Me Abdoulaye Tine, président de l’Usl: « Il faut absolument sortir le président et son ministre de la justice du fonctionnement juridique après les élections législatives »

Me Abdoulaye Tine, président de l'Usl

0
153

Quand un politique doublé être un avocat plaide en faveur d’un peuple, son argumentaires pour convaincre passe aussi par le droit. Maître Abdoulaye Tine, n’a pas mis de gangs pour décortiquer ce qui doit être, à ses yeux, les enjeux des prochaines élections législatives. Sans demi-mesure…

Le Sénégal s’achemine vers les élections législatives «aux doubles enjeux. »  « L’un, selon Maître Abdoulaye Tine, doit s’accentuer sur la réhabilitation de l’Etat de droit. Et l’autre doit porter sur le rétablissement de la liberté démocratique». Il pense que «ce qui était le sens de l’engagement des citoyens, pour l’avènement de la seconde alternance, c’était d’arrêter certaines pratiques que nous devions bannir à jamais. Surtout avec un président jeune». « Malheureusement, regrette le juriste, nous venons d’apprendre que l’ouvrage de l’opposant Ousmane Sonko, est interdit au Sénégal».

Alors pour combattre cet état de fait, il a déclaré que tel était le cas, «ce serait une violation de la constitution sénégalaise ou des lois sénégalaises qui prévoient la liberté d’expression par la voix, l’écrit et l’image». Autre constat, Me Abdoulaye Tine a déclaré que «ces dernières années, la liberté de manifestation a été mise à mal. La plupart des marches de l’opposition ont été interdites ou ont été dispersées ».

Cette situation a indigné la robe , qui a rappelé que «des promesses de Macky Sall portant sur la réédition des comptes et la dissociation la fonction de président de la fonction de chef de parti n’ont jamais été tenues. Au contraire, il y a une confusion au point que des journalistes et des politiques ont été inquiétés et traduits devant les juridictions ».

« Ensuite, a ajouté le conférencier du jour, on a remmené au-devant de la justice le délit d’offense au chef de l’Etat qui est le président le jour et chef de parti la nuit. Ainsi, les opposants ne peuvent pas savoir quand parlent-ils à lui et quand parlent-ils au président ».  Maître Abdoulaye Tine n’a pas, aussi, manqué de souligner  «l’utilisation abusive de la détention préventive comme arme pour punir des opposants. Beaucoup d’entre eux ont été détenus et plus tard libérés».

« Alors, l’enjeu de ces élections législatives, a indiqué le président de l’Union Sociale et Libérale, devrait mettre fin à l’instrumentalisation de la justice ». « Pour ce faire, il faudrait après les élections, instituer un juge des libertés et de la détention. Comme cela se passe en France et comme ça était préconisé dans les assises nationales. Tout ceci pour rompre le lien instrumental qui peut exister entre le procureur de la république qui, ici, au Sénégal, peut arrêter qui il veut et qu’il décidé qu’il aille en prison sur instruction du ministre de la justice, le temps que le juge se prononce

En effet, l’avocat a aussi évoqué l’état de droit comme le second enjeu de ces prochaines élections. Il a souligné un fait pour consolider son argument : « Le maintien en détention préventive du maire de Dakar, Khalifa Sall, ne se justifie pas. Surtout qu’en droit, le principe, c’est la liberté, l’exception est la détention. On ne doit détenir un individu que lorsqu’il ne présente pas des garanties de représentation. Ce qui n’est pas le cas pour Khalifa Sall.»

Par conséquent, a estime le président de l’USL, «les élections législatives doivent permettre de rétablir l’état de droit.  En faisant des aménagements qui consistent à sortir le président de la République et son Premier ministre de l’ordonnancement et le fonctionnement de la justice, c’est-à-dire du conseil supérieur de la magistrature et laisser les magistrats nommé les juges sans interférence étatique, pour que le procureur ne soit plus l’homme le plus puissance de la république

Laisser un commentaire