« La manière dont Karim Wade a été traité s’apparente à une mesure de bannissement », Maitre Abdoulaye Tine

"La manière

Me Abdoulaye Tine

Le candidat du Pds à la future élection présidentielle risque de rater le coup d’envoi des prochaines joutes électorales. Si l’on se fie aux révélations faites par Me Abdoulaye Tine, l’un des candidats à cette même élection et président de l’Union Sociale et Libérale,  « La manière dont Karim Wade a été traité s’apparente à une mesure de bannissement »; une mesure exceptionnelle des arsenaux juridiques de la République. Une flagrante violation de la Constition sénégalaise et du droit international.

Le président de l’Union Sociale et libérale était l’invité de la télé privée dakaroise, Walf TV. Face à la présentatrice de « Sortie », Me Abdoulaye Tine a déclaré avoir décidé de s’engager en politique « par devoir envers son pays et pour réparer les injustices subies de toutes parts. » Parce que, pour lui, la réussite personnelle des uns et des autres ne doit pas les empêcher de se sentir concernés par la misère qui gangrène ce pays et doivent, de ce fait, de s’acquitter de leurs devoirs.

« Si je me suis engagé en politique, c’est parce que j’ai écouté les Sénégalais qui ne se retrouvent plus avec les tenants de ce pouvoir« , a déclaré le président de l’USL. Pas tendre avec le pouvoir en place, Me Abdoulaye Tine a déclaré que « Macky Sall a trahi les espoirs placés en lui. »

Pour lui, le premier manquement de parole de Macky Sall envers les Sénégalais a été son parjure envers la constitution du Sénégal. « Il s’était engagé à ne faire qu’un mandat de 5 ans pour finir par nous imposer 7 ans », a t-il déploré. Et dans ce cadre, il pense que « il appartient à tous les fils du Sénégal de se lever pour reprendre le pouvoir des mains de Macky Sall et de ces politiciens professionnels et de le remettre au peuple, seul propriétaire de l’exécutif. »

Pas tendre avec l’actuel président de la République, le chef de file du dernier mouvement politique sénégalais pense qu’on doit faire la politique autrement en se rapprochant d’avantage des besoins des Sénégalais. « De 2012 à ce mois de mars 2017, les 5 ans pour lesquels Macky Sall avait été élu sont terminés. Après ces 5 ans, il appartient à tout citoyen de faire le bilan. Et pour moi, cette alternance est un espoir trahi, des engagements jamais respectés, des violations des droits« .

Conquérant déclaré à la présidence, Abdoulaye Tine a déclaré que la construction de son mouvement a démarré en 2014. Et, s’ils ont pris du temps à se déclarer publiquement, c’est qu’ils étaient en train d’observer et de réfléchir. De travailler, profondément, afin de ne pas faire comme les autres: une fois élus, oublier les promesses électorales. Aussi, l’USL qui regroupe de nombreux cadres, chacun experts dans son domaine, est un parti indépendant: nous ne sommes si dans l’opposition comme elle est constituée aujourd’hui ni dans la coalition actuelle qui dirige ce pays.

Dans sa litanie de révélations, le dernier candidat déclaré au fauteuil présidentiel a laissé entendre que « La manière dont Karim Wade a été traité s’apparente à une mesure de bannissement. Il n’a pas bénéficié de grâce présidentielle, puisque quand on est gracié on a liberté de faire et d’aller où on veut. Pour le cas de Karim Wade, il n’est pas libre. Il est renvoyé du Sénégal. »

Dans les cas de personnes frappées par le bannissement, ils ne peuvent plus obtenir de document de leur pays et deviennent, du coup, des apatrides. » A-t-il annoncé. C’est pour des cas comme celui de Karim Wade que la convention de Genève a prévu la possibilité de reconnaitre le statut de réfugié politique. « Aucun autre humain ne peut être déchu de toute nationalité« , a conclu l’avocat qui est revenu sur de nombreux autres cas.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire