Grève des médecins à Nabil Choucair : Les révélations du Dr Amadou Gangué

L’information a failli nous échapper. Les médecins du Centre de santé de Nabil Choucair sis à la Patte d’Oie sont en mouvement d’humeur. Pour cause, « le médecin-Chef Daba Sy aurait boycotté la réunion de cogestion du vendredi 5 novembre dernier sous prétexte que la cardiologue ne devrait pas être convoquée. Et étant détentrice du chéquier, elle a bloqué les paiements. Ils était en grève depuis hier minuit », a informé le secrétaire exécutif du comité de développement sanitaire  de Nabil Choucair, Diène Farba Sarr.

Ses propos sont confirmés, par le Docteur Amadou Gangué, qui à travers une publication sa page Facebook, est revenu sur les faits. «J’ai le cœur meurtrie aujourd’hui lorsque j’ai appris ce que des collègues médecin du Centre de santé de Nabil Choucair sont en train d’endurer. Des docteurs en médecine, dont certains exercent là-bas depuis plus de 2 ans, subissent une injustice », a-t-il d’emblée exposé.
« Les salaires du mois d’Octobre ne sont pas toujours payés parce que… »
Avant de poursuivre : « Imaginez-vous que nous sommes le 21 novembre et ils n’ont toujours pas perçu leurs salaires du mois d’Octobre. Ce n’est pas seulement les médecins mais tout le personnel du centre de santé. Ce n’est pas parce que le district n’a pas d’argent pour les payer, mais c’est parce que tout simplement le médecin chef a un problème personnel avec la cardiologue dudit centre ».
Aujourd’hui, souligne le sieur Gangué, ils ont décidé d’aller en grève avec un service minimum après avoir au préalable déposer un préavis de 48 heures.
Toujours dans sa dénonciation, il a renseigné que « le médecin chef du centre santé a fait appel à un autre médecin étranger qui assure des gardes au centre de santé de Mame Abdou afin qu’il fasse les consultations à la place des médecins grévistes ». Et pire, ajoute-t-il, « elle a fait appel à la police pour faire quitter l’hôpital l’un des médecins du collectif. Les policiers sont arrivés sur les lieux pour s’enquérir avant de repartir. Puis, elle a menacé de licencier tous les médecins du centre de santé ».
Le SAMES, l’Ordre des médecins et le MSAS interpellés 
Docteur Amadou Gangué de rappeler que c’est ce même médecin chef qui lorsqu’elle était au centre de santé de Gaspard Camara avait licencié des infirmiers. Ce, avant que ces derniers ne soient intégrés grâce à l’intervention de l’inspection du travail. « Aujourd’hui, elle s’en prenne à ses collègues médecins. C’est maintenant que je viens de comprendre pourquoi un ancien me disait: “l’ennemi du médecin, reste le médecin”. J’ai très mal au cœur ce soir », peste-t-il.
Par ailleurs, le médecin interpelle le SAMES, l’ordre des médecins ainsi que le ministère de la Santé et de l’Action sociale (MSAS) pour qu’ils se saisissent de la question « pour l’honneur de la corporation ».

Laisser un commentaire