France: L’évacuation de la « Jungle » de Calais se poursuit

    France

    Les travaux de déblaiement prévus mardi matin dans la « Jungle » de Calais ont pris du retard, mais les évacuations vers des centres d’accueil répartis en France se poursuivaient au lendemain du départ sans incident de quelque 1.900 personnes.

    Le début de l’opération de nettoyage des détritus et débris divers autour du Centre d’accueil provisoire (CAP), une structure en dur située sur le campement, a été décalé, a indiqué une source proche de la préfecture vers 10H00, sans que l’on sache quand elle commencerait exactement.

    Les forces de l’ordre ne peuvent venir dans l’immédiat encadrer le travail de la société chargée du déblaiement, car elles doivent gérer la foule de migrants qui se presse au niveau du « sas » d’enregistrement et de départ en car, a précisé cette source. « Il n’y aura pas de bulldozers, nous allons ramasser des déchets », a précisé la préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio. De 6.400 à 8.100 hommes, femmes et enfants venus pour la plupart d’Afghanistan, du Soudan ou d’Erythrée vivaient jusqu’alors dans le plus grand bidonville de France, devenu depuis des années le lieu de rassemblement des migrants déterminés à gagner l’Angleterre, de l’autre côté de la Manche.

    Dans les zones évacuées lundi par les migrants, des cabanes ont brûlé pendant la nuit. Des rues animées il y a encore une semaine sont abandonnées, sales, jonchées de tentes vidées et crevées, envahies par une odeur de fumée, a constaté un correspondant de l’AFP. La deuxième journée d’évacuation suivait son cours mardi, 45 cars de migrants devant quitter Calais après la « mise à l’abri » lundi, dans le calme, de quelque 2.300 personnes. Un premier bus est parti peu après 09H00 avec à son bord des migrants souriants, agitant la main.

    « Nous avons toujours beaucoup de monde et c’est une bonne chose », a commenté la préfète. « Les gens viennent volontairement ». Partagés entre inquiétude et soulagement, les migrants sont toujours séparés en quatre files pour entrer dans le « sas », vaste hangar de transit à 300 mètres des campements: adultes seuls, familles, personnes vulnérables, et mineurs (non concernés par les départs en bus). A 10H00, la file pour les hommes isolés était vide, celle pour les mineurs continuait de piétiner.

    « La Jungle restera »
    Les opérations avaient repris vers 08H15 avec l’ouverture des grilles pour laisser entrer les femmes. Dans la file des mineurs, quelque 300 jeunes. Forces de l’ordre et associatifs ont essayé de contenir les mouvements de foule et de calmer l’anxiété. « Tout le monde entrera, on vous fera passer dix par dix », lance en anglais un membre de l’association Salam dans un mégaphone, tandis que des renforts de gendarmes prennent position autour du groupe.

    Lundi, 45 cars, contre 60 initialement annoncés, avaient acheminé 1.918 adultes de Calais dans 80 centres d’accueil et d’orientation (CAO) en France, où ils pourront constituer leur dossier de demande d’asile. En outre 400 mineurs ont été dirigés vers le CAP, dans l’attente de l’instruction de leur dossier. Quelque 1.300 mineurs isolés vivaient encore sur place la semaine dernière, dont 500 disent avoir des attaches familiales au Royaume-Uni. Sur ce dossier, longtemps pomme de discorde avec Londres, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé une percée: le Royaume-Uni accueillera « tous les mineurs isolés » de la « Jungle » de Calais « dont les attaches familiales en Grande-Bretagne sont établies ».

    En outre, les Britanniques « se sont engagés à étudier également les dossiers de mineurs non accompagnés qui n’ont pas de liens familiaux mais dont l’intérêt supérieur serait de rejoindre ce pays ». Quarante cars sont encore programmés mercredi, à destination de l’un des 451 CAO. « On nous disait que la Jungle c’était fini, je ne savais pas trop si c’était vrai. Mais il y a eu des bus hier », constate Sahir, Afghan de 33 ans. L’un des ses camarades a pris un bus lundi et l’a appelé dans la soirée. « Il m’a dit que c’était bien, que pour moi ce serait bien ».

    Lui a renoncé à passer en Grande-Bretagne après plusieurs blessures en tentant de monter dans un camion. Il reste des « irréductibles », qui « partiront avant », assure-t-il, « ils ne veulent pas se battre avec la police ». Pour Salim, un autre Afghan, « la +Jungle+ restera ». « Cela fait 17 ans, il y aura une autre +Jungle+ ailleurs ».

    Laisser un commentaire