Mort de Elimane Touré: Les témoignages accablants de la famille contre la police sénégalaise

Mort de Elimane Touré

Elimane Touré, Aladji Kabou TouréL’origine de la mort brutale de El’hadji Babou Touré continue de diviser proches et police sénégalaise. Si les fonctionnaires ont parlé de « suicide » confortés en cela par les résultats de l’autopsie, la famille reste arcboutée à la version de « traitements dégradants » ayant entrainé la mort de Elimane Touré…Vidéo

Le temps a fait son oeuvre. Mais la plaie, ouverte depuis le rappel à Dieu du transitaire, est restée saignante. Elimane, désormais, repose dans l’autre monde regardant, avec amertume, le désolant spectacle qui se joue sur terre sur les raisons de son soudain départ. A la police on commence à souffler un peu, espérant que la polémique se tassera et que les Sénégalais finiront par épouser leur thèse, confortés qu’ils sont par le rapport du légiste qui atteste la version du « suicide par pendaison. »

A Yeumbeul, même si la résilience a fini par s’imposer, les Touré, dignes dans leur deuil, continuent d’accuser la police, sinon de meurtre, de « tortures » ayant entrainé la mort de leur fils. « Elimane était bien portant » en sortant de chez lui, c’est son cadavre qui a refoulé le sol de sa ville, mort par « strangulation » dans les locaux du commissariat du port, à « une heure inconnue », pendu avec « les draps » d’une « chambre VIP » que les policiers auraient mis à sa disposition.

Plus révoltante encore, cette « pendaison » intervient dans les locaux de la police sénégalaise, sur une personne gardée à vue. La garde à vue d’un suspect, faut-il le préciser, a pour objectifs premiers d’empêcher la fuite du mis en cause, la destruction des preuves de sa culpabilité, la protection de l’intégrité physique du suspect et de ses possibles victimes et pour l’empêcher d’exercer des pressions ou des  intimidations sur des témoins ou des victimes. Rien de dégradant ne doit arriver à une personne gardée à vue dans les locaux d’un commissariat de police ou d’une brigade de gendarmerie. Même pas une insulte.

Et lorsque cette intégrité physique du suspect est violée dans les locaux même de la police jusqu’à ce que mort s’ensuive -qu’elle soit provoquée par soi-même ou par autrui- il y’a un problème. Un gros dysfonctionnement qu’il faut corriger tout de suite. Qu’il soit « torturé à mort » -comme l’affirme la famille- ou « pendu » -comme le prétend les autorités-, la responsabilité de la police sénégalaise est engagée. Elle est entière et elle doit en répondre.

Le policier, c’est vrai, est assermenté. Sa parole, comme le veut le législateur, doit faire foi. Et quand un citoyen a maille à partir avec « un homme de tenue », c’est « le corps habillé » qui a toujours raison. Cela n’est pas acceptable en ce 21 ème siècle.

Quand on sait que le policier est -avant tout- un pur produit de la société sénégalaise -avec tous les tares que l’on connait à cette société-, ce privilège doit changer. Les forces de l’ordre comme les magistrats qui sont des citoyens, au même titre que tout Sénégalais, doivent être traités au même pied d’égalité que l’orpailleur clandestin de Kédougou. Il est temps de leur enlever cette présomption de véracité voire de sacralité de leurs dires alors que le citoyen lambda est toujours présumé menteur.

Elimane Touré est mort à cause de simples « insultes et menaces » -sans aucun début d’exécution de ces prétendues menaces- à l’encontre de son « Big Boss ». Quand on connait la surcharge de travail de nos limiers, leur manque de moyens pour aller déranger les braqueurs de banque qui écument Dakar, c’est très léger qu’ils aillent chercher un contribuable chez lui, un dimanche de surcroit, pour le conduire au commissariat sur « une plainte régulière » d’un patron qui a des démêlés avec son employé. Aussi, puisqu’on est pas face à une flagrance, pourquoi ne pas lui envoyer une simple convocation de police que sinon le plaignant, lui-même, le délégué de quartier pourrait lui remettre?

Aussi, à moins que ça ne soit sur réquisition écrite du procureur de la République, l’acheminement du mis en cause -à bord d’un taxi payé par le plaignant- du commissariat de Yeumbeul vers la police du port cache une proximité suspecte entre le Big Boss et les limiers du port. Comme sont suspects les agissements du policier qui, venu cueillir le mis en cause, ment sciemment sur son identité et sa qualité de fonctionnaire. Voila tout un tas de choses qui montre que cette affaire Elimane Touré garde beaucoup de zones d’ombre. Et comme dirait l’autre, « quand c’est pas clair dans ma tête, c’est que c’est louche. »

Babacar Touré

Directeur de Publications de Kewoulo.info

 

Laisser un commentaire