Ousmane Bop APR : « Il n’y a pas eu de bagarre, je me suis simplement fait… »

Ousmane Bop APR

Responsable des élections de l’APR, Ousmane Bop est l’un des personnages les plus courus de la DSE, en cette veille de joutes électorales. Ce « privilège » qu’il considère comme « un sacerdoce » lui vaut, aujourd’hui, l’animosité du camp du Coordinateur Demba Sow. Dans cet entretient exclusif, Ousmane Bop accuse son coordinateur, qui a perdu la main sur le parti, d’avoir décidé d’utiliser la force pour s’imposer à la tête de la structure. Et placer ses inconditionnels. Entretien exclusif….

– M. Ousmane Bop, qu’est qui s’est passé lors de la dernière réunion de la DSE;  parce que on a eu des échos de bagarres ou d’agression qui ont eu lieu au siège de l’APR, à Paris?

  • Il n’y a pas eu de bagarres, il y a tout simplement eu une agression sur la personne du responsable des élections que je suis. C’est un symbole, voila à trois mois des élections législatives accuser le responsable des élections, c’est tout dire. Ils ont agressé le responsable des élections tout simplement. Donc, je pense que ce qui s’est passé tout simplement c’est une question qu’on était en train de traiter sur le rôle du mandataire du parti. Au niveau de Dakar, le mandataire du parti est M. Benoît Sambou; parce qu’il est le responsable des élections. Au niveau de la France, le responsable des élections est le mandataire du parti. Le coordonnateur Demba Sow a reçu une invitation où il a vu que c’est mon nom est marqué comme mandataire. Alors, il a pété un plomb, il a appelé à Dakar pour qu’on change mon nom et mettre le sien. Mais rien n’a changé. Quand ils ont appris ça, l’ensemble de nos camarades, à la DSE, lui ont fait savoir que les élections reviennent au responsable des élections. Il leur a dit Ok et qu’il allait changer ça. Mais, il ne l’a jamais fait. C’est cela qui, moi, m’a créé pas mal de préjudices. parce que je ne peux pas faire correctement mon travail, quand  je me présente à des réunions au consulat ou à l’ambassade pour rencontrer les responsables d’autres partis.  Je ne peux plus faire correctement mon travail. C’est pourquoi j’ai demandé que ce travail revienne au coordonnateur qu’il est. Comme on n’est pas d’accord sur l’interprétation, j’ai voulu sortir un émail qui prouve que c’est bien lui, le coordonnateur, qui devait faire ce travail de mandataire. C’est, à ce moment-là, qu’un des sbires de Demba Sow est sorti pour me donner un coup de poing à l’œil gauche. Il s’agit d’un certain Ibrahima Ndiaye, un proche de Demba Sow. Il m’a insulté de père et de mère et je n’ai pas répondu. Et quand des responsables, dans la salle, sont venus nous séparer, j’ai récupéré mes affaires et je suis allé à l’hôpital faire constater les coups et me soigner. Voila ce qui s’est passé; il n’y a pas eu de bagarres; mais juste une agression. Avant lui, il y avait Mame Laguène, Amadi Konteh qui m’ont insulté et traité de tous les noms d’oiseau.  Mais, jamais je  n’ai répondu. Puisque je savais que des nervis ont été recrutés par Demba Sow, le coordonnateur, pour essayer de me faire peur.  C’est tout».
  • Ce n’est pas la première fois qu’il y a eu ce genre de situation au sein de votre parti? Par exemple Mme Awa Diop Mbacké avait fait les frais de ce genre de pratiques et elle avait perdu connaissance dans la salle. Pourquoi il y a la violence qui s’installe de la sorte dans la DSE France?

  • Parce qu’on est arrivé à un point de saturation où on a un groupe de responsables qui ne parvient plus à travailler ensemble.Vous savez, quand au début on pose des débats politiques, en un moment donné, chacun essaie d’apporter des arguments. Mais ce qui se passe aujourd’hui, c’est qu’il y a un groupe dirigé par le coordonnateur qui fuit le débat politique. Donc tout ce qui l’arrange, c’est l’utilisation de la violence.  L’APR n’a pas de problème, en France. Mais, ce qui se passe, aujourd’hui, c’est que tout se règle soit par des insultes, soit par la violence. A noter que je ne suis pas la seule personne insultée. Ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’on est en France. Et, ici, tout est réglementé. Si je n’ai pas donné de suites judiciaires à cette affaire, c’est qu’il est Sénégalais et je n’ai pas envie d’envoyer un Sénégalais en prison. En tout cas, je ne fais pas de la politique pour nuire à un compatriote. Et, aussi, ce sont des considérations personnelles qui ont fait que j’ai retiré ma plainte. Aujourd’hui, on est arrivé à une saturation. Et si on continue comme ça, si le président Macky Sall continue de regarder la situation, je ne sais pas ce je ne sais pas ce qui va se passer demain. En tout cas, l’APR devient de plus en plus violent.
  • Mais, quand le Président de la République veut maintenir ce statu quo, refuse le changement des hommes et des femmes à la tête des institutions bien plus que des personnes aient été décriées pour leur gestion partisanes, on tend vers quoi? Quel est l’avenir de l’APR aujourd’hui?

