L’Afrique et le pouvoir paternel : Liste des pays ou le pouvoir se lègue de père en fils

La mort du maréchal du Tchad M. Idriss Déby Itno est arrivée au mauvais moment pour le pays et la sous-région. Connu pour sa suprématie à travers son armée redoutable qui est métronome dans lutte contre le terrorisme dans cette zone du Sahel pour endiguer la progression de ses bandes armées .La succession de l’ex dictateur par son fils, Mahamat Idriss Déby, porté à la tête du Conseil militaire de transition(CMT), continue de susciter de vives réactions au Tchad.

En effet, si on regarde dans le rétroviseur, l’on se rend compte que cette forme de dévolution du pouvoir n’est pas une nouveauté en Afrique avec des exemples . Joseph Kabila de la RDC, Faure Gnassingbé Eyadema du Togo et Ali Bongo Ondimba du Gabon ont tous occupé le « fauteuil paternel ».

Mahamat Déby, un héritage de guerriers  

Peu connu du grand public avant le décès de son père Idriss Déby, mardi dernier, le jeune général vient ainsi d’ajouter son nom à la liste des “fils de” président qui, en Afrique, ont repris le flambeau de leurs pères, immédiatement après leur mort. Mahamat Idriss Déby, semble être « bien imprégné ». Général quatre étoiles à seulement 37 ans, chef de la Garde présidentielle, qui est la clé de voûte du régime depuis trente ans, est le nouvel homme fort de N’Djamena, du moins pour une transition de 18 mois. En tout cas, selon la charte de ladite transition, « il occupe les fonctions de président de la République, de chef de l’Etat et de chef suprême des Armées », il « nomme et révoque les membres du gouvernement de transition » et désigne « les membres du Conseil national de transition » en charge de la fonction législative.

Le clan Bongo, 53 ans au pouvoir

Au Gabon, Ali Bongo Ondimba a succédé à son père Omar Bongo à la tête du pays, en 2009. La succession est intervenue après le décès de son paternel, resté au pouvoir 41 ans. Ali Bongo entre au cabinet de son père à 28 ans, puis il devient ministre de la Défense et vice-président du parti présidentiel. Il s’est présenté candidat à sa propre succession pour un nouveau mandat de sept ans en 2016. Face à lui, onze candidats dont un favori : Jean Ping, 73 ans, ancien ministre de son père et ex-numéro un de la commission de l’Union africaine. Mais le président sortant, bien qu’accusé de fraude par l’opposition, finit par remporter l’élection.

Togo, les Gnassingbé au pouvoir depuis 1967

Le scénario est quasi identique au Togo, Faure Gnassingbé a succédé à son père le général Gnassingbé Eyadema, mort le 5 février 2005. Faure était déjà ministre. Son installation à la suite d’élection présidentielle avait déclenché une vague de violences durement réprimée, notamment dans les fiefs de l’opposition, qui dénonçait « une fraude massive ». Après trois mois de crise politique, il est finalement officiellement déclaré président élu, puis investi à la tête du pays. Son père, Gnassingbé Eyadema a dirigé le pays d’une main de fer pendant 38 ans. Cet ancien sergent de l’armée française durant la période coloniale avait pris le pouvoir par un coup d’Etat en 1967.

Les Kabila, de Laurent à Joseph

En République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila a pris le pouvoir après l’assassinat de son père Laurent Désiré Kabila, le 16 janvier 2001. Militaire de formation, Joseph Kabila prend les rênes d’un vaste pays ravagé par la guerre. En octobre 2006, il remporte l’élection présidentielle, devenant à l’âge de 35 ans le premier président élu au suffrage universel du pays et le plus jeune chef d’Etat en exercice en Afrique. Il a quitté le pouvoir en 2019, marquant ainsi la première transition démocratique de la République démocratique du Congo depuis son indépendance.

Obiang, vice-président de son père

Même s’il n’est pas encore au pouvoir, on peut également ajouter à la liste Théodorin Obiang en Guinée équatoriale. Le vice-président du pays est dans les starting-blocks pour succéder à son père, Théodoro Obiang. Ce dernier, auto-proclamé président à vie de son pays, est à la tête de la Guinée équatoriale depuis 1979.

« Retour gagnant » des Kenyatta


Le père d’Uhuru Kenyatta est la principale figure de l’opposition à la colonisation britannique. Il devient le premier président du Kenya en 1964. Uhuru grandit donc au cœur du pouvoir. En 1978, son père Jomo Kenyatta meurt alors qu’Uhuru n’a que 16 ans. Quelques années plus tard, le jeune homme quitte le pays pour réaliser des études à l’Université d’Amherst, dans le Massachusetts. Revenu au pays, Uhuru Kenyatta ne s’engage pas tout de suite en politique. Il fonde une société d’exportation de produits agricoles et reprend l’empire financier familial. En 2007, plutôt que de se présenter, il soutient Mwai Kibaki qui l’emporte face à Railla Odinga. En 2011, sa fortune personnelle est estimée par le magazine Forbes à 500 millions de dollars, lui valant la position de 26e fortune africaine. En 2013, il se présente à l’élection présidentielle sur un ticket avec son ancien adversaire politique William Ruto, et remporte le scrutin. À 51 ans, Uhuru Kenyatta devient le plus jeune président du pays.
Avec ces exemples loin d’être exhaustifs sur le continent africain, on voit aisément où mène une longévité exceptionnelle au pouvoir. Au fil du temps, bien des gens finissent par penser qu’il est inscrit dans leurs gènes de diriger leur pays. Ce qui pourrait donner des idées à certains.

Laisser un commentaire