GIM Uemoa: la sécurité et l’interbancabilité de l’espace ouest africain défendues à Dakar

GIM Uemoa: la sécurité et l'interbancabilité

Il a attendu 15 ans pour sortir de la clandestinité. Le temps, pour lui, de se sentir suffisamment solide pour se montrer au public et faire connaitre son travail: celui de la digitalisation des opérations bancaires, la sécurisation et l’interconnectivité des institutions financières.

 

Après la reconnaissance de sa légitimité, auprès des partenaires étatiques et financiers, la direction du GIM-Uemoa a, ce matin, donné rendez-vous aux journalistes et acteurs économiques pour partager, avec eux, les réalisations faites dans le domaine de la sécurité bancaire et de l’interbancabilité des agences financière.

Cette rencontre qui s’est tenue au siège de l’agence, sur la route de l’aéroport de Dakar, dirigée par M. Blaise Ahouantchédé, le directeur général, a pour objectif de sensibiliser les journalistes sur la nécessité de vulgariser l’adoption des cartes bancaires au détriment de la circulation du cash. « Car, pour M. Boukary Zongo, le conférencier du jour, en plus de rendre incontrôlable son fonctionnement, le cash comporte beaucoup de dangers pour la santé des usagers« .

Pour étayer son propos, le conférencier a fait comprendre que « les billets de banques contiennent énormément de microbes » et, ne serait-ce que sous cet aspect sanitaire, son utilisation à moins d’être bannie doit être réduite. Les inconvénients du cash ne sont pas qu’esthétique et pour la santé de l’usager, ils sont un gros blocage pour nos fragiles économies nationales. A en croire M. Zongo, « les Etats, aussi, ont beaucoup à gagner dans cette opération. »

La numérisation de tout le système bancaire permettra de collecter facilement les impôts et offrira aux citoyens la possibilité de payer leurs factures via les terminaux de paiements électroniques.

Prisée ailleurs pour les paiements des impôts et des factures courantes, l’usage de la carte bancaire doit amorcer son envol dans toute la sous-région. L’ambition de GIM-Uemoa est de démocratiser son utilisation dans tous les commerces. « Même si ça parait utopique, a déclaré le directeur du GIM-Uemoa, notre ambition est de faire disparaitre l’utilisation du cash sur l’espace Uemoa. Cela a été possible ailleurs, pourquoi pas ici? »

Démembrement de la banque centrale, le GIM-Uemoa ne fait pas qu’inciter à l’utilisation des cartes bancaires. Il capitalise de bonnes années d’expérience dans le domaine de la sécurisation des données bancaires; mais aussi dans l’interconnectivité des banques. « C’est grâce à notre travail que les usagers peuvent retirer leur argent d’une banque à une autre sans payer des frais supérieurs à 500 FCFA » a annoncé M. Blaise Ahouantchédé.

A leur actif, on compte déjà l’adhésion de 121 banques et institutions financières au projet. Dans les 8 Etat membres, le GIM a surveillé la mise de 5 millions de cartes en circulation, 33 banques ont été sponsorisées par Visa comme d’autres l’ont été par Mastercard et vu l’ouverture de 5000 points de service.

Loin d’être exhaustif, le bilan du GIM-Uemoa n’a, à en croire le directeur général, rien à envier à ceux de ses collègues occidentaux. Magnifiant la nécessité d’encourager la digitalisation des opérations financières, le directeur du GIM-Uemoa a fait savoir que c’est grâce au concours de ses services que « un client de la BHS, par exemple, peut se rendre dans un guichet du CNCA et retirer tranquillement son argent. »

Cette interconnectivité, il le doit aussi à un service de contrôle interne très efficace qui fait de la zone Uemoa l’une des plus sûres au monde; l’une des rares actuellement à l’abri des piratages informatiques qui ont ruiné des banques dans certaines parties du monde. Mais, comme toute entreprise humaine, « les risques que nous avons sont ceux de la complicité interne. » A reconnu le directeur général du GIM, M. Blaise Ahouantchédé.

 

Laisser un commentaire