Immigration: En Allemagne les Sénégalais renoncent en cascade à leur nationalité

    Immigration

    Berlin. Il est 16 heures, ce jeudi 20 janvier 2016. Et au Dessauer Str. 28, un groupe de jeunes gens s’engouffre dans un immeuble délabré au fronton duquel flotte le drapeau national.

    Dans ce bâtiment indigne d’abriter la représentation d’un pays démocratique, se trouve, l’ambassade du Sénégal. A Berlin, comme dans le reste de ce pays qui se veut le poumon de l’économie européenne, vit une forte communauté sénégalaise. Mais peu, parmi nos compatriotes, connaisse ce lieu; la plupart n’y ont jamais mis les pieds. Pour le reste, ils y viennent juste pour des affaires consulaires; passeport et carte nationale d’identité qui ont commencé à y être fabriqués.

    Avant « cette révolution », c’est à Paris que se rendaient nos compatriotes d’Allemagne, d’Autriche, du Luxembourg… Bien qu’en place depuis quelques années maintenant, l’ambassadeur Aziz Ndiaye est un parfait inconnu qui peut  passer inaperçu dans la communauté.

    Pourtant, ouverte depuis de nombreuses décennies et ayant vu passer de nombreux illustres diplomates comme des généraux d’armée, l’ambassade du Sénégal n’est pas un lieu prisé par ses administrés, même si le personnel si dévoué, si serviable, se bat bec et ongle pour se rapprocher d’eux.

    Une ambassade indigne du Sénégal

    Loin d’être un désamour causé par le manque de considération des personnels diplomatiques et consulaires -comme c’est le cas à Paris, en Italie ou au Maroc-, les causes du divorce entre les Sénégalais et leur représentation diplomatique sont plus profondes, plus perfides et plus dramatique. «La raison est que la plupart des Sénégalais, ici, ne sont plus des Sénégalais. Ils ont renoncé à leur nationalité», a lâché amer, un membre de l’ambassade.

    Acte lourd de conséquences, décision irrémédiable, la renonciation à sa nationalité est un acte de haute trahison envers le Sénégal que de nombreux compatriotes commettent, chaque jour, pour devenir citoyens allemands. Pour cela, l’intéressé envoie une demande adressée au chef de l’Etat pour le  prier de le radier, définitivement, de la liste des Sénégalais.

    Ces documents qui arrivent à l’Ambassade sont transmis au ministre sénégalais des Affaires Etrangères qui ouvre une enquête par le canal du ministère de la justice. «C’est à la suite de cette enquête que le document est soumis au chef de l’Etat qui, par décret, accepte la renonciation de son compatriote à la communauté nationale » a déploré un diplomate sous le couvert de l’anonymat.

    Trahison envers le Sénégal ou amour du pays?

    Ayant obtenu sa citoyenneté allemande, par ce procédé, M. S, a déclaré qu’il n’y a rien de méchant dans son choix. « Bien que ça puisse choquer certains, nous le faisons juste pour régler le quotidien ici. Moi j’ai bénéficié d’une carte de résident à vie, mais je ne peux rien faire avec.»

    Alors, pour cet ex-compatriote qui ne veut pas être identifié dans le cadre de cette enquête, «c’est pour des raisons existentielles » qu’il a opté pour ce choix. C’est pour ses enfants restés au Sénégal. Et afin qu’ils puissent bénéficier des fruits de son travail ici, même s’il leur envoie de l’argent. Avec la nationalité, il a pu faire venir tous ses enfants juste  après l’obtention de leur entrée en 6eme et ils poursuivent leurs études.

    Révoltée par cette attitude, notre source diplomatique a poursuivi: « ce n’est pas anodin, c’est pas un simple un arrêté ministériel qui sanctionne cette décision, c’est un acte très grave. J’imagine l’état d’esprit du président de la République, dans le secret de son bureau, signant un décret qui enlève à son compatriote sa nationalité. Et ils font ça, juste pour être allemands. »

    Double nationalité reconnue aux Occidentaux, refusée aux Africains

    Contrairement à la France, l’Allemagne ne reconnait pas la double nationalité aux populations africaines. Les candidats à sa citoyenneté doivent impérativement renoncer à leur pays d’origine. Une fois en possession de ce décret, le nouvel apatride peut postuler à la citoyenneté allemande. Et bénéficier des mêmes privilèges que tous les germaniques. Même si la carte de résident leur donne pratiquement les mêmes droits.
    « Après avoir obtenu le passeport allemand, ces anciens compatriotes n’ont plus besoin de l’Ambassade du Sénégal« , a reconnu un citoyen sénégalais de Berlin. Pour lui, le Sénégal doit prendre des mesures de rétorsion contre ces « traitres à la nation ». Abdou Diatta, artiste sénégalais résidant à Bonn, est lui aussi contre cette pratique.

    Pour lui, «c’est l’Allemagne qui doit changer ses lois et laisser la possibilité aux gens d’avoir la double nationalité. Si elle a accepté aux citoyens d’autres pays, comme les Français, d’avoir la double nationalité, elle aurait pu le faire pour nous autres africains. Mais ce sont nos dirigeants qui sont à la base de cette situation.»

    La léthargie des gouvernements africains

    Ne voyant pas cela comme une trahison, M.S a déclaré investir tous ses biens au Sénégal et y retourne tous les 3 mois. Pour lui, ce papier est juste un tremplin. Mais, irritée par ce procédé qui les prive de leurs compatriotes, notre source diplomatique pense que «contrairement à ce qui avait été fait pour le visa, je pense que c’est à cette population particulière que le Sénégal doit imposer le visa d’entrer sur le territoire. Les considérer comme des étrangers, une fois qu’ils viennent voir leur famille.

    Outré par cette situation, Mor Ngom voudrait qu’on leur refuse même l’enterrement au Sénégal, s’ils venaient à mourir. « Parce que, soutient-il, je trouve inconcevable qu’on amène le corps d’une personne qui a renoncé au Sénégal pour venir l’y enterrer la bas. Ils ont choisi l’Allemagne, alors qu’ils y soient enterrés ».

     

    Pour le moment, ce phénomène est en train de gagner du terrain car la plupart des Sénégalais d’Allemagne y sont venus par le canal du mariage. Alors, la nationalité de l’un entraînant celle de l’autre, impossible pour ambassade dire combien de compatriotes sont dans cette situation?

    Icône de la diaspora sénégalaise en Allemagne, l’ancien ministre Abou Lo est le symbole même de la renonciation à la nationalité sénégalaise. C’est la révélation de cette information par la presse sénégalaise -sur dénonciation d’un ami du ministre- qui a conduit à son limogeage. Abou Lo est, depuis, casé comme PCA des aéroports du Sénégal.

    1 COMMENTAIRE

    Laisser un commentaire