Kolda est Désormais détachée de Ziguinchor suite à la réorganisation de la Gendarmerie dans la zone sud

Kolda est Désormais détachée de Ziguinchor suite à la réorganisation de la Gendarmerie dans la zone sud

Le général Jean-Baptiste Tine, Haut-Commandant de la Gendarmerie nationale et Directeur de la Justice militaire, avec la gendarmerie territoriale, l’État-major de la gendarmerie ainsi que les services de soutien, était en tournée, cette semaine, dans la région de Ziguinchor, pour y évaluer les activités opérationnelles. Et identifier, notamment, les manquements et les gaps, afin d’y apporter, avec diligence, les correctifs nécessaires.

Dans le même temps, il s’est agi, toujours selon lui, de remobiliser les troupes, dans le cadre du processus de retour à la normalisation engagé dans la région de Ziguinchor. Ce faisant, le général Tine a annoncé des orientations nouvelles :

“C’est pour moi le lieu de faire des annonces dans le sens de la départementalisation de notre organisation. La légion Sud, celle de Ziguinchor, va être amputée de sa partie de Kolda, avec la création d’une légion basée à Kolda. A Ziguinchor, une unité va être déployée au Cap Skirring. Il y aura la création de brigades à Nyassia, à Niaguis et le commandement de compagnie à Oussouye et à Bignona’’.

Il explique : “Il s’agit, simplement, de lever le niveau de représentation de la gendarmerie au niveau le plus adapté possible, celui de la préfecture, qui aura pour interlocuteur un capitaine ; pour rapprocher les brigades de leur circonspection, au lieu d’avoir des brigades de département. Et plus de gendarmes au mètre carré ’’.

Au total, se réjouit le général Jean-Baptiste Tine, il s’agit d’une visite très fructueuse et très enrichissante, qui permet d’envisager 2021 sous de bons auspices.

Il a rendu visite, naturellement, au gouverneur de la région, au commandant de la zone militaire n°5. Egalement, il a eu “le plaisir’’ de rencontrer le roi d’Oussouye, ceux de Kagnout, d’Essaout et de Djicomol. Il conseille aux troupes de renforcer le partenariat avec les populations, les autorités administratives, judiciaires et coutumières dans la coproduction de la sécurité.

Laisser un commentaire