi 11 juillet, R. Kelly a été arrêté à Chicago, inculpé pour treize chefs d’accusation de crimes sexuels. Depuis plus de 20 ans, il fait l’objet de plusieurs accusations d’agressions sexuelles.

Enième rebondissement dans l’affaire R. Kelly. Depuis plus de 20 ans, le chanteur de I believe I can fly fait l’objet de nombreuses accusations de crimes sexuels. En 2008, il avait été jugé et acquitté pour pornographie mettant en scène des mineurs. En février 2019, il avait été poursuivi pour dix chefs d’accusation d’abus sexuel, dont cinq agressions sexuelles avec circonstances aggravantes. Robert S. Kelly, qui a plaidé non-coupable, était sorti de prison après avoir versé une caution de 100 000 dollars. Il risque une peine entre six et trente ans de prison pour chacun des chefs d’accusation. « Je n’ai pas fait ce genre de choses. Ce n’est pas moi », s’était défendu sur le plateau de CBS News le chanteur de 52 ans, qui a continué de se produire en concert malgré les démêlés judiciaires, gardant une base de fans solide (même s’ il a été lâché par Sony et par de nombreux chanteurs).

Retour à la case prison ?

Jeudi 11 juillet, R. Kelly a été arrêté à Chicago, rapportent les médias américains, dont le New York Times. Il a été inculpé de treize chefs d’accusation, dont pédopornographie, détournement de mineurs et obstruction à la justice, indique Joseph D. Fitzpatrick, procureur adjoint des Etats-Unis pour le district nord de l’Illinois. Ce sont des policiers new-yorkais et des agents de la Sécurité intérieure qui ont arrêté la star du R & B, qui devra faire face à la cour fédérale de Chicago, avant d’être conduit à New York pour son procès. Une conférence de presse est prévue vendredi 12 juillet. Pour l’instant, son avocat n’a pas fait de commentaire sur l’arrestation. On ne sait pas encore si l’arrestation de R. Kelly est liée aux précédents chefs d’inculpation et aux précédents témoignages ou si de nouvelles victimes présumées se sont exprimées.

Laisser un commentaire