Justice: Khalifa Sall, le maire de Dakar à deux pas de la prison

Justice

Khalifa Sall
Khalifa Sall

Les jours de liberté du maire de Dakar semblent être comptés.

Le Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, veut que Khalifa Sall et tous ceux qui seront impliqués dans cette affaire liée à la gestion de la mairie de Dakar et qui ont été auditionnés par les éléments de la Brigade des affaires générales (Bag), une entité de la Dic (Division des investigations criminelles), soient inculpés pour au moins 3 délits. Il s’agit des faits «d’escroquerie portant sur des deniers publics, de détournement de deniers publics, de faux et d’usage de faux en écriture», a annoncé ce vendredi 3 mars 2017 par le Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye.

Justifiant le soit-transmis envoyé à la Dic, il informe qu’il avait reçu un rapport de l’Ige (Inspection générale d’Etat) lui recommandant l’ouverture d’une information judiciaire pour faire la lumière sur 1,8 milliards de F Cfa que Khalifa Sall a encaissés sans justificatifs.«Devant une telle recommandation, j’ai été obligé de saisir l’enquêteur pour qu’il puisse faire la lumière sur la destination de ces fonds. Et depuis lors, on n’a plus de calme. On a traité le Procureur de tous les noms d’oiseau.

On a fait plein d’amalgames. On nous a traités de n’importe quoi dans cette affaire. Ce sont ses proches collaborateurs, dont certains ont été nommés par Khalifa Sall lui-même, qui ont permis de découvrir la vérité. Le Directeur administratif et financier (Daf), lui-même, a reconnu que chaque mois il allait récupérer 30 millions au Trésor public qu’il remettait à Khalifa Sall.

Quand on a fait la confrontation entre ce Daf et Khalifa Sall, le premier nommé a répété ses propos, mais Khalifa Sall, lui, a dit qu’il n’avait rien à dire», a dit le procureur de la République lors de sa conférence de presse.Le Procureur de préciser que «le problème n’est pas politique». “La question était de répondre au responsable du magasin de la mairie de Dakar qui dit n’avoir pas vu, de 2011 à nos jours, un grain de riz ni de mil venant de Khalifa Sall. Quand on dit que l’argent a été distribué, pourquoi donner comme justificatif l’achat de mil et de riz ?

Il devrait s’agir plutôt de justifier le montant pris des caisses, de l’argent qu’on a pris et qu’on ne pas justifier. On ne lui a aucunement demandé de donner les noms des bénéficiaires comme il dit. On demande juste à ce que ces montants soient justifiés. Vous voyez bien que là aussi, devant des pièces justificatives fictives, devant l’argent du contribuable sénégalais, on dit que le Procureur a été manipulé. On va faire la lumière sur ça. Il refuse de répondre, mais je vais transmettre le dossier au juge d’instruction pour une information judiciaire, dès la semaine prochaine», annonce le procureur de la République.

Youssoupha MINE

Avec Seneweb

Laisser un commentaire