Lions du Sénégal: A peine mariée, la fédération se sépare de l’équipementier Romai

Lions du Sénégal: A peine mariée

L’idylle entre la FSF et Romai pourrait durer le temps d’une rose. Quatre mois après le début du partenariat avec l’équipementier émirati, l’instance dirigeante du football Sénégalais, peu satisfaite de la collaboration, n’exclut pas de rompre le contrat qui prend officiellement fin le 31décembre 2018.

En s’engageant avec la firme émirati Romai, la FSF escomptait redorer le blason de l’équipe nationale du Sénégal, après la fin de son partenariat avec Puma. Mais, depuis la signature du bail, le 16 novembre dernier, les émiratis semblent avoir du mal à honorer tout leurs engagements. Les derniers rassemblements des Lions à Londres et à Paris, du 20 au 28 mars dernier, en sont les parfaites illustrations.

A LIRE AUSSI: Equipementier des Lions : Le jeu trouble de la fédération sénégalaise de football

Cheikhou Kouyaté et ses coéquipiers ont du faire un vrai « njaxas »en arborant des équipements de Romaï et de Puma. Ce qui n’a pas été du goût des fédéraux qui menacent de rompre la collaboration. « il n’y a ni quantité ni qualité dans la livraison du matériel et les délais ne sont pas respectés. ça c’est le constat de tout  le monde. Les tailles des maillots non plus ne sont pas aux normes. Pourtant,la FSF a transmis l’expression de ses besoins », souffle-t-on.

A LIRE AUSSI:Nouvel équipementier des Lions, Romai : Un contrat de 450 millions de francs

Pour rester logiques avec eux-même les dysfonctionnements à  l’occasion des deux matchs amicaux que le Sénégal a joué contre Nigeria et la Côte d’ivoire où les Lions ont effectué leur stage avec des équipements différents (Puma et Romaï), les fédéraux ont dans un premier temps interpellé l’intermédiaire qui a facilité la collaboration entre les différentes parties. Ils ont ensuite saisi la structure en tant que telle pour se plaindre de la qualité du matériel. Même si, comme pour la plupart des firmes, c’est de la Chine que le matériel  provient, les qualités fournies par Romai sont les mêmes que l’on trouve dans les marchés au puces.

Cependant, informée de l’cheminement de 10 000 maillots, survêtements et autres blousons, la FSF dit attendre l’arrivée de ces produits pour donner son avis. Et lors du dernier rassemblement des Lions à Paris, les dirigeants, avec à leur tête Me Senghor, ont clairement soutenu que, s’il est avéré que ces produits sont les mêmes que ceux que la FSF a recus jusque-là, le contra serait attaqué avant d’être résilé.

Les échantillons mise en cause.

Pourtant, les échantillonts envoyés par Romai avant la signature du contrat avaient suscité beaucoup de débats à la réunion du comité executif du 2 novembre 2016. Mais, entre le mal et le pire, la FSF a choisi le mal puisqu’il n’était  plus question  de continuer à porter les maillots de Puma dont le contra est arrivé à expiration depuis le 31 décembre 2014 et que « ce serait un manquement d’aller à la CAN sans équipementier ». Alors, en prenant le risque de signer avec son nouvel équipementier, la FSF savait que rien n’était évident.

Toutefois, compte tenu du delai court entre la signature du contrat et le début de la compétition, Romaï a adressé une correspondance à l’instance faitiére du football Sénégalais pour l’informer de la difficulté à acheminer tout le matériel. Dans sa réponse, la FSF a exhorté son partenaire à mettre le paquet pour assurer le minimum. C’est à dire qu’il doit honorer tous ses engagements pour qu’ à la CAN, aucun couac d’ordre logistique ne soit noté. D’ailleurs, l’équipe qui a rejoint son camp de base de Brazzaville, le 5 janvier 2017, n’avait que deux jeux de maillots. Les joueurs, dans un premier temps, n’avaient pas le droit d’échanger leurs maillots avec leurs adversaires.

