Gambie: Yahya Jammeh, l’autre visage du « dictateur du développement »

Gambie: Yahya Jammeh

De Yahya Jammeh, l’opinion nationale gambienne comme internationale n’a retenu que  l’hideux visage du dictateur sanguinaire.  Soupçonné du parrainage des rebelles casamançais comme d’avoir fait tuer -ou disparaitre- des opposants, le Baabiili Mansa -qui s’apprête à quitter le pouvoir en ce début janvier pour permettre à son successeur, Adama Barrow, de s’installer- est un président atypique dont l’Afrique n’a pas à rougir de tout le bilan. S’il a des choses à se faire pardonner, il a aussi été, à la tête de la Gambie, à l’origine de nombreuses réalisations positives qui ont permis à l’une des dernières autocraties d’Afrique d’accoucher une démocratie prometteuse.

Vingt deux années de pouvoir absolu, ça laisse des traces. Et lorsque l’homme qui a régné sur le pays et ses hommes s’appelle His Excellency Professor, Alahadji Doctor, Yahya Abdul Aziz James Junkung Jammeh, Baabiili Mansa, Nasiiri Ding, il y a de quoi effacer tout embryon de sourire sur le visage des gambiens.

Né au Sénégal, en 1965, d’une famille casamançaise, Yahya Diémé est devenu citoyen gambien en 1970 lorsque, piqué certainement par une grosse mouche, le premier président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, en visite en Gambie, a décidé -pour un meilleur tracé des frontières- de donner 16 villages casamançais à la Gambie.

A LIRE AUSSI: Editorial: Les chiens de guerre (Par Babacar Touré)

Sans aucune consultation des parlements sénégalais, des ponctions entières du territoire national sénégalais comme des citoyens y résidant ont été donnés à la Gambie au sud comme à la Mauritanie au nord sans que personne ne s’en offusque.

Arrivé au pouvoir sans effusion de sang,

il a réhabilité son prédécesseur

Soldat subalterne dont la montée en grade a été facilitée par le Sénégal- qui avait en main la formation et la montée en grade des militaires gambiens-, c’est le 22 juillet 1994 que le monde a découvert le jeune lieutenant de 26 ans qui, à la tête d’une junte militaire, s’est emparé du moribond pouvoir du vieux Daouda Kaïraba Diawara.

Arrivé au pouvoir sans effusion de sang, même si l’exercice du pouvoir s’est fait dans la terreur, Yahya Jammeh a, d’abord, tenu à maintenir la constitution en l’état et la cohésion d’un peuple cosmopolite dans lequel, les Diola, son ethnie, sont minoritaires.

A son arrivée au pouvoir en Gambie, la loi fondamentale n’avait jamais reconnu de limitation au nombre de mandats à la présidence de la République. Et Yahya Jammeh s’est accommodé de la situation sans rien y toucher.

A son actif, il est à noter que le fougueux officier au firmament de sa popularité n’avait jamais intenté le moindre procès contre les anciens maitres de Banjul; alors que l’opinion voulait que Daouda Diawara et ses ministres rendent des comptes.

Mieux, il s’est même permis la grandeur d’esprit de faire rentrer d’exil Sir Daouda Kaïraba Diawara et de lui accorder tous les avantages dus à son rang d’ancien chef d’Etat. Et depuis lors, l’ancien président baroque de Gambie vit une retraite paisible à Banjul.

La démocratie des billes

Sur le plan social, si aucun baromètre de pauvreté n’est disponible, il est à noter que le pays s’est largement modernisé et l’éducation comme la santé sont rendus accessibles à presque toute la population. En 22 années de règne, la Gambie n’a jamais connue de famine, les drames sanitaires comme Ebola n’y ont jamais été signalés. Et le pays ne donne pas toutes ses économies à la puissance colonisatrice comme nous francophones le faisons avec la France qui se gave de nos fonds.

Ces dernières années, des quartiers résidentiels de hauts standings sont sortis de terre aussi bien à Banjul qu’à Sérékunda, le pays est devenu hyper connecté à internet et les routes sont de qualité, à l’intérieur du pays, si on fait abstraction du piteux état des ferries de Soma et de Farafény, sur la transgambienne.

Aussi, l’audace de Yahya Jammeh face à la propension de l’obscurantisme confrérique religieux a permis aux Gambiens, contrairement à leurs coreligionnaires sénégalais, de n’avoir qu’un jour unique de célébration des grandes fêtes musulmanes; interdiction formelle étant toujours faite de célébrer deux voire 3 Korité ou Tabaski.

