Où va l’Afrique, Sociétés civiles « perverties », Partis politiques « aliénés » ?(par Walmaakh Ndiaye)

Hélas au regard  de la marche titubante des peuples Africains vers le Développement sous la houlette des principales forces motrices  dédiées  à assurer à ces peuples, le progrès économique et social, (partis politiques et  Organisations de sociétés  civiles)  cette question est aussi pertinente  qu’opportune,   surtout dans   un contexte, de précarité de tous ordres, d’instabilité envahissante,  d’ angoisse existentielle  charriée  par les tribulations, turpitudes  et fantasmes de l’Hommo Economicus et non faber.

Oui tout le drame de l’Afrique et l’échec des hommes politiques et des Acteurs de la Société civile, résident dans cette incapacité  d’analyse  du lien historique  et de tout  le processus transformationnel entre l’étape d’Hommo Faber à Hommo Economiscus  et  d’analyse dialectique soutenue d’une part entre l’Economie et le Travail et  viceversa et d’autre part cette fonctionnalité  que le paradigme démocratique  joue entre les deux.

De manière imagée on peut dire  que le Développement est la destination de tout peuple, l’Economie est le véhicule qui y mène, la Démocratie en est le carburant que les hommes politiques et les Acteurs de la Société civile lui concoctent ( essence ou Diésel).Malheureusement en Afrique nos acteurs ont une préférence pour le Diesel.

Si  le véhicule de l’Afrique fume et ronfle et si l’Afrique semble refuser le Développement, il faut s’en prendre à nous-mêmes mais plus particulièrement à ceux là qui se sont volontairement engagés au service et pour le bien être des peuples (Partis politiques et Sociétés civiles) mais qui ont fini par leur offrir, insécurité, misère et larmes  par endroits. C’est dans ce cadre  qu’il faut comprendre l’appréciation de ces principaux Acteurs.

Au demeurant, dans le cas d’espèce,  la perversion pointe le nez dès que  l’on cesse d’être ce que l’on était supposé être,  lorsqu’on agit autrement qu’on devrait  agir, lorsqu’on travaille pour son compte  personnel loin des préoccupations de ceux dont on est sensé défendre les causes. La vocation d’une société civile est avant tout d’assurer la cohésion sociale, la paix civile, d’alerter sur les menaces de chocs endogènes et exogènes, d’aider à développer l’expertise, la production et la productivité des masses, de contribuer à la conscience citoyenne.

Elle est et doit rester une force de propositions constructives  et non chercher à s’ériger en  contestataire ou imposteur invétéré de toute initiative à laquelle l’on n’a pas été associé,  ou en prétentieux censeur patenté  des politiques économiques et sociales. Une société civile responsable cherche toujours à éteindre des foyers plutôt qu’à mettre de l’huile au feu. Hélas l’image que renvoie la  Société civile  Africaine reste celle d’une jeune  fille  très capricieuse  qui cherche à se faire  attractive entre partis au Pouvoir et partis d’opposition mais parfois avec un penchant affiché pour l’opposition.

S’agissant des partis politiques qu’ils soient au Pouvoir ou en dehors, ils sont atteints du même virus, celui de l’obsession pour le Pouvoir politique à conserver ou à alterner,  selon. Une véritable aliénation, tout est entrepris sous ce prisme déformant qui  occulte l’essence même, la finalité de la Politique, la gestion et le bien être intégral de la Cité par et pour tous les citoyens.. Le schisme est permanent entre opposition et partis au Pouvoir et les intérêts de classe éclipsent  très souvent ceux des masses.

Concernant les tenants du Pouvoir ils découvrent de sitôt les réalités du Pouvoir avec ses forces et dynamiques internes et leurs ramifications, avec lesquelles il faut s’acclimater, au besoin  apprivoiser,  contrôler pour pouvoir prétendre rester et travailler, d’où une autre ère d’initiation  à une nouvelle Economie (Economie politique d’un pays) qui finit par  corrompre, aliéner, car tout finit par une alchimie permanente  de conservation du Pouvoir souvent incommodante pour l’ opposition mais qui ne manque pas toujours de sens pour les Auteurs. Alors  puisque l’ Afrique  reste encore en proie  à des pesanteurs de toutes sortes, l’Economie politique (Etudes et stratégies d’appropriation et de conservation du Pouvoir)  est plus coquace  que partout, celle-ci prend le dessus sur l’Economie réelle, c’est-à-dire la transformation qualitative de l’environnement Physique, socioculturel de l’individu. S’y ajoutent une  géopolitique  pesante et la question cruciale de la  disponibilité et de la gestion rationnelle des Ressources.

Quand aux partis d’opposition, ils sont encore loin de s’intéresser à l’Economie réelle, au contraire l’aggravation de son Etat pathologique ajouterait de l’eau à leur moulin. Ils se gardent de féliciter ou de reconnaître du bon, du positif dans ce que fait l’adversaire politique et  le seul programme alternatif se résume à cette posture cynique : «  peu m’importe ce que tu fais, ôtes-toi pour que je m’y mette ». ILs n’ont aucun projet  alternatif sur lequel travailler en attendant, tout est suspendu  au « Grand Soir », à une accession hypothétique du Pouvoir. Alors  l’outil le plus opérationnel et le plus usuel sous les tropiques reste la diabolisation de l’adversaire et l’instrumentalisation des masses contre.

En conclusion la Démocratie moteur de tout Développement, comme le fuel de tout moteur doit être raffinée. Pour se faire en Afrique, les principaux Acteurs de la Société dont les partis politiques  et les Sociétés Civiles, doivent se départir de cette forme de Démocratie de la Rue,  botte secrète de cette Démocratie d’alternance politique mécanique, et s’inscrire définitivement dans une Démocratie durable, celle conventionnelle du respect des Lois, règlements et règles de jeu universelles, seule capable de déboucher  sur une Démocratie économique, finalité de tout Développement.

Walmaakh Ndiaye,

Observateur politique

wandiaye@gmail.com

Laisser un commentaire