« Laissez-moi tranquille », Aya Nakamura agacée par ses fans envahissants

« Laissez-moi tranquille »

Texte alternatif de la bannière

Aya Nakamura aimerait ne pas être dérangée lorsqu’elle veut s’accorder un moment de détente. Mais sa notoriété est telle qu’il lui arrive de plus en plus souvent de se faire importuner. Samedi dernier, son passage dans un salon de manucure ne s’est pas bien terminé…

Ces temps-ci, Aya Nakamura a bien besoin de décompresser. Entre le cambriolage de son appartement en mars dernier, ses concerts à travers toute la France ou encore les attaques dont elle a été la cible à la sortie de son clip Pookie… La jeune chanteuse méritait bien de prendre un peu de bon temps. Comme elle l’a raconté au Parisien ce dimanche 21 avril, en marge de sa performance concert au Printemps de Bourges, Aya Nakamura s’est rendue dans un salon de beauté le week-end dernier. « Hier, je suis allée me faire une manucure dans un salon à Noisy où je vais depuis un an tranquillement », a-t-elle raconté. Malheureusement, cela ne s’est pas passé comme prévu : loin de pouvoir profiter du moment, la chanteuse a été dérangée par une fan un peu trop envahissante.

Alors qu’elle voulait seulement qu’on prenne soin d’elle entre deux concerts, l’artiste a vu une femme s’approcher : « Une cliente vient me demander une photo pour sa fille. Moi, j’étais en pantoufles claquettes, pas maquillée, j’avais des boutons, j’étais pas là pour faire la belle, a-t-elle assuré au Parisien. Je refuse et là je deviens le sujet de conversation principal de tout le salon. » Aya Nakamura a alors été prise à partie de toutes parts : « C’était un moment de détente et d’un coup tout le monde parle de toi, te pose des questions sur des rumeurs bidons, te conseille sur ta musique comme s’ils étaient des directeurs artistiques d’une maison de disques. J’ai envie de leur dire : “Laissez-moi tranquille, je ne vous donne pas de conseils sur votre salon.” » Agacée, la chanteuse a confié qu’elle ne mettrait plus les pieds dans cet établissement : « Je ne pourrai plus y aller, a-t-elle regretté. C’est dommage car je l’aimais bien. »

Laisser un commentaire