Ousmane Sonko, la nouvelle voix de la politique sénégalaise

Ousmane Sonko, la nouvelle voix d

0

Il n’a jamais pris part à une élection et pourtant il fera partie des principales attractions des législatives du 30 juillet.

Ousmane Sonko, président du parti Patriote du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef-Les Patriotes) a su, en un temps record, se faire une place à travers une présence médiatique accrue. Cet ancien inspecteur des Impôts est radié de la Fonction publique, pour « manquement à l’obligation de discrétion professionnelle », une disposition prévue à l’article 12 de la loi n°161-33 du 15 juin 1961.

Qu’on soit d’accord avec lui ou pas, il demeure vrai qu’Ousmane Sonko accroche à travers des sorties renversantes. Le président du parti Patriote du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef-Les Patriotes) est surtout connu pour ses prises de position virulentes contre la politique économique de l’actuel pouvoir. Il est né à Thiès en 1974.

Pur produit de l’école publique, il rejoint l’Université Gaston Berger de Saint-Louis et s’inscrit à l’Ufr des Sciences juridiques où il s’est spécialisé en droit public. La maîtrise en poche, en 1999, il réussit, avec brio, au concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration (Ena)  ou il est entré major. En 2001, il sort de l’Ena au terme de sa formation à la section des Impôts et Domaines. Dès sa sortie, il est affecté au  Centre des services fiscaux de Pikine-Guédiawaye.

En 2005, il  met sur pied,  en compagnie de quelques collègues,  le Syndicat autonome des agents des Impôts et Domaines (Saaid). C’était inédit dans le milieu des Impôts et Domaines.   Pour les élections législatives, le pôle où est allié Ousmane Sonko regroupe, entre autres, Imam Mbaye Niang, leader du Mouvement de la réforme  pour le développement social (Mrds) et Dialo Diop, responsable du Rassemblement national démocratique.

Les membres de cette alliance ne veulent pas être juste des acteurs de plus dans le jeu électoral du 30 juillet. Ils ont clairement décliné leur ambition de marquer leur empreinte. L’ancien Inspecteur des Impôts s’était, il y a de cela quelques temps, fait signaler à travers des sorties acerbes contre le pouvoir en place. Dans ses sorties récurrentes, il accusait notamment les députés sénégalais de ne pas s’acquitter de leurs impôts.  Désormais, il aspire à intégrer ce même Hémicycle, pour peut-être continuer à dénoncer, mais cette fois à l’interne.

 

Auteur: Oumar BA – Le Soleil

Laisser un commentaire