Et, même si c’est l’un des courroux que lui reprochent le décadent occident, la criminalisation -applaudie partout sur le continent- de l’homosexualité a permis à Yahya Jammeh de mettre son pays –bien que le phénomène existe- à l’abri du tourisme sexuel de grande envergure. Et de la pandémie du sida.

Une des ombres à ce tableaux idyllique des grandes réalisations sociales du roi de Baabili est l’annonce faite, tout dernièrement, de transformer son pays en un Etat islamique; alors que ce mot est galvaudé et criminalisé depuis que des fous d’Allah ont donné ce qualificatif à des territoires qu’ils ont annexés où ils font couper des têtes.

Sur ce continent où les chefs d’Etat et leur entourage sont réputés corrompus -suivez mon regard avec le frère de l’autre- Yahya Jammeh a été le seul régnant africain dont le régime n’a jamais été accusé de corruption.

Et, le président sortant de Gambie n’a jamais été soupçonné d’avoir eu le moindre compte bancaire à l’extérieur de son pays; les seuls biens connus du l’ex-dictateur de Banjul étant localisés dans les banques gambiennes ou investis dans ses grandes réalisations de Kanilaï.

Etiqueté comme un « fou sanguinaire » qui, pour rien au monde, ne quitterait le pouvoir par les urnes, Yahya Jammeh a fait mentir tout le monde. Par ce geste, il restera dans l’histoire comme le seul président qui a organisé des élections boycottées par tous les observateurs, aussi bien occidentaux qu’africains, et dont les résultats n’ont été contestés par personne.

Comme les observateurs, les journalistes du monde entier –y compris les voisins sénégalais- ont boycotté les élections gambiennes; laissant entendre que Yahya Jammeh serait, sans surprises, reconduit des années encore. Rien de tout cela n’a été.

Le persécuteur des homosexuels

Autre originalité à mettre sur le compte de l’enfant le plus célèbre de Kanilaï; face à l’analphabétisme galopant de son peuple, « le dictateur du développement » a inventé un nouveau système électoral qui doit inspirer tous les peuples africains: au lieu de commander des millions de bulletins dont la fabrication nécessiterait l’abattage de milliers d’arbres et la dépense de milliards de nos francs, détournés parfois par des proches du régime, le Baabili Mansa nous a appris qu’avec de simples billes -avec lesquelles tous les enfants africains ont joué-, on pouvait élire un président de la République. Sans qu’aucune contestation ne soit notée ou de présence bulletins nuls ne soient constatés.

La victoire d’Adama Barrow, c’est celle du peuple gambien, certes. Mais, c’est avant tout celle Yahya Jammeh qui a réussi à faire oublier, par cette belle sortie, tous les actes de violation des droits humains commis par son régime. Même si certains l’ont appelé le coup de fil de la honte, l’appel de Yahya Jammeh à son vainqueur a permis à la Gambie de faire l’économie d’une confrontation violente.

Ses partisans comme les militaires craignant une vengeance des vainqueurs sont toujours sur la défensive et redoutent de passer à la trappe. Alors que tout le monde l’attendait sur le terrain de la contestation, avec le rejet des résultats de l’élection, Alahadji Doctor a accepté le verdict des …billes et s’est incliné humblement; ne demandant rien d’autre qu’à redevenir paysan et retourner sur ses terres de Kanilaï.

Et si l’autocratie de l’homme était plus parlante que ses actes consensuels, le bon sens et l’honnêteté intellectuelle voudraient qu’on rende à Yahya ce qui appartient à Jammeh. L’homme qui vient d’abdiquer devant la volonté populaire, ce vendredi 2 décembre 2016, aura échappé à « 65 tentatives de coups d’Etat » dont certains « organisées directement par le Sénégal de Abdoulaye Wade. »

Il a résisté aux complots perpétrés par les armes. Mais, il a été démis par des billes, égates;  un jeu que des générations d’enfants africains ont démocratisé depuis des années. 

Babacar Touré

Directeur de Publication

2 Commentaires

  1. C’est un bel article mais si le président Senghor a amputé le Senegal de certains territoires qu’il a cédés à la Gambie, il n’a jamais fait autant en ce qui concerne la Mauritanie. C’est plutôt la Mauritanie qui a cédé N’Dar, son ancienne capitale au Sénégal.

Laisser un commentaire