Irak: La ville de Kirkouk loin est d’être pacifiée

    Irak

    Au nord de l’Irak, alors que les forces irakiennes et la coalition tentent difficilement d’avancer vers la ville de Mossoul, Kirkouk un peu plus à l’est, se réveille aujourd’hui dans la peur. Vendredi, le groupe Etat islamique a mené plusieurs attaques simultanées dans cette ville contrôlée par les forces kurdes. A l’aide de snipers et de plusieurs attaques à la voiture piégée, les jihadistes sont arrivés à prendre le contrôle de plusieurs bâtiments et à déstabiliser cette grande ville pétrolière.

    Avec notre correspondante à Erbil,  Oriane Verdier

    Les habitants de Kirkouk ont passé la nuit cloitrés chez eux. Hier soir, selon un policier, encore 10% de la ville était contrôlée par les membres de l’organisation Etat islamique. Cette nuit, la police était également à la recherche de deux de leurs voitures conduites par des membres du groupe terroriste.

    Mais une réponse à cette attaque a rapidement été organisée. Des peshmergas sont venus aider la police locale. Les avions de la coalition sont également intervenus. Ils ont visé un bâtiment contrôlé par des snipers de l’organisation Etat islamique.

    Autre cible, à Dakuk, ville voisine de Kirkouk, la coalition a tiré sur un lieu de culte chiite. Selon le maire de la ville, ce bombardement a tué 15 civils et en aurait blessé une cinquantaine. Des civils ont également pris les armes pour « chasser les membres de l’organisation Etat islamique».

     Kirkouk pourrait être gravement déstabilisée par cette série d’attaques. C’est une ville peuplée de différentes communautés et elle accueille également beaucoup de familles ayant fuit l’organisation Etat islamique. Dans les médias locaux, les accusations se sont vite portées sur les déplacés ainsi que sur la population arabe sunnite de la ville.

    ■ La Turquie s’attire les remontrances américaines et russes pour ses bombardements de villages kurdes

    Alors que les membres de la coalition dont fait partie la Turquie et les forces sur place combattent l’organisation Etat islamique en Syrie et en Irak, la Turquie continue, elle, de bombarder des positions kurdes dans la région.

    Depuis plusieurs mois, les avions turcs bombardent des villages kurdes au nord de l’Irak à la frontière avec la Turquie, rapporte Oriane Verdier. Ils sont soupçonnés d’accueillir des bases arrière du parti kurde de Turquie, le PKK. Jeudi et vendredi, des villages kurdesen Syrie cette fois, ont également été bombardés. Selon les médias turcs ces attaques aériennes auraient tué 200 combattants kurdes.

    Le président turc Erdogan considère le PYD comme une organisation terroriste jumelle du PKK. En réaction, le porte-parole du département d’Etat américain a appelé la Turquie à « se concentrer sur un ennemi commun qu’est l’organisation Etat islamique » et a qualifié ses bombardements de « mouvements non coordonnés » avec la coalition internationale dont la Turquie fait partie. Le ministre des Affaires étrangères russe a également exprimé son inquiétude au sujet de frappes turques visant précisément une population kurde.

    Avec RFI

    Laisser un commentaire