Ngoné Ndoye: « Si le régime de Macky Sall n’a pas d’idées, alors qu’ils vienne nous voir pour… »

0

Dans cette seconde partie de l’entretien que nous a accordés Mme Ngoné Ndoye, la présidente du Femidec est revenue sur la necessité de créer des emplois et de permettre à nos jeunes de rester dans ce pays. Aussi, elle en veut à l’Etat de manquer dfe vision et de refuser de venir vers le Femidec pour s’y abreuver en matière de création d’emplois.

Mme Ngoné Ndoye, l’ancienne ministre des Sénégalais de l’extérieur et présidente de l’association Femidec est vent debout. L’objet de sa révolte est la passivité du gouvernement sénégalais et -au delà de celui de Mouhamed Boun Abdallah Dionne-, ceux du continent tout entier, coupables, à ses yeux, d’avoir bradé l’économie nationale et sacrifié des générations de bras valides contraintes, désormais, à s’exiler; puisque incapables de trouver des emplois sur place.

Très remontée contre l’envahissement du marché national par des produits asiatiques, la présidente du Femidec a rappelé le gouvernement à ses responsabilités. Et à son devoir de protection des intérêts nationaux. Aussi, l’égérie de la lutte contre l’immigration clandestine et pour le développement des femmes voudrait que l’Etat contrôle davantage l’installation des industries étrangères au Sénégal. Parmi ses cibles favorites se trouvent les commerçants de poulets de chair, de tissus comme des confections artisanales en tout genre.

« Pour un pays à forte majorité musulmane, il est inconcevable que l’on permette la vente de poulets de chair, tués à la chaîne sans aucun respect pour nos traditions musulmanes« , a t-elle déploré. Aussi, celle qui parle au nom des sans-voix pense que les fabriques artisanales -appartenant à des asiatiques- et implantées à Sébikotane ne sont rien d’autre qu’une nouvelle forme de colonisation.

« C’est à une seconde colonisation que nous assistons actuellement dans le domaine économique. » A regretté Ngoné Ndoye. Aussi, la présidente de Femidec a invité le gouvernement sénégalais à s’approcher de son organisation pour s’y ressourcer; puisqu’il semble être en panne d’idées. Comme Thomas Sankara, le révolutionnaire burkinabé, dont elle s’inspire dans sa vision de l’Afrique, la nouvelle porte-parole des migrants pense qu’il est temps que l’Afrique s’affranchisse de la main mise étrangère.

Laisser un commentaire