« Je ne pouvais, socialement, pas mettre en prison Karim Wade et Sindiély Wade », Macky Sall à la réunion de Benno

"Je ne pouvais

Le chef de l’Etat, Macky Sall, trouve encore du temps et la force de faire de l’ironie malgré la gravité de la situation sociologique du pays. En marge d’une rencontre organisée avec ses alliés de Benno Bokk Yakkar, en vue de l’élection législative à venir, le patron de la mouvance présidentielle est revenu sur les questions cruciales de l’actualité sociopolitique du moment.

Si le président de la République a assumé avoir reçu de nombreux rapports de l’Ige impliquant des autorités et dont certains n’ont pas eu le battement médiatique connu par l’affaire Khalifa Sall, il a réfuté la thèse qui voudrait qu’il chercherait « à protéger certains en mettant sous le code certains dossiers de ses proches. »

Dépité par ces accusations portées à son encontre par l’opposition et une bonne partie de la société civile comme des observateurs de la sphère politique, Macky Sall a déclaré: «je ne protège personne. Je défie quiconque de prouver le contraire. Il n’y a aucun rapport de l’Ige où les recommandations n’ont pas été suivies. Il s’agit, ici, de missions classiques de vérification de l’Ige dans les institutions municipales de Kaolack, Fatick, Ziguinchor, Dakar, Pikine, Guédiawaye et Saint-Louis.»

Reconnaissant toutefois avoir fait l’économie de la transparence dans la gestion du Fesman; gestion qui avait été faite par Sindiély Wade, la fille de l’ancien président Abdoulaye Wade, Macky Sall a annoncé qu’il a renoncé à la poursuivre « parce que socialement ce serait mal vu que Karim Wade et sa soeur soient, en même temps, en prison. » Une manière indirecte de reconnaître des malversations dans la gestion de la fille de l’ancien président.

Une déclaration lourde de conséquences que Macky Sall semble ne pas considérer à sa juste mesure. Lui qui a juré de protéger la constitution et promis la reddition des comptes, une gestion vertueuse des affaires publiques et l’égalité des droits entre tous les citoyens a avoué avoir accordé des privilèges de naissance à la fille d’Abdoulaye Wade. En faisant cette maladroite sortie, le chef de l’Etat a reconnu que, pour ses états d’âme, il a laissé une totale opacité sur le gaspillage de plusieurs milliards de nos Francs.

S’il se dit informé des résultats des enquêtes ouvertes par les Ige, Macky Sall a déclaré que toutes les recommandations des inspecteurs seront suivies à la lettre. A moins qu’il nous dise que les Ige n’auraient pas recommandé des poursuites contre ses proches, le directeur du Coud doit être le premier à répondre de ses actes devant les enquêteurs de la police judiciaire; épinglé qu’il a été pour « sa gabégique gestion du centre des oeuvres universitaires de Dakar. »

Aussi, s’il a préféré répondre par l’ironie à ces accusations de partialité, c’est parce que Macky Sall pense que lui faire porter les habits malsains d’un revanchard, qui cherche à écarter un adversaire politique gênant, est un non événement.

C’est pour cela qu’il a déclaré que s’ils avaient voulu enfoncer le maire de Dakar, les inspecteurs avaient la latitude de faire des investigations plus poussées. « Mais, seule la caisse d’avance de la mairie a été auditionnée. » A déclaré le chef de l’Etat qui, vu la profondeur du trou financier découvert, pense qu’on pourrait avoir plus de « cadavres » à découvrir dans les tiroirs de Khalifa Sall.

Pour se faire plus précis, le chef de l’Etat a annoncé que « si toutes les sommes annoncées par le maire dans le cadre du projet « Lait à l’école » avaient été utilisées pour acheter du lait, sans doute que tous les enfants de la ville auraient bu jusqu’à choper la diarrhée. » Parce que pour le chef de l’Etat, Khalifa Sall a encore des choses à justifier lorsqu’il a annoncé aux inspecteurs avoir dépensé « plus d’un milliard pour acheter et distribuer du lait dans les écoles de Dakar. Et pourtant, l’Ige n’a même pas touché à cette affaire. »

 

Laisser un commentaire