Outrage à magistrat et incitation à l’insurrection : Barthélémy Dias devant le juge, demain

    Outrage à magistrat et incitation à l’insurrection : Barthélémy Dias devant le juge, demain

    Le maire de Mermoz Sacré-Cœur sera jugé, demain, en procédure de flagrant délit pour outrage à magistrat et incitation à l’insurrection.

    Barthélémy Dias sera fixé sur son sort demain devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. Le maire de Mermoz Sacré-Cœur a été placé en garde à vue vendredi dernier, après son arrestation devant les locaux de nos confrères de Dakaractu. Barthélémy Dias, très déçu par le verdit sur l’affaire de la Caisse d’avance, venait de réagir violemment à la condamnation de Khalifa Sall, dénonçant une justice aux ordres, instrumentalisée par l’Exécutif dans l’unique but d’empêcher le maire de Dakar de se présenter à la présidentielle de 2019.

    «Il y a, dans la magistrature, des prostitués qui ont accepté de baisser le pantalon pour assouvir les désirs de l’Exécutif », avait précisément dit le maire de Mermoz Sacré-Cœur. Quelques minutes avant, Barthélémy Dias, qui intervenait sur la Rfm (Radio privée), avait aussi qualifié la justice sénégalaise de «justice de merde». Propos «insultants», selon l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) qui a immédiatement réagi dans un communiqué rendu public. « A la suite du prononcé du verdict dans l’affaire Khalifa Sall, Barthélemy Dias a tenu des propos insultants à l’endroit des magistrats en charge du dossier. De tels propos constituent une atteinte intolérable à l’honorabilité des magistrats concernés et, au-delà, à la dignité de la justice tout entière », a soutenu l’Ums qui s’est dit « choquée » par de tels propos. Donc, c’est sans surprise que Barthélémy Dias, qui a passé trois jours de garde à vue à la Section de recherches (Sr) de la gendarmerie, a été placé sous mandat de dépôt le mardi 3 avril, avant d’être conduit à la prison de Rebeuss où séjourne son mentor Khalifa Sall. Le maire de Mermoz Sacré-Cœur a été inculpé pour outrage à magistrat et incitation à l’insurrection. Le procureur n’ayant pas retenu l’offense au chef de l’Etat. La défense parle d’accusations « infondées », accusant le régime en place « de vouloir encore neutraliser » un adversaire politique. «L’incitation à l’insurrection, c’est ridicule. Un homme politique qui demande aux populations de se mobiliser pour rejeter une décision ou pour dénoncer le comportement du gouvernement, c’est ça son rôle. Si un homme politique ne peut plus demander aux populations de se mobiliser, il doit rester chez lui et dormir », a dit Me El Hadji Diouf.

    Son confrère Me Ousseynou Fall est du même avis. « Ce qui se passe dans ce pays est inacceptable. Barthélémy Dias n’a insulté personne. Aucun magistrat n’a porté plainte. Ça va vraiment dans tous les sens », a dit Me Fall, visiblement très déçu par la tournure des événements. Toujours est-il que Barthélémy Dias sera jugé demain en procédure de flagrant délit. La défense a déjà fait savoir qu’elle va plaider la « relaxe pure et simple » du maire de Mermoz Sacré-Cœur.

    Laisser un commentaire