  • « Bon ! il faut apporter une précision de taille: le président n’a pas dit qu’il maintenait le statu quo. La déclaration à laquelle vous vous referez a été faite à Dakar, concernant le cas spécifique de la responsable de la Cojer -Thérèse Faye- à Dakar. Donc, cet exemple là, ne peut pas être adapté à tout le parti; ça ne concerne pas le parti en France. Ce n’est pas pour démettre Demba Sow ou de le maintenir, ce n’est pas ça le problème. Notre combat, c’est comment faire pour gagner les élections en France, vu qu’on va avoir une liste de la diaspora. Il faut que les hommes et les femmes qui seront dans cette liste nous fassent gagner. C’est ce qui se passe, il n’y a jamais eu de statu quo. Si nous ne voulons pas de Demba Sow et que nous voulions le démettre, nous n’attendrions pas le président. Nous allons le faire, nous avons le droit de le faire. Nous avons la capacité de le faire. Mais, à quelques mois des législatives, nous ne pouvons pas -parce que nous sommes des responsables-, mettre le parti dans une mauvaise situation en demandant la tête d’un des nôtres.
  • On est à moins de trois mois des élections législatives, comme vous le reconnaissez, vous-mêmes; ces élections seront couplées avec celles impliquant des Sénégalais de la diaspora. Avez-vous réglé la question des représentants de l’APR pour la région Europe de l’ouest?

  • Non, à notre niveau cette question n’est toujours réglée: l’assemblée générale que nous avons convoquée n’a pas pu se tenir. Ce que je voudrais, c’est que ce soient les militants eux-mêmes qui désignent leurs représentants. Mais, comme le temps nous est imparti, je pense que c’est le président qui prendra, sur lui, la responsabilité de désigner nos candidats comme cela va se faire sur l’ensemble du territoire national.
  • Le fait qu’on s’achemine vers des élections auxquelles, on ne sait pas qui sont les candidats désignés et qui ne le sont pas, ne participe-il pas à augmenter la tension dans vos rangs?

  • Bien sûr, vous savez qu’il y a des intérêts qui sont en jeu. Des personnes qui veulent coûte que coûte être sur cette liste-là sont prêts à tout. Le fait que nous soyons un parti désorganisé ne facilite pas le fait qu’on mette ce débat sur la table, pour en discuter. Toutes les personnes intéressées par ces postes doivent savoir discuter de manière républicaine et démocratique. Donc, effectivement, il y en a pour qui c’est une histoire de vie et de mort que d’être sur cette liste. Il y en d’autres qui pensent qu’ils ont la capacité moral et intellectuelle de défendre la diaspora. Et certains, parce qu’ils veulent changer de situation, aimeraient être députés. La situation sera difficile, on est conscient. On fera avec.
  • Lors de sa dernière visite d’Etat en France, le président Macky Sall avait refusé de rencontrer la DSE et les membres du parti. Quatre mois après, il est aujourd’hui  question d’une rencontre Macky Sall avec ses militants; qu’est ce qui risque de se passer?

  • Le président n’avait pas refusé de rencontrer les militants. Vous savez, quand le président arrive ici, il vient avec un calendrier chargé. Maintenant, il faut que ce calendrier lui permette de faire des rencontres pour qu’on puisse, nous militants- le voir. A ce titre, il enlève la casquette de chef de l’Etat pour celle de président du parti. Effectivement, nous avons demandé une audience. Et j’espère que cette rencontre se fera. Nous, qui sommes sur le terrain, nous avons besoin de le voir pour lui rendre compte des doléances des populations; même s’il bénéficie de services étatiques qui le tiennent informé. Nous avons des éléments que ces services n’ont pas.
  • Aujourd’hui qu’en est il de la guéguerre au sein du mouvement des femmes APR?

  • Vous savez cette guèguerre dure depuis longtemps à cause de problèmes de légitimité. On en est à la même situation. Mais, en ce qui nous concerne, l’heure est au rassemblement.  Notre devoir est de rassembler tous les militants pour gagner les élections. En tout cas, ce que je pourrais vous assurer c’est que, d’ici les élections, vous n’entendrez plus de querelles entre les femmes. On va, d’abord, taire les querelles et aller à l’essentiel; l’essentiel étant de gagner les élections. Ensuite, les ambitions personnelles pourront rivaliser plus tard.

 

Laisser un commentaire