Gambie : Entre Yahya Jammeh et Adama Barrow, les électeurs seront aux urnes ce matin

Jeudi 1er décembre, les Gambiens sont appelés aux urnes. Ce petit pays d’Afrique de l’Ouest est dirigé depuis 22 ans d’une main de fer par Yahya Jammeh, qui brigue, confiant, un cinquième mandat. L’opposition, elle, tente de se faire entendre.

J-1 avant les présidentielles en Gambie. Les électeurs sont appelés aux urnes jeudi 1er décembre, pour élire leur président. Au pouvoir depuis 22 ans, le fastasque chef de l’État Yahya Jammeh, 51 ans, brigue un cinquième mandat.

Porté au pouvoir par un coup d’État en 1994, il s’est dit prêt à « diriger la Gambie pendant un milliard d’années si Dieu le voulait ». Certains Gambiens n’ont quasiment connu la Gambie que dirigée par Yahya Jammeh, ils peinent à imaginer un autre président aux rênes du pays. À la sortie de l’un de ses meetings, ses partisans exultent.

« Avant nous n’allions pas à l’école. Maintenant on est éduqués. On voit toute sorte de développement en Gambie. Cet homme est un homme de Dieu ! », explique l’un de ses supporters. « Le premier régime est resté plus de cinq mandats mais n’a rien fait. Ce président est venu, il essaie de faire quelque chose alors même s’il se présente 100 fois, ça nous est égal », ajoute une autre.

La parole se libère

De son côté, l’opposition mène aussi campagne. Dans une bruyante manifestation, les adversaires de Yahya Jammeh défilent dans les rues de la capitale en scandant des slogans hostiles au président. Depuis plusieurs mois, les frustrations nées des difficultés économiques et de la répression des voix dissidentes s’expriment de plus en plus ouvertement dans ce pays anglophone d’Afrique de l’Ouest. Les deux semaines de manifestations autorisées leur offrent une liberté exceptionnelle, bien que l’opposition n’ait pas pu tenir de meetings, faute de salle…

« On veut du changement. Combien d’années encore ? On n’a même pas de travail. Nos parents doivent nous nourrir », s’insurge ainsi un militant. « Ce qu’on vit c’est de la tyrannie. Des gens réprimés. Des personnes qui disparaissent. Des gens qui meurent. Je vous le dis : les Gambiens sont des esclaves dans leur propre pays », insiste un autre.

L’opposition n’a jamais été aussi unie. Huit partis sont rangés derrière Adama Barrow, 51 ans, membre de l’UDP, principale formation d’opposition. Un troisième candidat, Mama Kandeh, ancien député du parti présidentiel, participera également au scrutin.

Avec AFP

Laisser un commentaire