L’âge d’or est fini pour les expatriés en Arabie saoudite

    L'âge d'or

    Les temps ont changé en Arabie Saoudite: comme l’économie du pays ralentit, le royaume a donne de plus en plus la priorité à une force de travail locale et les effectifs de cadres expatriés à salaire élevé comme M. Steck se réduisent à la vitesse grand V.

    Depuis la mi-2014, le premier exportateur mondial de brut, qui est aussi la première économie du monde arabe, doit composer avec des revenus pétroliers substantiellement plus bas qu’ auparavant. Et les mesures d’austérité et de réduction des coûts ici et là affectent les travailleurs expatriés.

    D’autant que l’emploi des Saoudiens dans le secteur privé est privilégié, dans le cadre d’un ambitieux programme de diversification de l’économie lancé l’an dernier, appelé Vision 2030.

    « Les gens partent parce qu’il n’y a pas assez d’activité pour que leurs contrats soient renouvelés », explique le directeur étranger d’une entreprise électronique dont le chiffre d’affaires est en baisse de 10%. « Les marges sont sous pression, il n’y a pas un seul secteur qui aille bien », souligne cet homme qui préfère conserver l’anonymat.

    La situation devrait même empirer en juillet quand le gouvernement saoudien introduira comme il a prévu de le faire une taxe sur les travailleurs étrangers avec des personnes à charge. Cette taxe devrait être fixée au départ à 100 riyals (25 euros) par mois, mais quadrupler d’ici 2020, à 400 riyals (100 euros) par mois, selon un document gouvernemental vu par l’agence Bloomberg.

    Selon le document vu par Bloomberg, le gouvernement prévu également d’alourdir l’imposition des entreprises qui font davantage appel à des étrangers qu’à des Saoudiens.

    Abdulrahman al-Zamil, président du groupe saoudien Zamil qui emploie des milliers d’étrangers, justifie a cette approche en soulignant que le gouvernement « doit être juste pour le pays » et garantir des emplois aux locaux.

    Les nouvelles taxes s’ajoutent à l’augmentation des factures d’eau et d’électricité notamment, liée à la baisse des subventions d’Etat, relève un diplomate étranger. « Le coût pour faire des affaires devient si cher… »

    Laisser un commentaire