Le Pr Didier Raoult sera-t-il condamné à ne plus pouvoir exercer?

Combien de médecins, combien de scientifiques français·es ont, comme le Pr Didier Raoult, été à ce point choyé·es par deux présidents de la République? Emmanuel Macron tout d’abord qui, en avril dernier et à la surprise générale, vint le rencontrer et le féliciter en son Institut marseillais. Nicolas Sarkozy ensuite qui, il y a quelques jours lors d’un forum des entrepreneurs organisé à Marseille, lui a tressé quelques solides couronnes de lauriers.

«À chaque crise, il faut trouver des boucs émissaires, a déclaré l’ancien chef de l’État. C’est une maladie française. L’adversaire, c’est le Covid, ce n’est pas tel ou tel médecin et je pense notamment au professeur Raoult. Je ne comprends pas pourquoi il y a tant de violence à son endroit. C’est un homme d’une grande qualité qui a fait son possible pour soigner au mieux ses patients, qui a sans doute fait des erreurs comme on en fait tous, moi le premier.»

Et Nicolas Sarkozy d’ajouter: «J’observe qu’en période de crise, il y a les pseudo-spécialistes qui se précipitent et qui disent du mal de quelqu’un. Il faut un coupable et c’est celui-là. Ça m’a paru déplacé. Je n’ai aucune compétence pour dire qui a raison et qui a tort. En tout cas, ce n’était pas le sujet. Chacun a fait comme il a pu, et lui le premier.» Hasard ou pas, ce soutien survient alors que le Pr Didier Raoult est la cible de deux actions visant certaines de ses déclarations, de ses accusations et de ses pratiques. La conséquence prévisible d’un comportement atypique dans une communauté régie par des règles de confraternité; comportement qui explique largement le soutien qu’il rencontre dans l’opinion publique mais aussi, paradoxalement, dans une fraction non négligeable du corps médical.

Laisser un commentaire