Guéreo, un coin de paradis proche de Diamniado, mais dépourvu du minimum

Guéreo, un coin de paradis proche de Diamniado, mais dépourvu du minimum

0

Guéreo, village de 16.000 âmes, situé à 15 minutes de la nouvelle ville de Diamnadio, se compte parmi les grands oubliés du Plan Sénégal Emergent (PSE).  Guéreo souffre d’un manque criand d’infrastructures routières et d’éclairage public. Cette carence structurelle  plombe littéralement les principales activités économiques et touristiques de la collectivité. D’où le cri de cœur de la population à l’attention des autorités compétentes. Reportage

Il arrive souvent que les mots ne soient pas suffisants pour expliquer ou décrire la beauté de certaines merveilles de la nature. Une véritable œuvre d’art, qui surpasse, de loin, les plus beaux tableaux des plus grands peintres jusque-là connus. Le village de Guéreo est l’un  de ces miracles. Grand village de pêcheurs de la Petite Côte du Sénégal dans la commune de Sindia (Thiès) avec environ 16 000 habitants.

L’endroit est  assez charmant avec un savant mélange de belles villas et un faux semblant de campagne. Ce qui lui donne une certaine allure de station balnéaire. Il est ainsi surplombé de manière éparse par de vastes plaines, de monts et de quelques massifs rocheuses recouverts de verdure et délimité au Nord par l’océan et à l’Ouest par la lagune de Somone arboré d’un épais mangrove fréquentés par les pélicans et très prisé par les touristes.

L’environnement du village nous fait communier avec la nature, la verdure et les chants d’oiseaux qu’on peut entendre à tout moment de la journée. Guéreo, c’est un véritable coin de paradis. C’est calme et très propice pour se détendre, décompresser et se libérer du stress de la ville. Cependant, il y a un  hic : le village, très enclavé manque cruellement d’infrastructures routières et d’éclairage public. Une réalité très flagrante pour passer  inaperçue.

Les revendications de la communauté rurale sont pourtant simples : une voie bitumée et éclairée, en l’occurrence la route principale partant de Guignabour depuis la route de Popenguine, en passant par Thiafoura jusqu’à Guéreo. Juste 7 km environ. En effet,  la route principale est actuellement dans un état de délabrement avancé.

Des nids de poules à tous les deux mètres, latéritique et poussiéreuse, sans marge, ni éclairage. Il n’y a rien ou presque qui permet de distinguer nettement la route des champs. Juste de hautes herbes en bordure d’une part et d’autre, la voie et la pleine obscurité.

Pour pallier le problème d’éclairage public, la population environnante se sert de torches pour se déplacer et ceux qui en sont dépourvue profitent de la lumière des phares des voitures. C’est impensable pour un village de la région de Thiès et presque situé dans la nouvelle ville de Diamniadio.

Les villageois ne cessent de s’indigner de manque d’infrastructures basiques. La route, très en mauvaise état, s’arrête juste au milieu de la collectivité alors que le souhait des habitants aurait été qu’elle continue jusqu’à la lagune ;  là où une grande partie de la population tire son revenu et où se concentre les plus importantes activités économiques  de la communauté rurale.

En fait, le village de Guéreo a un potentiel économique extraordinaire : l’océan et le bras de mer appelé affectueusement « la lagune » concentrent ensemble une dynamique activité touristique composée d’un côté de la rive de plusieurs bungalows, très fréquentés. Et de l’autre d’une grande chaine d’hôtel 6 étoiles qui se charge de l’hébergement des touristes venu principalement du continent Européen.

Pour booster le secteur touristique de Guéreo

Une telle revendication mérite  l’attention des autorités publiques décentralisées. Accéder et répondre à la demande de ces populations, serait un véritable coup d’accélérateur pour le développement de la zone. «Rien qu’en période de contre-saison touristique, 25 femmes travaillent en permanence dans la lagune et l’amélioration de la mobilité aurait augmenté le chiffre d’affaires des travailleurs. Cet argent serait réinvesti dans nos foyers et dans le développement de Guéreo » nous a confié l’une d’entre elles.

L’activité touristique, la pêche, le commerce des mareyeurs,  y seraient impactés. Tout dépend de la facilité de  mobilité des individus. Malheureusement, l’accès au transport demeure un luxe pour la population de la communauté rurale. Les pirogues et les charrettes, principaux moyens de locomotion, ne sont pas non plus suffisantes pour assurer le déplacement de tous les ayant droits.

D’après une ex-conseillère municipale, hormis les recettes tirées de l’activité touristique, les activités de pêche et de récoltes des huitres a permis de créer  une trentaine d’emplois pour les jeunes comme éco-gardiens de la lagune et a généré de modestes recettes ayant permis d’équiper un bon nombre d’écoles et d’autre part de faire du social  en  assistant certaines couches sensibles de la zone.

Guéreo  a su exploiter son potentiel économique et touristique. Ce qui fait de lui un modèle de développement autocentré- permettant à la population d’en tirer profit et au tourisme d’y faire son bonhomme de chemin.

En définitive, les villageois font déjà leur part,  il revient aux autorités  de jouer leur partition,  en s’impliquant dans le développement de la collectivité. Pour ce faire la construction d’infrastructures moderne s’impose pour mieux faciliter l’essor de la collectivité de Guéreo. Des emplois, les jeunes en ont besoin. Car comme dit un adage, l’oisiveté est la mère de tous les vices.

Par Ibrahima DIENG

Laisser un commentaire