Journée mondiale du lait : Ces maux qui plombent le secteur laitier encore au Sénégal

Journée mondiale du lai

0
27

Le lait sera célébré dans le monde entier du 31 mai au 1er juin. Et le Sénégal veut diagnostiquer les contraintes et les problèmes qui freinent le développement de la filière laitière. Ce qui inspire le thème de cette 17e édition libellé ainsi : « Quel environnement pour l’émergence de la filière laitière ? », Le programme a été lancé lors d’une rencontre avec la presse au ministère de l’élevage, ce mardi.

Le Sénégal consomme 400 millions de litres de lait chaque année dont 231 litres du lait local. Les 60% vient de l’élevage extensif. Seulement, chaque habitant consomme 30 litres par ans au Sénégal comme un peu partout en Afrique. Cela équivaut à la facture de 60 milliards environs par ans. Premier équivoque : « un gap à résorber. Ce gap est dû aux contraintes qui gangrènent le secteur.

Comme le fait que « nos races sont peu productifs en lait ». C’est la raison pour laquelle que Mamadou Ousseynou Sakho, représentant le ministre de l’élevage, croie qu’il faut « la création de nouvelles races ». D’ailleurs, informe-t-il, « c’est dans ce cadre nous avons initié un partenariat public-privé pour booster la production en lait comme dans les autres pays en Afrique. Mais aussi poursuivre les importations de certaines races qui permettent de produis 5 millions de litres de lait en plus. Seulement pour ces animaux, un autre facteur pose problème : l’environnement. Ils ne peuvent pas vivre dans certaines zones. Hormis celles des Niayes.

La rencontre a permis aussi de poser la question de la fiscalité et les pistes de productions qui ne facilitent pas l’amélioration de la collecte, surtout pendant l’hivernage. Autre facteurs nocifs pour le développement de la filière laitière, le manque de matériels dans les zones reculées. Sur ce, Baba Diaw, le président de l’association nationale de la filière laitière évoque « la nécessité de disposer du matériel aux producteurs pour bien garder le lait comme des tanks ».

Lui, dans cette même logique propose « la valorisation de notre lait. Il faut faire dans l’industrialisation du produit après avoir régler la question du fisc qui ne favorise pas l’épanouissement de la production en lait dans notre pays ». Ensuite, poursuit encore Baba Diaw, « il faut facilité l’accès au crédit au producteur. Même si le secteur est considéré comme un milieu de haut risque ». Mais, indique toujours le président Diaw, « si on prône la formation et prendre des mesures d’accompagnement, développement l’industrialisation du lait avec l’implantation des usines », la filière va très vite émerger.

Mamadou Ousseynou Sakho, représentant du ministre de l’élevage, de dresser le programme de la journée internationale du lait. Ainsi, Chaque année, dit-il « nous organisons une randonnée pédestre. Cette fois, nous l’avons prévu pour le premier dimanche après le mois de ramadan. Nous allons aussi procéder à une levée des couleurs dans les écoles. Pour cette édition nous avons choisi l’école Berthe Maubert où on va distribuer du lait. Le 1er juin, également nous allons organiser une cérémonie de Ndogou. Voilà ce que nous avons prévu de faire entre autres activités ».

 

Laisser un commentaire