Gambie: 24 heures après l’ouverture du scrutin, le silence absolu règne sur Banjul

Gambie: 24 heures après l'ouverture du scrutin

Ils sont sortis hier pour se rendre aux urnes et se choisir un nouveau président. Mais personne ne sait, pour le moment, combien de Gambiens ont regagné leur maison à lisse du scrutin. Coupés du monde, les Gambiens sont livrés au bon vouloir d’une soldatesque toute acquise au chef, Yahya Jammeh, qui a promis l’enfer aux fauteurs de troubles.

 

Les urnes ont été comptés depuis hier soir. Mais personne, au monde, en dehors certainement de Yahya Jammeh, ne peut donner l’issue de l’élection présidentielle qui s’est tenue en Gambie.

Ce petit pays anglophone de 800.000 électeurs, enfouie dans le Sénégal, est plongé dans l’isolement total depuis le mardi 30 novembre; veille de l’élection présidentielle. Yahya Jammeh, 51 ans, au pouvoir depuis 22 ans, fait face à Adama Barrow, 51 ans, candidat de toute l’opposition et Mme , Mama Kandeh, un ancien député du parti présidentiel, un parfait inconnu sur le plan international.

Pour imposer sa échappe de plomb sur le pays, l’égocentrique président gambien a décidé de couper le signal internet. Mais aussi, de bloquer tous les appels entrants comme sortants du pays. Du coup, même le Sénégal, qui est le voisin direct de la Gambie, est incapable de dire ce qui se trame à Banjul.

Ce black-out, inacceptable en ce 21 ème siècle,  a installé un climat permanent d’insécurité dans tout le pays; poussant chacun à se demander ce qui se passe dans l’autre partie du territoire. Cédant, du coup, aux colportages et aux surenchères diffusées par la très redoutable NIA et la Gambian Force Armies.

Bras armé du régime, le commandement du Général Saul Badjie est l’homme fort du pays; le seul à même de faire respecter le choix du peuple au cas où Yahya Jammeh serait vaincu.

La veille du scrutin, ce général impliqué dans les dernières campagnes de répression est plus ou moins proche du président sortant. Il aurait, à en croire de nombreux témoignages obtenus le mardi soir, fait sortir ses hommes dans les environs de la radio et télévision gambienne comme dans les principales artères de Banjul et Sérékunda.  Et face à ce déploiement de forces, on craint qu’il ait un plan insurrectionnel.

Parce, sans que rien ne vienne le confirmer, des informations obtenues hier par Kewoulo.info, de sources clandestines, font état d’une large victoire d’Adama Barrow qui aurait dépassé la barre des 50%.

Il serait suivi par le président sortant, Yahya Jammeh, et tout au bas du podium serait Mama Kandeh, un ancien député du parti présidentiel. Sans que rien ne le confirme encore, Yahya Jammeh aurait, hier soir, gagné dans son bureau de votes comme dans la région électorale de Banjul. Partout ailleurs, il aurait été battu.

Situation inédite, c’est par des billes de trois couleurs différentes que les Gambiens ont choisi leur président. A chaque fois qu’un vote a été enregistré, on fait sonner le cloche de vélo. Alors, pour ne pas fausser les résultats, les autorités ont interdit aux votants de venir avec leurs bicyclettes.

 

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire