Immigration: Un jeune sénégalais admis dans un centre de rétention a tenté de se suicider

Immigration: Un jeune sénégalais admis

0
331

C’est un drame qui est en préparation au centre de rétention de CRA Palaiseau dans l’Essonne, dans le sud de la région parisienne.

A l’origine de cette douloureuse affaire, une dramatique situation causée par un laissez-passez signé par Amadou Diallo, le consul général du Sénégal à Paris. Selon de nombreuses sources, au sein du Consulat du Sénégal à Paris comme des Associations de défense des droits des migrants, « un jeune de 25 ans a tenté de se suicider, hier, en avalant des pièces de monnaie et des lames de rasoir, pour ne pas embarquer dans l’avion qui devait le ramener au Sénégal. »

Et des vérifications, entreprises par Kewoulo.info, révèlent que le jeune homme, évacué aux urgences de l’hôpital d’Orsay, a été réadmis dans la soirée au sein du centre de rétention de Palaiseau.

A l’origine de cette tentative de suicide, se trouve la signature, par le consul général du Sénégal, d’un document qui autorise la préfecture parisienne à expulser le jeune P. C. vers le Sénégal. Pourtant, le jeune, maintenu en rétention, interpellé par les policiers -lors d’un banal contrôle d’identité- avait présenté des documents mauritaniens aux fonctionnaires français.

« Mais, comme la Mauritanie ne délivre pas de laissez-passer pour autoriser l’expulsion de ses concitoyens, il leur fallait ce document pour pouvoir renvoyer le jeune homme en Afrique« , accuse les sources. Il se trouve que, comme sous Abdoulaye Wade, le gouvernement de Macky Sall est le seul à avoir signé ce genre de convention avec la France.

« Et c’est tout naturellement que les français se dirigent, toujours, vers les consulats du Sénégal pour expulser des Sénégalais ou des africains dont ils parviennent pas à établir la nationalité« , accuse-t-on du coté des associations de défense des irréguliers. C’est ce qui est arrivé dans le cas de P.C.

Présenté aux services du consulat du Sénégal, à Paris, Amadou Diallo a tout bonnement délivré le quitus qui doit permettre aux policiers d’embarquer le jeune homme pour le Sénégal.

Cette énième collaboration du consul du Sénégal a été accueillie par Me Cheikh Tidiane Dabo, défenseur du jeune retenu, comme une violation des droits de l’homme. « J’ai attiré l’attention du consul sur le dossier, à plusieurs reprises. Mais, il se contente à dire que le jeune homme a été, tout simplement, identifié selon la convention franco sénégalaise permettant de procéder à l’identification des personnes qui sont interpellées et qui doivent être reconduites vers le Sénégal. »

Mais, le jeune homme que les policiers ont conduit, hier, à bord d’un avion pour le conduire à Dakar avait refusé d’embarquer. Et les policiers, chargés de l’escorter, ont du faire usage de violences physiques pour le contraindre. « Ces violences ont poussé le jeune homme à déposer une plainte pour violences policières auprès du parquet parisien« , a déclaré l’avocat.

Pour Me Cheikh Tidiane Dabo, « le scandale dans cette affaire, c’est que le jeune homme, dont l’éloignement du territoire français va être facilitée par Amadou Diallo, a été arrêté sur la base de la nationalité mauritanienne. Et il a été jugé comme tel. Mais voila, le Sénégal a servi de passe-droit à la France. »

Et puisque le consul, Amadou Diallo, s’est substitué à la Mauritanie pour permettre son expulsion, il appartient, aujourd’hui, au Sénégal de porter assistance au jeune homme retenu à Palaiseau et qui est actuellement dans un piteux état. Une fois de plus, le consul général du Sénégal, interpellé par l’avocat, traine les pieds pour apporter l’assistance consulaire dont le jeune retenu a besoin.

« Il m’a fait appeler par ses collaborateurs, disant toujours qu’ils viendront me voir. Mais ils ne sont jamais venus. » A déploré le jeune homme que nous avions joint, au téléphone, la semaine dernière; alors qu’il avait entamé une longue grève de la faim. « Je ne partirai pas au Sénégal tant que ma plainte contre les policiers, pour violences policières, n’est pas étudiée. S’ils veulent me ramener au Sénégal  ce sera mon cadavre qui ira. Mais je n’y irai pas de mon vivant. » A averti le jeune retenu décidé à rester en France coute que coute.

Laisser un commentaire