Me Abdoulaye Tine: « Il faut que le président de la République et son ministre sortent du fonctionnement de la justice »

Me Abdoulaye Tine

Resté longtemps loin de la politique et de ses nombreuses tentations, Me Abdoulaye Tine a fini par se jeter à l’eau. Par se mouiller dans cette mare où de vieux crocodiles aux pratiques lugubres sont encore présents et comptent mourir sinon au pouvoir dans l’antichambre du palais. « Indigné par le mode de gestion des affaires publiques »; gestion incarnée par des politiciens professionnels éloignés des réalités du peuple, l’avocat a pris son destin en main. Il veut et va se battre pour rendre son pouvoir aux Sénégalais spoliés de tous leurs droits. Pour cela, il va briguer le suffrage de ses compatriotes.

Personne ne s’attendait à le voir dans ce registre. Mais, à force de voir multiplier les maladresses et l’amateurisme des régimes successifs du Sénégal,  il a fini par s’y retrouver. Désormais, Me Abdoulaye Tine, l’avocat défenseur des Droits et l’un des rares spécialistes africains de la détention arbitraire, est, depuis hier, candidat à la candidature suprême du Sénégal. Il a fait l’annonce hier à l’hôtel Radisson Blu à Dakar.

Désigné président de l’USL, l’Union Sociale et Libérale, l’homme qui vient de s’aligner à la course de la présidentielle est un quarantenaire à la vie bien rangée. Avocat pénaliste inscrit aux barreaux de Paris et de Dakar, ce svelte jeune homme à l’allure pressée a une longue expérience des Droits de l’homme. De tous les hommes, pour peu que leurs droits soient bafoués; comme on le voit actuellement au Sénégal avec ce régime de Macky Sall.

C’est pourquoi pour ne pas cautionner de tels actes, « avec des amis, citoyens engagés et convaincus qu’il est temps de donner ambition et passion à la politique dans notre pays, nous avons refusé la résignation et la fatalité et avons décidé de prendre part à tous les rendez-vous électoraux ».

Observateurs avertis de la scène politique, depuis de nombreuse années, ce sont de jeunes cadres sénégalais, experts dans tous les domaines, qui ont ainsi sonné la révolution pour permettre au citoyen lésé de se sentir concerné par la politique.

S’ils se sont engagés, maintenant, et tracé très clairement la frontière qui doit exister avec les partis traditionnels, « c’est parce, à cause de leurs pratiques d’un autre âge, la politiciens professionnels ne font plus rêver et certains ont honte d’avouer qu’ils sont des acteurs politique. »

Ne pouvant accepter de rester spectateur de désolant spectacle qui a droit de cité dans notre pays, Me Abdoulaye Tine a déclaré que le temps du think thank est révolu. « Il s’agit, maintenant, de prendre le pouvoir électoral afin que les citoyens prennent le pouvoir et arrêtent être des assistants et applaudisseurs éternels. »

Alors, pour qu’ils ne ratent pas cette occasion de reprendre le pouvoir qui leur a été confisqué, le président de l’USL leur a lancé un appel à venir le rejoindre dans ce parti qui est le leur. « Il vous appartient, leur a-t-il dit, de prendre le pouvoir et de mettre fin à ces intrigues de pouvoir auxquelles nos acteurs politiques nous habituées. »

Contrairement aux autres partis qui appartiennent exclusivement à des individus, « l’USL n’a ni baron ni chef. » Et se veut le porte-parole des citoyens sans parti et des femmes et hommes qui rêvent d’être impliqués dans la gestion des affaires de la cité.

« De nombreux citoyens nous ont fait part de leurs doléances et si nous nous sommes engagés, c’est parce que nous savons que personne ne prendrait en compte nos préoccupations. » Se voulant rassembleur, le président du nouveau mouvement a déclaré que « c’est un parti qui permettra à tous les talents de s’épanouir. »

Poursuivant son opération de charme à l’endroit des journalistes, il a déclaré que ce sont « des citoyens engagés comme vous et moi dont le objectif est de rehausser le niveau de la politique, redonner goût et pouvoir individuel au citoyen qui se sont organisés au sein de ce mouvement. »

Pour arriver à cet objectif, le président de l’USL pense qu’il est temps de renouveler la classe politique. « Il ne s’agit plus de croire à des bâtisseurs d’utopie, ça ne peut plus rien dire« , a déclaré Me Abdoulaye Tine.

 

Laisser un commentaire