Journée mondiale des femmes: Le Femade instaure « la journée utile » pour sortir les femmes de la pauvreté

Contrairement au reste du pays où la femme est célébrée à travers des spectacles musicales, de danses et de festins, c’est dans la sobriété et le travail d’éveil que le Femade a décidé de saluer la gente féminine, en ce 8 mars. Il leur a offert une journée de formation et de sensibilisation sur la transformation et la commercialisation de produits et céréales locaux.

Elles sont coiffeuses, banquières, administratives, femmes au foyer, directrices d’agences gouvernementales ou femmes d’affaires et se réclament toutes du Femade. Un mouvement de femmes, désormais, en marche pour briser les chaines de la précarité. En commun, elles partagent cette rage de vouloir changer, sinon le monde et ses préjugés sexistes, la condition des femmes. De toutes les femmes.

« Qu’elles soient de la ville ou du village, elles sont capables de changer leur vie et la vie des leurs. » Professe l’égérie des femmes leaders de cette nouvelle vison de se faire. Elles, ce sont les femmes actives pour le développement. Et elles se sont rangées, pas derrière -puisque Sokhna Nata n’aime pas cette expression-, mais avec Mme Nata Samb Mbacké, l’administratrice du Faise, le fonds d’appui à l’investissement des Sénégalais de l’extérieur, la conceptrice du réseau Femade.

Un réseau né, aux Usa, d’une vision inspirée par l’entourage et le milieu social du moment: née d’une mère qui a voulu et a imposé l’éducation à ses enfants, Sokhna Nata Samb Mbacké vivait aux Usa ou elle a reçu l’inspiration. Cette vision qui s’est offerte à elle, la chef de file des femmes actives pour le développent n’a pas tardé à la mettre en pratique. Après les Usa, elle compte, aujourd’hui, l’élargir à tout le Sénégal. Et à travers le pays, l’Afrique et le monde.

Ses cibles sont toutes désignées: les femmes. « C’est Dieu qui a fait de nous des entrepreneures; au point de nous confier l’enfantement, la délégation de la création ». Aime dire Sokhna Nata. Si elle ne s’en limitait qu’à ce justificatif irréfutable, on n’aurait rien à redire. Mais, cette globe-trotter, généreuse dans l’âme, n’est jamais à court d’arguments pour justifier son combat contre la pauvreté et l’oisiveté.

« Si on veut éradiquer la pauvreté, il faut impérativement passer par la femme. C’est, elle, l’épouse, qui est responsable du foyer; c’est elle qui enfante, éduque et, si elle se développe, c’est la famille qui prospère d’un coup« , claironne-t-elle à chacun de ses interlocuteurs comme si elle devait prêcher des convaincus.

Bien que féministe dans l’âme, Sokhna Nata n’est pas cette cavalière, vent debout, qui veut remettre l’ordre social en cause. Non. Ce qu’elle veut, « c’est éradiquer la pauvreté à travers des actions concrètes. »

Des actes simples, des actions tout aussi banales qu’on en arrive à se demander pourquoi on n’y avait pas pensé avant elle. « Comme il y a de l’huile de palme, des poissons fumés à Ziguinchor, il suffit juste de demander à des femmes de se regrouper là-bas, en réseau. On leur prête de l’argent, elles s’organisent, travaillent et envoient leurs produits finis à d’autres réseaux, dans d’autres parties du Sénégal et du monde, qui vont l’acheter. Avec l’argent récolté, les femmes de Ziguinchor pourront se développer et acheter des produits d’autres femmes du réseau à Diourbel, Kaolack, Sébikotane ou des Usa. » A détaillé, devant un parterre d’invités, celle qui a été enseignante dans une précédente vie, aux Usa.

Dans ce réseau, une membre qui veut faire ses courses cherche d’abord à s’assurer qu’elle ne peut pas trouver les produits désirés auprès d’autres femmes du réseau. Si l’une des membres du réseau en vendait, alors la priorité est accordée au réseau. De cette manière, la chef d’entreprise gagnera du temps; en demandant à la vendeuse de poissons de passer la maison livrer le produit. Cette vendeuse aura plus de temps d’écouler sa marchandise pour rentrer chez elle, surveiller ses enfants et son mari et avoir de l’argent pour régler les problèmes de sa famille.

Femade

De cette manière, le Femade a sorti des centaines de femmes des griffes de la pauvreté et réconcilié des dizaines d’autres qui faisaient le même travail et se sont retrouvées, du coup, concurrentes directes. En se donnant, ainsi, la main, en joignant leurs efforts, certaines -comme ces coiffeuses sénégalaises installées dans un immeuble de Minéapolis, au Usa,- sont devenues actionnaires d’une multinationale dans laquelle l’une est restée coiffeuse, une autre tailleur, une troisième allait acheter les produits pour ravitailler et vendre dans un magasin commun et l’autre, maquilleuse, se chargeait de rendre belles les clientes qui venaient à leur commerce.

Alors qu’elles se chamaillaient les clientes et que certaines Sénégalaises, pour éviter les mauvais regards, avaient commencé à éviter les lieux, elles sont devenues les meilleures partenaires du monde. Et les clientes passaient, ainsi, des mains d’une spécialiste à une autre; dans une grande efficacité et un avec gain de temps fou.

Si Mme Nata Samb Mbacké a pensé à ce « business modèle », c’est qu’elle a été, très longtemps, loin de son Sénégal. Comme tout expatrié, quand elle a eu envie de cuisiner des plats sénégalais, elle a été obligé d’aller acheter son Bissap, son Guédj, son Soump, son Thiof et autres condiments comme le Yabooy chez des commerçants chinois et indiens.

« Paradoxalement, c’est chez nous que ces gens-là viennent acheter nos produits pour nous les revendre, aux Usa, en France, en Italie, avec de grosses marges. » S’indigne-t-elle comme si elle a été la seule témoin impuissante de l’esclavage économique qui guette l’Afrique et risque de nous laisser dans le wagon des consommateurs plumés de nos propres produits.

C’est pour que cela cesse et pour que les Sénégalais puissent, enfin, vivre et se développer avec leurs propres produits, que Sokhna Nata Samb Mbacké a mis en place le Femade; un réseau d’entraide pour libérer la femme de la pauvreté.

Laisser un commentaire