Meurtre du présumé dealer de Keur Massar: Six jeunes déférés au parquet ce matin par la gendarmerie

Meurtre

Les hommes de l’adjudant-Major, Khota Diop, commandant de la brigade de gendarmerie de zone franche industrielle, ont déféré au paquet ce jeudi 27 octobre les supposés meurtriers du présumé dealer Pape Malick Dieng.

La famille du supposé trafiquant de drogue Pape Malick Dieng sauvagement tué par une foule en furie peut désormais crier victoire. Du moins pour le temps de la présentation aujourd’hui des présumés meurtriers de leur proche devant le procureur de la République. Les mis en cause sont Ch. Pouye, E. Bamba Tall, I. Niang, M. D. Seck, M. Diop, alias Mara et S. Lèye, dit Serigne Diop. Tous sont poursuivis pour le meurtre de Pape Malick Dieng.

Les mis en cause ont été auparavant convoqués par groupe de trois et entendus sur procès-verbal (Pv) durant plus de dix jours par un gendarme enquêteur. Mais, convoqués à nouveau ce matin, renseignent nos sources, ils ont été tous placés en garde à vue puis déférés au parquet. Cependant, révèlent toujours nos informateurs, ils ont nié en bloc toutes les accusations et ont servi des explications différentes devant les pandores.

D’aucuns déclarent avoir été injustement pointés du doigt et affirment avoir juste assisté à la mise à mort cruelle du jeune Pape Malick Dieng. D’autres indiquent avoir été absents du quartier au moment des faits et clament urbi et orbi leur innocence.

Des pandores de Niague et de Keur Massar appelés en renfort pour mater tout acte de défiance et de rébellion contre la justice

Ceux qui menaçaient de contrecarrer l’action de la justice contre les supposés criminels de Pape Malick Dieng – si toutefois ces derniers sont déférés au parquet – ont dû revoir leur copie devant les mesures sécuritaires prises par les autorités judiciaires compétentes. Celles-ci ont pris ce matin toutes les dispositions nécessaires avec du renfort des éléments de la brigade de gendarmerie de Niague et de Keur Massar.

Les pandores ont débarqué en tenue de combat chez leurs collègues de la zone franche industrielle et semblaient être déterminés à mater tout acte de défiance ou de rébellion contre la justice. Ils étaient armés et surveillaient du regard les moindres faits et gestes des proches des mis en cause venus en grand nombre à bord de véhicules et de scooters.

Lorsque les mis en cause ont été convoqués à nouveau ce matin à la brigade, souffle-t-on, leurs parents, amis et voisins ainsi que des notables du quartier Darou Salam de Keur Mbaye Fall ont très tôt pris d’assaut les locaux de la gendarmerie. Malgré leur forte présence à la brigade, les jeunes garçons ont été déposés ce matin dans la cave du procureur.

C’est toute sirène hurlante que les hommes en bleu, armes à feu bien visibles et collés à la poitrine avec le doit sur la gâchette, ont quitté en trombe les locaux de la brigade de zone franche industrielle pour effectuer le transfèrement des accusés au tribunal de grande instance de Dakar, via l’autoroute à péage.

Le feu couve toujours au quartier Darou Salam de Keur Mbaye Fall

Malgré l’arrestation des présumés meurtriers, les autorités étatiques devraient continuer à redoubler de vigilance, veiller sur le secteur et surtout surveiller comme de l’huile laissée sur le feu les amis et autres voisins des mis en cause. Certains parmi eux ruminant encore leur colère, menacent toujours de déclencher une sanglante vendetta contre l’autre camp dans le quartier. A bon entendeur…

Vieux Père NDIAYE (Jotay.net)

Laisser un commentaire