A LIRE AUSSI: Lions du Sénégal VS Nigéria : Les terribles ratées de la fédération à Londres

Il a fallu une énorme pression pour que le deuxieme lot arrive. Et c’est la dernière vague des dirigeants, en partance pour  Franceville, qui a convoqué le matériel. Dans l’urgence, les maillots étaient floqués à Libreville avec un retard puisque ce travail ne pouvait pas se faire en Chine, encore moins à Dakar. Sur place, les joueurs avaient la surprise de leur vies. Non seulement les tailles n’étaient aux normes, mais le matériel n’était pas suffisant.

Ce qui fait qu’ils se sont souvent heurtés aux intendants qui ne pouvaient pas faire face à leur caprices. Cependant, après la compétition, en réunion d’évaluation, la FSF a souhaité donné une marge de manœuvre à l’équipementier afin qu’il matérialise tout le contrat.

Les promesse de Romaï

Malheureusement, elle s’est rendu compte que, dans la fourniture des équipements, il n’y a pas de quantité suffisante, la qualité n’est pas bonne et les mensurations ne sont pas aux normes. Par ailleurs, dans le  contrat qui lie les deux parties, l’équipementier s’est d’abord engagé à verser pendant deux ans entre 400 000 euros (262 000 000fcfa)et 700 000 euros (458 500 000 F CFA) d’émolument à la FSF.

Des contenaires d’équipements d’une valeur 500 000 euros (327 500 000 F CFA devrait être convoyé à Dakar pore toute la durée du contrat. La fédération a aussi négocié que des boutiques témoins soient financés enfin d’avoir une plus-value dans la mesure ou elle compte vendre des maillots à hauteur de 20 dollars US (10 000 F CFA environ) pour permettre à tous les inconditionnels de l’équipe nationale de s’octroyer les maillots de leurs joueurs.

Si la FSF s’est jetée sur l’offre, c’est parce que l’équipementier a aussi proposé et promis des primes de qualifications pour les différents équipes nationales. Celles-ci passent de 30 000 (19 650 000fcfa) à 50 000 euros (32 750 000fcfa). Pour la dernière Coupe d’Afrique que s’est jouée au Gabon, une prime spéciale d’objectifs a aussi été relevée. C’est à dire à chaque fois que les Lions passent un tour, la FSF passerait à la caisse. Ces primes varient entre 30 000 (19 650 000 F CFA) et 100 000 euros (65 000 000 FCFA).

Reformé, Puma toujours présent

Si le comité exécutif a donné mandat au président de la FSF, Me Augustin Senghor, pour donner une suite à la proposition de Romai, c’est que les deux parties ont convenu d’une clause importante. Dans le contrat, il est dit qu’à l’approche de la Coupe du monde, si le Sénégal recroit une offre plus alléchante que celle de Romai, le contrat peu être rompu San dommages et intérêts. C’est vrai que la FSF a craché sur la proposition de Nike qui était prêt à habiller les Lions sans bourse délier. Mais, l’instance reste toujours ouverte surtout  que ce qui s’est passé lors de la récente semaine internationale n’honore pas le football sénégalais.

Pour déficit d’équipements; les Lions étaient obligés de porter des polos de Romai et s’entrainer avec les équipements de Puma. Depuis qu’elle a reconduit sa collaboration pour la dernière fois avec Puma en 2012, la fédération Sénégalaise de football a emmagasiné beaucoup de matériels de la firme allemande. D’ailleurs, les magasins du Stade Léopold Sédar Senghor et celui du centre technique de Toubab Dialaw ne peuvent pas contenir tout le matériel.

En ayant toujours les maillots de Puma en quantité suffisante, la FSF compte réformer ces produits. Elle les distribuera au monde du football. Même si aucune clé de répartition n’est encore arrétée,les dirigeant veulent faire profiter des équipements à toutes les équipe.

Avec Stades

Laisser un commentaire