Gambie: Le général Bora Colley et quatre gambiens interrogés par les services sénégalais

Gambie

Il était le patron de la redoutable armée secrète du Babiili Mansa, les Jungulars, l’homme des basses besognes du président déchu gambien, Yahya Jammeh. Il est, depuis quarante-huit heures, le gardé-à-vue le plus surveillé du Sénégal. Le général Bora Colley est entre les mains de la police sénégalaise. Et l’homme est une mine d’or pour tous les services de renseignement sénégalais…

Tous les services de renseignements sénégalais le voulaient. C’est finalement la modeste Police de l’air et des frontière -PAF- qui a fini par avoir sa peau. Le général Bora Colley, le bras armé de Yahya Jammeh est aux arrêts. Suite à son interpellation par les éléments du poste frontalier de Mpack, à la frontière Bissau-guinééenne, le natif de la Casamance qui, à la tête d’une milice redoutée, permettait à Yahya Jammeh de faire disparaitre ses opposants et supposés tels, a été acheminé à Dakar, à bord d’un vol spécial de l’armée sénégalaise.

Au préalable, tombé lors d’un « banal » contrôle d’identité, le général Colley -lire Coly- avait été, le mardi 25 janvier, acheminé à Ziguinchor et remis au commandement du 5 ème Bataillon de l’armée. Au camp militaire de Ziguinchor, il a été longuement interrogé par la Direction des renseignements militaires, avant d’être remis, ce week-end, à la police sénégalaise.

A en croire des sources policières, « il est en garde à vue pour 48 heures à la DIC ». La semaine qu’il a passée entre les mains des enquêteurs militaires, jusqu’à l’ouverture de l’enquête judiciaire, à Dakar, est considérée par la police comme « le temps de route ou de transport » est n’est pas prise en compte dans « la durée légale » de sa garde à vue.

Comme leurs homologues militaires, les policiers veulent avoir des informations précises sur la vie et le fonctionnement de la garnison de Kanilaï, village natal de Yahya Jammeh présenté comme un bastion imprenable et protégé par les derniers fidèles du Babiili Mansa toujours décidés à en découdre avec « les agresseurs sénégalais ». Aussi, l’arsenal militaire qui y serait caché comme les relations entre Yahya Jammeh et le MFDC intéressent fortement l’Etat sénégalais.

Après le départ de Yahya Jammeh -abandonnant ses derniers fidèles à leur sort- les « Jammeh Boys » s’étaient retirés des postes de combats qu’ils occupaient pour se retrouver à Kanilaï, épaulés là bas par des éléments du MFDC. Ces derniers, face aux tentatives des forces de la CEDEAO d’entrer dans le fief du boss, avaient ouvert le feu sur « les forces étrangères ».

Des sources dignes de foi ont affirmé avoir détruit deux véhicules de l’armée sénégalaise. « L’un a été stoppé par un tir de gros calibres et, comme c’était un convoi, le second qui n’a pas pu s’arrêter est entré en collision avec le premier » ont assuré nos sources.

Du coté de l’armée sénégalaise, on dément cette affirmation. Pour nos sources militaires, si des coups de feu ont été entendus à Kanilaï, le 19 janvier, il s’agissait plutôt de bataille interne aux factions du MFDC. » Les hommes fidèles à Nkrumah Sané s’en seraient pris aux héritiers de Salif Sadio.

Quoi qu’il en soit, le départ de Yahya Jammeh et la dotation d’armes, à ses fédayins -armes désormais dans la nature- est un gros danger pour le Sénégal. Cela est d’autant plus vrai que les fameux Jungalars sont tous, pratiquement, Sénégalais. Leur général, Bora Colley est de Sindian, au coeur de la Casamance. « D’ailleurs, c’est à partir de là-bas que nous avons eu son signalement et la certitude qu’il devait se rendre en Guinée Bissau« , ont soutenu nos sources policières.

Il leur suffisait juste de mettre une souricière et d’attendre que le général quitte les siens et se jette dans leur piège. Interpellé comme l’ont été deux militaires et deux civils -ces derniers avaient raccompagné Yahya Jammeh dans son exil équato-guinéen-, « le colis » qui a été déposé à Dakar est, actuellement, interrogé par la gendarmerie, la DRM, la DST -Direction de la Surveillance du Territoire- et les services annexes aux renseignements.

En attendant leur présentation devant le parquet, ces hommes pourraient se voir notifier les chefs d’accusation d’association de malfaiteurs, de manifestation insurrectionnelle, d’atteinte à la sûreté de l’Etat -quel Etat?- et être emprisonnés au Sénégal. Le Sénégal veut savoir ce qu’ils ont fait avec Yahya Jammeh avant et après son départ du pouvoir, ce qu’ils ont commis comme crimes et tentatives de crimes, comment ils les ont commis, où ils les ont commis et que nous prépare Yahya Jammeh avec le MFDC?

 

Laisser un commentaire