Gambie: Ce que peut, désormais, faire Yahya Jammeh de son peuple

Gambie

Le plan d’urgence décrété hier, en Gambie, impliquerait un certain nombre de mesures privatives de liberté dans ce pays aujourd’hui menacé par l’entêtement de Yaya Jammeh à rester au pouvoir malgré son échec à la dernière présidentielle. Aujourd’hui à la retraite, le Colonel de la police Alioune Ndiaye a parlé sur les ondes de la radio Sud Fm, des conséquences d’une telle mesure.

«Je ne sais pas si ce sont les mêmes dispositions au Sénégal qu’en Gambie, parce que c’est un pays anglophone, mais, en général, l’Etat de siège et le régime d’urgence sont des régimes d’exception au cours desquels les pouvoirs dévolus aux autorités publiques sont accrus. Pour l’Etat d’urgence, le pouvoir reste toujours entre les mains des autorités civiles et politiques, mais avec un élargissement en ce qui concerne les possibilités de restrictions de certaines libertés individuelles ou collectives telles que les réunions, les manifestations, la circulation des personnes et des biens. Tout cela devient donc restreint. Et le pouvoir public a entre ses mains la possibilité de faire des perquisitions tout azimut, de procéder à des arrestations et d’établir même un couvre-feu, par exemple. En gros, voilà ce qu’il faut retenir».

«Aujourd’hui, en Gambie, il n’y a plus de liberté»

Ancien Directeur des Relations publiques (Drp) de la police nationale, le Colonel a aussi précisé que cette mesure fait que «les délais de garde-à-vue seront doublés». Par rapport à l’Etat de siège, ajoute-t-il, «le pouvoir, en ce qui concerne le maintien et l’établissement de l’ordre, passe entre les mains de l’autorité militaire. C’est un régime de privation de liberté fondamentale. Je vous ai dit tantôt que les libertés de réunion, de manifestations sont donc restreintes, en général, elles sont mêmes interdites. Aujourd’hui, avec cette mesure, les forces de l’ordre ont beaucoup plus de pouvoir, d’arrestations, de perquisitions, de réquisitions. Donc, ils deviennent les seuls maîtres à bord, aujourd’hui, en Gambie. Dans ce pays, il faut le dire, il y avait un régime de police à outrance, à plus forte raison, lorsqu’ils sont en situation d’Etat d’urgence».

En général, une telle mesure va avec la fermeture des frontières. Parce qu’il y a un certain nombre de mesures qui sont à la disposition de l’autorité qui les prend selon le besoin.

«Le Sénégal a connu des cas de situations d’urgence où les frontières n’étaient pas fermées.  L’aéroport, le port continuaient à fonctionner. Les frontières étaient encore ouvertes et permettaient le passage des personnes et des biens. Mais pour le cas de la Gambie, je ne sais pas est-ce que l’autorité va choisir de fermer la frontière, pour interdire toute entrée ou toute sortie. Cela, c’est des exceptions, des mesures qui peuvent être prises en cas d’Etat d’urgence. Donc rien ne l’interdit. Il faut, en fait comprendre qu’aujourd’hui, en Gambie, il n’y a plus de liberté».

 

Auteur: Youssoupha MINE – Seneweb.com

Laisser un commentaire