Gambie : les dates clés de l’intervention du Sénégal pour sauver la tête du président Djawara

Gambie : les dates clés de l’intervention du Sénégal

Bien avant la prise du pouvoir et le règne sanguinaire de Yahya Jammeh, c’est un autre fils du Sénégal, qui s’était emparé du State House, le palais de Banjul. Dans la nuit du 29 au 30 juillet 1981, à la tête d’un groupe de combattants dont personne n’avait jamais entendu parler, Kukoï Samba Sanyang s’est révélé au monde comme le nouveau président de l’Etat gambien. Portrait d’un autre aventurier sénégalais qui s’était approprié la Gambie.

Quasi inconnu des Sénégalais, l’homme dont Macky Sall a refusé le rapatriement de la dépouille et son enterrement au Sénégal est né à Djiragone, en Casamance, et a grandi à Ziguinchor. Inscrit à l’école primaire du Sacré-coeur, puis au Séminaire Saint Louis de la capitale méridionale, Dominique Sagna -c’est son nom à l’état civil sénégalais- était prédestiné à une paisible carrière de prêtre. Ironie du destin, c’est ce prêcheur de l’amour de Dieu qui conduira aux premiers versements de sang dans les rues de Banjul.

Interpellé sur ce changement intervenu dans la vie du jeune Kukoï, un de ses anciens camarades de chambre a déclaré : «Kukoï est né musulman mais il est devenu catholique avant de revenir plus tard à l’islam.» Par calcul, par les circonstances, jamais l’homme ne s’est jamais publiquement prononcé sur ce point.

Quel que soit le culte par lequel il passait pour adorer son Dieu, l’enfant de Djiragone vouait une admiration sans borne à la bande à Jules François Bocandé, Ousmane Ndiaye Compliqué, Bassirou Ndiaye, Tony Coly, Euro Mané, Solo Gassama, Joseph Koto…vainqueurs en 1979 de la Coupe du Sénégal.

Casa Sport: L’opium du peuple 

«C’est donc, tout naturellement que nous étions ensemble au stade Demba Diop de Dakar lorsque le Casa-Sport jouait contre la JA», a déclaré un de ses anciens copains qui ne souhaite pas être cité. Ce match, ouvertement, truqué par l’arbitre, en faveur de la Jeanne d’Arc de Dakar, a été l’un des premiers éléments déclencheurs des événements précurseurs de la rébellion casamançaise.
Avant de prendre les armes, Kukoï Samba Sagna s’était inscrit en faculté de Droit de l’université de Dakar. Dans cet antre du savoir, il avait comme camarade de classe Pascal Koutimaye Manga, l’indéboulonnable chef de cabinet de Robert Sagna et premier président du Conseil régional de Ziguinchor, le prédécesseur du défunt Oumar Lamine Badji.

Lorsque ses parents ont immigrés en Gambie, ils ont profité de leurs relations privilégiées avec des proches du palais pour solliciter une bourse d’études pour Kukoï. C’est ainsi que le jeune Samba Sanyang va rejoindre sa famille installée à Banjul et se voir délivré des papiers gambiens. A partir de là, il a rejoint la Suède pour continuer ses études.

C’est en Suède qu’il sera approché par des militaires et des opposants pour mener le coup d’Etat. Un an avant cet événement qui a changé l’existence de l’étudiant, une révolte était née à Banjul. Dans les premiers rapports envoyés par les services de renseignement sénégalais, il était écrit que «un soldat avait abattu son général et que de nombreux militaires soutenaient le tueur.»

Les Casamançais: ces combattants qui rêvent de contrôler la Gambie

Soupçonnant une émeute en préparation, le président Daouda Jawara avait fait appel à Dakar qui lui a aussitôt envoyé, en novembre 1980, des militaires lourdement armés pour neutraliser les Fields Forces, désormais sans chef depuis le meurtre du général Mohaney (le général Mané, un lointain cousin du général Ansoumana Mané qui se signalera des années plus tard en Guinée Bissau).
Cette opération connue sous le nom de Fodé Kaba 1, en hommage au marabout mandingue Fodé Kaba Doumbia, permettra à Daouda Kaïraba Jawara d’arrêter tous ses opposants, de réduire les libertés individuelles et d’interdire toutes les formations politiques. Pour justifier l’intervention des Diambars, Léopold Sédar Senghor -il vivait ses dernières heures au palais-avait prétexté qu’il anticipait ainsi sur une déstabilisation du Sénégal fomentée par la Libye.

En réalité, depuis plusieurs années déjà, Léopold Sédar Senghor recevait des lettres de l’Abbé Diamacoune Senghor et du MDFC lui réclamant la fin de la fédération dans laquelle le Sénégal se serait engagé avec la Casamance depuis la fin de la fédération du Soudan. Senghor n’avait jamais répondu aux activistes du MFDC et savait que quelque chose se préparait.

Dans l’urgence, il réussira à faire signer les accords statuant la naissance de la Sénégambie par Daouda Jawara. Cette signature est la seconde après une première: cette fameuse signature du 18 février 1965 qui a permit à la Gambie de prendre gratuitement de nombreux villages sénégalais de la Casamance, dont celui de Kanilaï où est né Yaya Jammeh.

