Législatives 2022: Mariama Diallo, l’ex-responsable des Cadres Républicains de France prédit la défaite de Benno

L’élection législative approche à grand pas. Comme vous le savez tous, la date a été arrêté au 31 juillet 2022. Nous avons pu assister à de nombreux rebondissements concernant les différentes listes allant du parti au pouvoir et s’étendant à celles de l’opposition.

Force est de constater, que la victoire du BBY, est plus que compromise, en ENCO, compte tenu de la désertion du terrain politique par les ténors, suivis de prêt par les militants, les sympathisants et les mouvements de soutien. Pourquoi penser que cette défaite sera à la fois cinglante et humiliante pour les “ténors” du BBY ?

Pour la simple et bonne raison que le boulevard politique BBY, est devenue une ruelle.
Elle est devenue une ruelle, au lendemain de la victoire du Président Macky Sall. Le Terrain a été abandonné, il a même été livré sur un plateau en or à l’opposition. L’arène politique n’existe plus, les gladiateurs et les gladiatrices du BBY, sont à l’agonie.

Ils n’ont pas été blessés par les armes de leurs ennemis, mais bien par les fauves et toutes sortes de bêtes lâchées dans l’arène, dans le seul but de les faire périr. Peu importe que le patron de la coalition BBY, lève ou descende son pouce, la mise à mort de son clan a été programmé par ses premiers couteaux .

L’absence de bilan de campagne, suivi par la fuite au Sénégal des “ténors” du parti, dans le seul espoir d’obtenir une promotion, ont plombé le travail accompli par la machine électorale. Tout cet ensemble de déboires, estampillé par des scandales financiers et des histoires de mœurs ont contribué à mettre à genoux l’ensemble de la machine BBY.

Si bien que l’intégralité, des militants, sympathisants et mouvements de soutien ont gelé l’ensemble de leurs activités politiques à l’endroit du BBY au soir de la victoire du président Macky Sall en 2019. Le point mort actionné, a fini par se gripper, puis casser, suite au forcing maladroit de l’intérimaire en chef.

Aucune produit, ni pièce de rechange n’est capable de faire repartir la machine. Le mépris à l’endroit des militants, des mouvements de soutien et des sympathisants, qui ont tant œuvré à cette victoire, ont provoqué l’attentisme, les défiances, les démissions, voir pire la migration vers le camp opposé.

L’humiliation inscrite dans le code génétique des “ténors” et non pas, dans celui des Sénégalais qui ont donné la victoire au Président Macky Sall au soir du 24 février 2019, circule dans leurs veines. Cette marque indélébile, telle une malédiction, ne laissera plus aucune place à la victoire, du parti au pouvoir en ENCO.

Mariama Diallo

Laisser un commentaire