« Mon rêve, c’est de trouver un toit pour les enfants de la rue; parce que j’ai une dette envers le Sénégal », André Lambert

"Mon rêve c'est de trouver un toit

Président de l’association « Babacar et Bénita, Cantine du Coeur », André Lambert est un retraité français qui s’est découvert une nouvelle mission au Sénégal: participer à la protection et à l’éducation de la petite enfance. Interpellé par le triste sort des enfants sénégalais abandonnés à la rue, il a décidé de s’engager pour changer leur destin. Entretien avec un missionnaire de l’humanitaire…

 

– M. Lambert depuis combien de temps êtes-vous au Sénégal et quel est l’objectif de cette présence?

  • Je suis arrivé dans ce pays il y a trois ans de cela, après un séjour de 6 ans en Tunisie. Arrivé comme tout touriste occidental, j’avais besoin de dépaysement. Et je n’ai pas été déçu. J’ai été directement interpellé par le sort des enfants qui dans la rue tendaient la main et demandaient de l’argent aux passants. Et depuis cette rencontre, mes priorités ont changé, j’ai senti naitre en moi une autre mission: il faut faire quelque chose pour changer l’existence de ces gamins. Et mon rêve, aujourd’hui, est de permettre à certains d’entre eux de quitter la rue pour avoir un toit au dessus de leurs têtes. Le chantier est vaste. Mais, avec la volonté, si chacun en fait une affaire personnelle, on peut changer leurs destins. Mon rêve, aujourd’hui, c’est de leur offrir un endroit où ils pourront avoir une protection, pour que leur quotidien puisse changer sur le plan alimentaire, éducatif et sanitaire.
  • Comment comptez-vous parvenir à réaliser ces projets nobles qui demandent beaucoup de moyens financiers?

  • Nous voulons lancer, à l’échelle nationale, une campagne de bénévolat pour récolter des moyens nous permettant d’apporter notre pierre à l’édifice national. C’est une campagne nationale et internationale de solidarité que nous aimerions lancer pour changer l’existence de ces enfants abandonnés à la rue. Nous nous adresserons, d’abord, aux citoyens sénégalais; puisque ma conviction est que ce problème étant d’abord sénégalais il appartient au Sénégal de le régler. Mais, je m’adresse également à tous les pays extérieurs, aux étrangers, aux Européens, aux Américains pour qu’ils nous viennent en aide pour sauver ces enfants. Nous ne demandons pas directement de l’argent. Mais, nous avons créé des produits faits par des mamans, des femmes sénégalaises, et les avons mis en vente dans les commerces. En achetant ces produits 100% sénégalais, les consommateurs aideront à changer la condition d’existence de ces enfants. Parce que les recette de ces ventes seront au profit des enfants abandonnés.16864091_411887685817642_3921206822439734884_n
  • Bénéficiez-vous d’apports de tiers ou de gouvernements dans la réalisation de cet ambitieux projet humanitaire?

  • Non, pour le moment, je ne bénéficie d’aucun apport, d’aucune aide ou subvention. Je travaille avec des fonds propres. Ce projet, qui me tient à coeur, est financé par ma pension de retraite gagnée en France.
  • Avez-vous une capacité financière vous permettant de vous lancer un tel défi; si on sait que c’est sur fonds propres que vous lancez ce projet?

  • Non, je n’ai pas la capacité financière requise pour le faire tout seul. C’est pourquoi j’en appelle à la solidarité nationale. Ensemble, on pourra le faire. Pour mener à bien cette opération, on va prendre des produits du terroir: des arachides, des noix de cajou… Ils seront préparés par des femmes qui percevront des salaires. Ces arachides et noix de cajou seront traitées et reconditionnées dans des sachets. Ce sont ces sachets-là qui seront mis en vente dans les boutiques, dans les hôtels, dans les parcs, dans les bars. Et, avec le bénéfice réalisé, nous construirons des logements d’hébergement et assurerons l’intendance pour le bonheur et l’éducation de ces enfants.
  • Pourquoi avoir choisi le Sénégal pour abriter un tel projet alors que vous avez la possibilité d’aller le faire ailleurs?

  • J’ai choisi le Sénégal parce que c’est ici que s’est fait le déclic. Aussi, parce que j’ai une dette envers ce pays et ses enfants. Je dois une dette envers le Sénégal parce que, comme de nombreux citoyens africains, vos aïeuls, -Tirailleurs Sénégalais- sont les premiers qui sont venus se battre aux côtés du peuple français pour le libérer du joug du nazisme. Vous êtes venus arracher mon pays de la mainmise allemande. Donc, comme vos ancêtres venus sauver mon pays, mes parents, il est de mon devoir de venir sauver les petits-enfants de ces braves gens qui ont libéré la France en 1945. Ce sentiment est d’autant plus grand en moi, quand en 1955, après avoir assisté à un défilé des Tirailleurs et Spahis Sénégalais, je suis resté en admiration pour l’homme africain. Dans mon département des Vosges, j’ai grandi avec ce sentiment éternel de devoir envers le Sénégal. En revanche, j’ai aussi, malheureusement, vu la misère des Spahis en France. Pour des gens qui ont tout donné à la France, ils n’ont rien reçu en contrepartie. Chaque Français doit être habité par ce sentiment de trahison envers les Africains. C’est cette injustice que j’essaie de corriger à mon modeste niveau.
  • Qui sont ces enfants concernés par votre projet?

  • Quand nous parlons des enfants de la rue, nous parlons de tous les enfants abandonnés et qui se sont retrouvés dans la rue. Mais, nous sommes particulièrement sensibles au sort des enfants talibés. Ce sont les plus nombreux que l’on voit dans les rues de Dakar et dans la sous-région.
  • Comment comptez-vous, concrètement, faire pour faire fonctionner votre projet?

  • Notre projet est tout simple: monsieur le président de la République, Macky Sall, a pris une décision héroïque de retirer définitivement les enfants de la rue. Et cela, sur toute l’étendue du territoire sénégalais. Il a eu un courage politique historique de mettre fin à la maltraitance et à la servitude quotidienne de mendicité des enfants. Il a réussi à sauver des centaines d’enfants de l’esclavage forcé et de la mendicité dans les rues de la République. Il n’y en avait pas que des enfants du Sénégal; il faut noter qu’il y avait des enfants de la sous région. Cet édifice pour lequel il a posé la première pierre, le 30 juin 2016, nécessite un bon nombre d’entreprises et d’ouvriers pour le réaliser. C’est pour cela que nous nous proposons de l’accompagner dans ce grand chantier; en lui proposant les matériaux nécessaires pour l’hébergement, l’intendance, la protection et l’éducation. Quand nous parlons d’éducation, c’est savoir lire et compter et continuer à étudier le Coran et pratiquer, convenablement, leur belle religion qu’est l’islam.
  • Ce projet est-il connu des hautes autorités sénégalaises?

  • Non, pour le moment, nous nous adressons d’abord aux citoyens sénégalais. C’est ensuite seulement que nous irons vers les autorités étatiques. Le projet est prêt. Nous allons le lancer. Comme vous le savez, pour tout projet, il y’a une phase de préparation, de finition du produit et c’est après cela seulement qu’on le met sur le marché. C’est un gros challenge qui interpelle toute l’humanité. Nous invitons les uns et les autres à s’organiser pour changer la vie de ces enfants. En le faisant nous nous rendrons service. Et l’humanité nous le vaudra.Ce projet est réalisable avec une cohésion nationale pour la cause. D’autres pays y sont arrivés. Pourquoi pas nous?

Laisser un commentaire