La Field forces: Une armée de soudards

Ruminant leur colère depuis cette humiliante déculottée que leur a infligée l’armée sénégalaise, les rescapés des Fields Forces vont s’organiser pour chasser Jawara du pouvoir. C’est eux qui sont allés voir l’étudiant Kukoï Samba Sagna, alors que ce dernier s’approchait de la trentaine pour en faire leur chef. «Ils l’ont venir au pays en le faisant passer par la Guinée Bissau, ensuite il a rejoint la Gambie via le Sénégal» a témoigné un membre de la famille de Kukoï qui voudrait voir toute cette histoire enterrée.

Avant le coup d’Etat de Kukoï, la Gambie, majoritairement peuplée de Manding, de Sérères, de Peuls et de Diola, était dirigée par une élite Akou publiquement soutenus par les colons britanniques qui, bien que partis, continuaient de contrôler l’ancienne colonie dirigée par un « apostât » –il avait renié la religion musulmane- Daouda Kaïraba Jawara que les Manding étaient allés chercher à Londres pour en faire leur premier ministre au détriment de Farimang Mamadi Singhateh, puis leur président. Menant une politique de «complexé», le médecin Daouda Jawara se faisait appeler David et vivait avec une blanche à Londres où il exerçait.

Haï par son peuple, détesté par son armée et sa police, Daouda Jawara commettra l’erreur de quitter la Gambie pour se rendre au palais de Westminster assister au mariage du Prince De Galle et de la princesse Lady Diana. Arrivé en Gambie, au cours de la semaine, le nouveau marxiste Kukoï Sanyang à la tête de quelques commandos et bénéficiant de l’aide de l’armée prend le contrôle de Banjul.

Colonel Alioune Badara Konté: ce héros anonyme de Banjul 2

Mais, au cours des nombreuses réunions conspirationnistes préparant ce coup, un quiproquo était né entre le chef de la police gambienne, le nouveau patron de l’armée et Kukoï Samba Sanyang.

Comprenant que son collègue de l’armée était de mèche avec Kukoï, c’est cet homme qui va faciliter l’échec du coup d’Etat; en alertant l’une des épouses de Daouda Jawara. Ce dernier demande l’aide à Marguerite Thatcher. Mais puisque les anglais ne veulent pas se mouiller, la «Dame de fer» refuse de s’immiscer dans «les affaires internes d’un Etat souverain ».

Conscient de l’actif qu’il peut récupérer de cette affaire que personne ne veut gérer, Abdou Diouf prend contact avec Daouda Kaïraba Jawara et envoie l’avion de commandement du Sénégal pour chercher le président déchu. Il l’installe à l’ambassade du Sénégal à Paris puis, le lendemain, le fait rejoindre Dakar d’où il attendra que l’armée sénégalaise fasse le sale boulot. C’est ainsi qu’est née la deuxième mission militaire sénégalaise en Gambie: Fodé Kaba 2.

C’est le colonel Badara Konté, un natif de la Casamance, qui a été désigné pour diriger cette périlleuse opération. Pour ceux qui deviendront, plus tard, les dirigeants du MDFC, « c’est par pur racisme qu’Abdou Diouf a choisi un casamançais pour aller tuer d’autres casamançais.»
« C’était un moyen à moindre coup de pouvoir régler leur compte à des officiers casamançais qu’il soupçonnait de préparer l’indépendance de la Casamance » a témoigné Sidy Badji, lors d’une interview accordée à la presse.

Pour Dakar, l’enjeu des événements de Banjul est bel et bien la situation en Casamance: « il fallait que nous intervenions d’abord pour respecter les accords de défense, mais surtout pour pouvoir contrôler ce qui se passait en Gambie et éviter que les choses ne s’aggravent en Casamance. » A déclaré le général Amadou Abdoulaye Dieng, un des officiers ayant participé à l’opération.

Général Amadou Abdoulaye Dieng: «la fin justifie les moyens»

Amadou Abdoulaye Dieng a été le premier gouverneur militaire de Ziguinchor, responsable des années les plus sanglantes de la répression militaire en Casamance. Sous son magistère, de nombreux malades mentaux ont été tués dans la région, de nombreuses personnes soupçonnées de sympathie avec les rebelles casamançais ont disparu à jamais. Et il a imposé l’Etat d’urgence -avec couvre feu à 18 heures- sur tout le sud du Sénégal, des mois durant.

Simple coïncidence ou révélations troublantes sur les pratiques du président Abdou Diouf, le gendarme Diatta, De Gaule Goudiaby -frère ainé de Pierre Atépa Goudiaby- le chef Preira et le capitaine Joseph Coly y laisseront leur vie, aux cotés de nombreux commandos sénégalais cueillis comme du gibier par des militaires gambiens déterminés à ne pas subir l’humiliation de la première opération Fodé Kaba.
Auréolé de cette victoire militaire, le colonel Alioune Badara Konté considéré comme un héros vivant sera l’invité d’honneur de Daouda Kaïraba Jawara lors de la commémoration de son indécence en 1983. Mais alors que sa femme l’attendait à Dakar pour le repas de midi -qu’il a lui même commandé- c’est le cadavre du colonel Badara Konté, mystérieusement décédé dans la nuit du 18 au 19 février 1983 dans son hôtel de Banjul, que l’on sortira. Des rares témoignages obtenus sous couvert de l’anonymat absolu, le colonel Badara Konté aurait été empoisonné.

Babacar Touré

Laisser un commentaire