“Le Sénégal doit il continuer à envoyer ses meilleurs étudiants à l’étranger?”

La disparition de Diary Sow pose avec acuité le débat de l’orientation de nos meilleurs étudiants à l’étranger, selon le délégué général adjoint du Frapp, Alioune Badara Mboup.

Fuite des cerveaux…

Selon Alioune Badara Mboup, Depuis des décennies, des pays africains, surtout ceux issus des anciennes colonies françaises comme le Sénégal, envoient leurs meilleurs étudiants se former en France ou d’autres pays Européens. Et nos matières premières comme nos meilleurs étudiants prennent toujours la direction de l’Europe pour ne pas revenir où ils y sont transformés généralement en produits européens; excepté ceux qui ont un encrage solide avec le Sénégal.

Aucune traçabilité sur ses étudiants envoyés à l’étranger…

“Combien de cerveaux nous a fait perdre cette approche politique ?”, s’interroge-t-il. D’après M. Mboup, l’État Sénégalais n’a aucune traçabilité sur ses étudiants envoyés à l’étranger. Et leurs problèmes de sécurité et d’adaptation socioculturelle dans le pays d’accueil, la majeur partie d’entre eux , une fois le diplôme en main ne veulent plus retourner au Sénégal à la fin des études, compte tenu des conditions de vie dans les pays d’accueil comparées à celles du Sénégal.

Une ressource incommensurable pour le développement de notre pays…

“La plupart d’entre eux sont des chercheurs, des informaticiens, des médecins, des personnels hautement qualifiés qui devraient être une ressource incommensurable pour le développement de notre pays. Ce phénomène entraîne une grave carence pour notre pays sur le plan de retour des personnes qualifiées”, déclare le délégué général adjoint du Frapp.

Le Sénégal ne se développera qu’avec ses meilleurs fils…

Pour M. Mboup, notre État ne créée pas les conditions nécessaires pour leur retour au pays et leur insertion. Et le Sénégal ne se développera qu’avec ses meilleurs fils et pour cela l’État Sénégalais doit retenir ses meilleurs étudiants dans notre pays et créer les meilleurs conditions d’études avec des structures de recherche adaptées et recruter les meilleurs professeurs pour leur assurer la même formation qu’à l’étranger.

SENEGO.

Laisser un commentaire