Laaju Beusbi: Les Sénégalais applaudissent le nouveau réveil de Y’en à marre

Laaju Beusbi: Les Sénégalais

y-en-a-marre

Le retour du mouvement contestataire -ou révolutionnaire- Y’en à marre qui fait, actuellement, débat à Dakar n’a pas manqué de d’attirer l’attention de la rédaction de Kawoulo.info. Face au clivage naissant que cette déclaration de reprise d’activité suivie de celle de Yakham Mbaye, le Secrétaire d’Etat à la communication- qui veut organiser une contre manifestation le 7 avril prochain, votre émission Laaju Beusbi a promené ses caméras dans les rues de Dakar.

Reçu comme la plus grande annonce politique de la semaine, le retour des Y’en à marriste sur la scène politique nationale continue de susciter des débats parfois houleux. Interrogés par les reporters de Kewoulo, de nombreux Sénégalais ont salué l’action des jeunes activistes dont l’apport a été magnifié dans le départ d’Abdoulaye Wade, l’ancien président du Sénégal, qui voulait, contre les dispositions de la constitution s’imposer pour un énième mandat à la tête du Sénégal.

Abdoulaye Wade mis hors d’état…de présider, Fadel Barro et compagnie étaient retournés à leurs affaires. Et ce temps d’accalmie a été mis à profit par « le président Macky Sall qui s’est permis de fouler au pied tous les principes qu’il prétendait défendre« ; principes au nom desquels, les Sénégalais l’avaient plébiscité, en lui offrant une victoire nette de 65% sur le vieux président Wade.

Sevrés de leurs activistes, certains Sénégalais ne comptaient que sur Dieu pour voir la fin de ce règne qui n’aura pas fait que des heureux. Et, c’est avec surprise qu’ils ont appris, ce mercredi, le retour aux affaires de Kilifeu et compagnie qui, cerise sur le gâteau, ont annoncé une « marche pour la dignité » ce 7 avril prochain.

Si pour l’un de nos interlocuteurs, « Y’en à marre n’est rien d’autre qu’une association de maitres chanteurs », pour la grande majorité, le Sénégal a besoin d’un contre-pouvoir. « Et ils avaient fait un excellent travail pour le Sénégal et attendons qu’ils nous reviennent. Parce que ce sont les seuls qui nous parlent directement de choses qui nous concernent », a déclaré l’un de nos compatriotes interviewés.

 

Laisser un commentaire