Histoire : une maman transforme sa fille en chèvre avant de la tuer

    Histoire : une maman transforme sa fille avant de la tuer

    histoire-sorcieres-bangolo-cote-d'ivoire
    histoire-sorcieres-bangolo-cote-d'ivoire

    En Afrique noire, la sorcellerie est une réalité depuis des décennies. Pour certains, ce ne sont que des paroles en l’air. Mais ce dont sont capables les africains est parfois inexplicable.

    Comme le disent les africains : « l’Afrique aux africains » et « l’Afrique a ses réalités« .

    Histoire vraie

    L’histoire se déroule à Bangolo, une ville de l’ouest de la Côte d’Ivoire. Une dame du nom de Zeba Antoine âgée de 90 ans est chef d’une redoutable confrérie de sorciers à gohouo-zagnan dans le département de bangolo.
    Dans cette confrerie, sont membres, Behe Suzanne ,79 ans, Degnan Colette, 70 ans, Zeba Madeleine, 65 ans, Seyon Valentine, 39 ans et Tia Marcellin, 36 ans.

    Il y a quelques semaines, une de leurs victimes s’est retirée les s*ins avant de mourir. Cette dernière n’est autre que la fille d’un membre de la confrérie. En effet, Zeba Antoinette, chef de la confrérie, qui devait rembourser un crédit de cuisse humaine, contractée auprès de Degnan Colette, va alors livrer sa fille Seyon Christine.

    Livrée, cette dernière a été transformée mystiquement en une chèvre pour le sacrifice. Elle s’est faite par la suite couper les s*ins.

    A la suite de cette pratique, dame Seyon Christine tombe gravement malade et est évacuée dans un centre de sante à Abidjan.

    Les examens médicaux ne donneront rien jusqu’à ce qu’elle meurt. Transférée au village, le corps de celle-ci va désigner à tour de rôle la confrérie de sa mère.

    Que s’est-il passé?

    Selon Seyon Valentine, la grande sœur de la victime, leur mère, Zeba Antoinette, chef de leur confrérie, aurait elle-même coupé les s*ins de sa fille avant de la poignarder quelques jours plus tard.

    Ce que confirme à la barre l’accusée. Aussi, l’on apprendra que cette confrérie, a en 2 ans, donné la mort a 12 personnes.

    Cinq des membres de la confrérie ont été arrêtés par la police de la localité, et devront purger une peine maximale de 5 ans. Le sixième a été relâché pour bonne coopération avec la justice.

    Le tribunal a relâché la grande sœur de la victime pour bonne coopération. Quant aux 5 autres membres de la confrérie, ils ont tous été condamnés à 5 ans d’emprisonnement ferme et à payer 100.000 FCFA d’amende.

    Laisser un commentaire