Grande Audition: « La multiplication des violations des droits de l’homme dans ce pays est très inquiétant », Me Clédor Ciré Ly

Grande Audition: "La multiplication

Les rideaux sont, presque, tombés sur le procès Khalifa Babacar Sall. Et l’affaire qui attend d’être vidée ce 30 mars prochain continue de susciter débats et passions. Si, pour le procureur de la République, le maire de Dakar a été jugé dans le respect de tous ses droits et doit, en conséquence, avec ses camarades d’infortune, être condamné à de la peine de prison, pour l’avocat Clédor Ciré Ly, « il y’a eu une multiplication inacceptable des droits des prévenus de l’affaire de la Caisse d’avance. » Face à Babacar Touré, Me Clédor Ciré Ly qui s’est donné au jeu de la Grande Audition pense que le sort de Khalifa Sall menace tout un chacun de nous. Entretien….

Téléchargez en PDF, les excellentes notes de plaidoirie de Me Clédor Ciré Ly au cours du procès Khalifa Babacar Sall: 

NOTE DE PLAIDOIRIE FOND 20FEVRIER 2018NOTES DE PLAIDOIRIE 1 définitive, NOTES DE PLAIDOIRIE N° 4NOTE DE PLAIDOIRIE 3définitive ndickou, NOTE DE PLAIDOIRIE 2

Après plusieurs jours de procès pendant lesquels il a cherché par tous les moyens à sortir le maire de Dakar des griffes de la justice, avant de passer des heures à l’hôpital suite à un malaise, Me Clédor Ciré Ly n’a pas tourné la page du procès de Khalifa Babacar Sall. Reçu dans l’Emission La Grande Audition présentée par Babacar Touré, l’avocat est revenu sur le fond du dossier. Refait sa plaidoirie pour que l’humanité puisse en témoigner et les professionnels du droit s’en inspirer. Parce que pour Me Clédor Ciré Ly, une justice faite à un homme est un tort causé à tous. Pour ne pas cautionner cette justice d’exception dont est victime Khalifa Ababacar Sall, il voudrait crier sa colère. La colère de voir des hommes abuser des pouvoirs que le peuple leur a confiés.

Pour lui, Khalifa Sall est victime d’un complot orchestré par l’exécutif et mis à exécution par la justice ; du moins par le procureur de la République qui a mis à contribution des officiers de police judiciaire comme le juge d’instruction. Tous travaillant qu’à un seul dessein : faire condamner Khalifa Sall et lui barrer la route au suffrage suprême. Révolté par les incessantes « violations » des droits les plus élémentaires de son client, Me Clédor Ciré Ly a dit qu’il faut vivre la situation de Khalifa Sall pour comprendre l’injustice qu’il vit.

Comme au tout début de sa carrière d’avocat, le ténor du barreau de Dakar a dit que les juges sénégalais ne s’intéressent à des questions légitimes de droits de l’homme que lorsqu’elles les frappent directement. A titre d’exemple, il a rappelé comment il avait réussi à faire défiler à la barre toute une brigade de gendarmerie dont des éléments avaient pratiqué de la torture sur une citoyenne convoquée. « Quand j’en ai parlé au juge, il ne m’a pas écouté. Il a fallu que sa propre nièce ait fait l’objet de traitements dégradants sur ses parties intimes pour qu’il accepte de me rendre hommage et de prendre mon dossier« , se rappelle me Clédor Ciré Ly. Résultat des courses, depuis cette histoire qui s’est déroulée dans l’enceinte de la brigade de Thiong, la gendarmerie nationale a procédé à de profondes réformes et imposé le respect des règles de procédure à ses officiers de police judiciaire. « C’est pourquoi on a moins de cas de tortures à la gendarmerie qu’à la police », a-t-il rappelé.

Comme avec cette victime non écoutée, l’avocat pense que les arguments légitimes donnés par Khalifa Sall et qui pourtant coulent de source semblent ne pas intéresser ni le parquet ni le juge d’instruction qui, tous deux, devaient travailler à charge et à décharge. Mais, l’avocat a l’impression que tout est fait pour casser son client et le rendre coupable à tout prix. « Pourtant, l’argent de la caisse d’avance est un fonds politique comme l’est celui du chef de l’Etat« , a martelé Me Clédor Ciré Ly. « Et il n’est arrivé à personne l’idée de demander des comptes à Macky Sall», a fait remarqué la robe noire. Pour preuve, il a déclaré que jamais, dans l’histoire du Sénégal, l’utilisation de ces fonds n’a jamais fait l’objet d’une quelconque vérification. « Si ça se trouve, ce sont ces fonds qui, en 1981, avaient servi à l’Etat de soutenir l’intervention des soldats sénégalais en Gambie pour barrer la route à Koukoï Samba Sagna« , a déclaré Me Clédor Ciré Ly.

Aussi, puisque ce sont ces mêmes fonds qui servent à payer les policiers lors des interventions des forces de l’ordre à l’université de Dakar comme à la prise en charge d’hôtes de la République voire à financer certaines actions des services spéciaux comme la prise en charge de frais médicaux de certains de certaines pontes de la République, Me Clédor Ciré Ly pense que pousser Khalifa Sall à donner des détails précis sur l’utilisation de ces fonds pourrait conduire à la révélation de secrets d’Etat. « Et ce serait dommageable pour le pays« , a averti l’homme de sciences. Pour l’avocat, « puisque on connait la provenance des fonds logés dans la caisse d’avance, le chef d’inculpation de blanchiment de fonds ne tient pas. » Idem pour l’association de malfaiteurs et les chefs d’inculpation de détournement de fonds publics. Confiant quant à l’issue de ce procès qui aura profondément divisé le pays, Me Clédor Ciré Ly voudrait que cette génération se rende compte de l’immense chance qu’elle a de pouvoir changer les choses. Et l’appelle en conséquence à se mettre au service du peuple et non d’un régime.

 

 

Laisser un commentaire