France: L’ambassade du Sénégal en France traînée en justice par le journaliste Mouhamed Gassama

France

Après Madame Bureau qui a traîné le Consul général du Sénégal devant le tribunal et un ancien employé qui, à Lyon, a réussi à faire condamner le même consul pour rupture abusive de contrat et l’ait contraint au paiement de milliers d’euros, c’est Bassirou Sène qui est dans le viseur de la justice française. Son ancien employeur, Mouhamed Gassama, lui réclame pas moins de 822.000 euros.

 

C’est le 8 novembre prochain que l’ambassade du Sénégal va faire face à son ancien employeur. Ce face à face se tiendra devant le Conseil des prud’hommes de Paris, le tribunal du travail en France, et c’est Me Abdoulaye Tine, le conseil de Mouhamed Gassama, qui y a assigné l’ambassadeur Bassirou Sène. Dans sa saisine du tribunal, l’avocat demande pas moins d’un demi milliard de F.CFA au Sénégal pour avoir abusivement mis un terme à sa collaboration avec le journaliste de la RTS mis en disponibilité sans salaire.

A l’origine de ce divorce, qui risque de couter cher à l’Etat du Sénégal, se trouve la décision unilatérale de l’ambassade de mettre fin au (CDI) contrat à durée indéterminée de Mouhamed Gassama sans lui avoir, au préalable, proposé « une solution de reclassement professionnel » comme le prévoit la législation française.

Sans aucune forme de procédure, c’est par courrier daté du 1er mars 2016 que l’ancien patron du bureau de presse de l’ambassade a appris son licenciement au motif que « l’ambassade a des difficultés financières et doit contrôler son budget. » Sans aucune considération pour ses 6 années de service à ce poste.

Pourtant, au même moment, l’ambassadeur a recruté, à tour de bras, de nouvelles personnes -toutes proches de l’APR, au sein de la représentation diplomatique sénégalaise.  « Et, à en croire des sources de Kewoulo.info, un journaliste vient même d’être embauché à Dakar pour venir occuper ce poste de chef de bureau de presse de l’ambassade du Sénégal à Paris. » A en croire cette source, « Gassama paie sa proximité avec Abdoulaye Wade. S’il avait accepté comme certains de rejoindre l’APR il n’aurait jamais été licencié. »

Mis en disponibilité par la RTS, Mouhamed Gassama a été recruté par le régime de Abdoulaye Wade comme employé local; il dépend donc du Code du travail français. Et de ce côté là, même s’il est citoyen sénégalais, c’est la législation française qui s’applique à son contrat. Et cette dernière législation dit que « tout licenciement doit être motivé par des raisons sérieuses. »

Or, il n’arrivera à personne l’idée saugrenue de croire que le Sénégal se trouve dans l’impossibilité économique de payer un salaire au seul Mouhamed Gassama, alors que les services de Mankeur Ndiaye, le ministre des Affaires étrangères, ont offert des centaines d’emplois à la nouvelle clientèle politique du régime APR.

Cette affaire Mouhamed Gassama est la dernière d’une liste qui commence a être longue et désastreuse pour l’image du Sénégal devant les prud’hommes en France. Il y’a quelques années de cela, c’est une femme travaillant -bénévolement- pour un consulat honoraire du Nord qui a traîné le Consul, Amadou Diallo, devant le tribunal.

Avant Mme Bureau, c’est un employé local sénégalais qui a réussi à faire casser la tirelire de l’Etat du Sénégal, parce que tout simplement ses représentants en France sont allergiques au respect des lois et règlements lorsqu’ils en veulent à des gens qui refusent de penser comme eux.

Laisser un commentaire