France: L’arrivée de Cheikh Kanté redonne l’espoir dans les rangs de l’APR

France: L'arrivée de Cheikh Kanté redonne

0

L’APR est en ordre de bataille en hexagone. Bloqué dans son fonctionnement, le docteur Cheikh Kanté est venu à son secours en accueillant de nouveaux militants venus des opposants.

 

Miné par une crise profonde née de la guéguerre qui oppose les militants à leurs responsables, le parti du chef de l’Etat est en lambeau dans l’hexagone. La Délégation des Sénégalais de l’extérieur -qui se veut l’instance dirigeante du mouvement, en France, a perdu de sa crédibilité depuis qu’une bonne partie des militants a décidé de ne plus reconnaitre le leadership de Demba Sow, le coordinateur, et de Mme Awa Mbacké, la vice consul et responsable des femmes du parti.

Si du coté des hommes, une paix des braves a été notée et que les rivaux se sont abstenus de s’affronter vertement, du coté des femmes la fronde déclarée par Thiapatel Sall et compagnie a dégradé les relations de camaraderie au point qu’aucune réconciliation n’est envisageable; même quand Macky Sall, lui même, est monté au créneau pour la leur demander.

Ce désordre entretenu par les instances du parti -si elles existent- a, aujourd’hui, conduit le  mouvement  -qui voulait investir deux candidats aux élections législatives- à recevoir plus d’une vingtaine de candidatures, masculines et féminines confondues. Face à cet imbroglio, il leur fallait l’intervention d’un tiers pour coller les morceaux et amener les uns et les autres à faire entorse à leur ego. Et à se donner la main pour l’intéret du parti.

« De nombreuses personnalités du parti sont venues nous parler et essayer de recoller les morceaux. Mais, les divergences sont si profondes qu’aucune décision n’a été prise. Et le président n’a jamais demandé qu’on abandonne nos positions pour nous ranger derrière la DSE », déclarait une responsable de l’aile fractionniste qui refuse, toujours, de reconnaitre Mme Awa Diop Mbacké comme présidente des femmes.

Le problème avec ces émissaires, c’est qu’ils ne sont pas impartiaux. « A partir de Dakar, ils ont cherché à semer la zizanie ici parce qu’ils avaient chacun, en ce qui le concerne, son poulain pour prendre la place du coordinateur« , a déclaré un responsable de la DSE qui a préfèré garder l’anonymat pour ne pas s’attirer les foudres de ses camarades.

De son côté, Mme Aïssata Dème qui s’était mise à défendre corps et âmes la vice consul disait tout de go que « le président ne reconnaitrait aucune branche autre que celle dirigée par Mme Awa Diop Mbacké. »

Butées chacune sur leurs positions, les femmes de l’APR  comme les hommes d’ailleurs, qui ne reconnaissent pas Demba Sow, n’ont jamais réussi à s’entendre. Cette situation a conduit à de nombreux départs du parti. Et des militants, désireux de rejoindre les prairies marrons, ne savent plus à quel responsable se vouer.

Face à cette situation ubuesque, il fallait l’intervention d’une personnalité neutre pour sinon arrondir les angles accueillir les nouveaux militants qui ne veulent pas se mêler de batailles de clans.

« C’est pourquoi nous avons fait appel à Cheikh Kanté, puisque lui n’a jamais été mêlé à aucun projet de division, afin qu’il réconcilie les uns et les autres. En plus des frustrés, nous avons recueillis l’adhésion de grands responsables politiques qui étaient dans des partis rivaux. » A confié Aissata Dème, l’organisatrice du grand meeting du 20 mai qui a vu la participation du directeur du port comme Marième Badiane.

Cette initiative de Cheikh Kanté arrive comme une bouffée d’oxygène dans ce parti où les gens commençaient à étouffer à cause des divisions qui rendent inaudibles les réalisations du Président Macky Sall. Le président nous a dit d’additionner les militants et d’ouvrir les portes aux sympathisants. C’est ce que nous avons fait avec Cheikh Kanté. Ce genre d’opération doit se multiplier, partout, comme nous l’avons fait à Mantes la Jolie.

 

Laisser un commentaire